RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

92 

Boris Johnson ou “ The Survival of the Fittest ”

J’écris ce billet au moment où le Premier Ministre britannique est au plus mal. Pour les siens, ses enfants, sa compagne enceinte de ses œuvres, je souhaite naturellement qu’il s’en sorte. Mais je ne peux m’empêcher de constater que la grave maladie qui l’afflige actuellement est hautement symbolique de la politique de la santé et de la politique tout court menées par les pouvoirs publics depuis Margaret Thatcher.

On pense parfois en France qu’avec sa tête de chien battu fou – quand il ne grimace pas – Boris Johnson est un olibrius. Rien n’est plus faux : il est brillant, très intelligent, il parle couramment plusieurs langues, ce qui est rarissime outre-Manche. Tout ce qu’il a réalisé depuis qu’il est aux affaires a été pensé, pesé. Á commencer – ou à terminer – par son rapport à la santé publique comme quand, au début de la crise, on le vit fanfaronner dans un hôpital, « fier » de serrer la main de malades atteints par le Corona. S’il s’est permis cette démarche suicidaire, ne sachant pas qu’il jouerait la fable de l’arroseur arrosé, c’est parce que, né dans la grande bourgeoisie britannique, avec ce qu’il faut de sang bleu (BOJO a des liens de parenté avec la majeure partie des familles royales d’Europe), il a toujours été pénétré de son appartenance à l’élite sociale du pays (« la crème de la crème », comme on dit en anglais), et donc qu’il était immunisé par la grâce de Dieu.

Mais ce geste aussi dérisoire que sinistrement drôle, il l’a également accompli au nom d’une idéologie politique dont on a maintenant pleinement conscience qu’elle est mortifère, celle du capitalisme financier. Ce capitalisme ne connaît que les individus. Pas même les structures familiales. « La société, ça n’existe pas », disait Thatcher. Notre banquier éborgneur a exprimé cela à plusieurs reprises, comme quand il a évoqué ceux qui prenaient le train et ceux qui restaient à quai. Pour Johnson et les quatre cinquièmes de la classe politique britannique, la nature sélectionne avec discernement en permettant aux plus aptes, non seulement de survivre, mais de réussir. Cette philosophie fut résumée au XIXe siècle par le biologiste et philosophe Herbert Spencer après qu’il eut dévoré L’Origine des espèces de Charles Darwin. C’est ce qu’on appelle en français courant « la loi du plus fort ».

Alors quand on est fort et qu’on est responsable politique, on fait passer le privé avant le public, l’individu avant la collectivité. Et on décide de la manière la plus crétine et criminelle qui soit … de ne rien faire. Ou, plus exactement, de laisser le mal pénétrer le bien en étant persuadé que le bien finira par l’emporter de par la volonté des individus. Concrètement, BOJO et ses acolytes ont souhaité diffuser le microbe dans toute la population pour que les individus s’immunisent par eux-mêmes. Mais avec, non pas le risque, mais la certitude – une fois que les plus forts (les “ fittest ”) auraient été immunisés – que plusieurs centaines de milliers de personnes mourraient, que tout le monde perdrait, selon les mots du Premier ministre, des « êtres chers ». Heureusement que BOJO n’était pas nazi !

Les raisons de cette macabre fuite en avant étaient politiques et idéologiques. Pour devancer les poules mouillées de tous ordres (France, Italie, Allemagne etc.), il fallait que la machine économique britannique ne s’arrête pas. Il fallait que la banque triomphe, que la Cité de Londres soit dans la Cité de Londres.

Le principal conseiller scientifique du gouvernement britannique n’est autre que sir Patrick Vallance, un ancien patron du géant pharmaceutique GlaskoSmithKline. 100 000 employés dans 116 pays, 30 milliards de livres de chiffre d’affaires par an. Les choses sont claires. Tout comme la philosophie du ministère de la Santé en ce qui concerne les pandémies dans un monde ouvert : « Il est très certainement impossible de contenir ou d’éradiquer le virus dans son pays d’origine ou à son arrivée au Royaume-Uni. Il faut s’attendre à ce que virus se diffuse inévitablement, et toutes les mesures visant à bloquer ou réduire sa diffusion n’auront certainement qu’un impact très limité ou partiel et ne peuvent même pas être utilisées de manière fiable pour gagner du temps. [La seule mesure à prendre est de] « minimiser les pics et d’assurer une communication efficace » [pour éviter la panique] (cité par Le Monde Diplomatique, avril 2020).

Mais l’ironie dramatique de cette sombre histoire « raconté par un idiot, pleine de bruit et de fureur », est que Boris Johnson, après avoir amplifié les difficultés du Service National de Santé, s’est fait admettre à l’hôpital Saint Thomas, situé juste en face du Parlement, un des fleurons de la santé publique britannique.

URL de cet article 35948
   

Même Auteur
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature ; elle se venge de chacune d’elles.

Friedrich Engels

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.