Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Francophones de tous les pays, interrogeons-nous !

Une conférence qui remet les points sur les i.

De tous les préjugés auxquels nous sommes confrontés (juges ou victimes), il en est un qui est tellement ancré (je n’ai pas écrit « encré ») que sa prise de conscience choque. Sauf quand on en est victime ... parce que, dans ce cas, les stratégies d’évitement, depuis l’enfance, sont multiples et épuisantes.

C’est un préjugé contre une différence invisible. Ceux qui en sont victimes admettent et confessent leur faute originelle, et parmi ceux qui les jugent, peu s’interrogent sur le fondement de leur loi.

Nombreux sont ceux qui, devant un texte à l’orthographe approximative, qu’il soit lettre de candidature, article de blog ou profil de réseau social, l’ont rejeté, le qualifiant d’une façon ou d’une autre de « pas sérieux » et sans valeur.

On nous dit à l’école que la sélection se fait par les mathématiques, elle se fait aussi, et jusqu’à l’âge adulte, par l’orthographe, cette norme complexe issue de la tradition, souvent justifiée mais parfois irrationnelle.

Avec le spectacle « La convivialité », deux linguistes et professeurs belges nous offrent une conférence illustrée et vivante où on parle de la langue française, de son rapport à l’orthographe, de l’origine de celle-ci et de certaines conséquences de sa normalisation, comme outil de pouvoir ou de ségrégation.

J’y ai appris beaucoup de choses, en particulier que Voltaire, Stendhal ou Flaubert, entre autres, n’attachaient que peu d’importance à l’orthographe « académique ». Et que La Bruyère, Molière, Corneille ou La Fontaine utilisaient une orthographe non unifiée – ce qui n’a pas nui à leur postérité non plus.

Saviez-vous que les premiers académiciens ont établi certaines règles d’orthographe (et les indissociables exceptions) sur des erreurs et approximations aujourd’hui bien identifiées ?

Il fallait sans doute être belge (ou de toute autre nationalité avec une composante francophone) pour être aussi attaché à sa langue maternelle française tout en ayant le recul culturel suffisant pour s’affranchir des réflexes français chauvins usuels. J’assume personnellement la plupart des réflexes chauvins en question, mais je n’ai pas eu d’argument face à cette réalité : le son « ssss » peut s’écrire de douze (12) façons différentes ...

Les auteurs-intervenants Arnaud Hoedt et Jérôme Piron ne proposent pas d’autres révolutions que des pistes de réflexion : et si quelques règles grammaticales composées d’exceptions étaient simplifiées, quel autre impact que des erreurs en moins dans les dictées de nos jeunes ? Et si des linguistes participaient aussi aux travaux de l’Académie Française ? Et si nous admettions que notre langue écrite peut rester vivante et adaptée à ses locuteurs et scripteurs, afin de s’occuper du fond, et que la forme redevienne un simple outil au service de la communication ?

L’idée n’est surtout pas de forcer une orthographe phonétique comme cela a été fait dans certains pays, mais d’observer l’usage, et que l’outil « orthographe » redevienne à terme à notre service et non plus un moyen de discrimination ...

Le spectacle « La convivialité » est en tournée en France et en Belgique, le texte est publié également. Tous les renseignements sont sur le site www.laconvivialite.com.

Eva Duxeri

URL de cet article 32463
   
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941,
2ème fortune d’Angleterre.


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.