RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Britannia règle les vagues. Plus qu’un déploiement d’un drapeau

Que devons-nous penser du groupe aéronaval massif de la marine et de l’armée de l’air envoyé en Asie de l’Est, dirigé par le tout nouveau porte-avions HMS Queen Elizabeth ?
Décrit par la marine comme « un déploiement véritablement mondial, de l’Atlantique Nord à l’Indo-Pacifique », il s’agit de la plus grande mobilisation navale depuis la Force opérationnelle des Malouines en 1982.

Il a reçu un énorme envoi médiatique, rappelant les anciennes actualités Pathé, conçues pour attiser le chauvinisme sur le front intérieur. Le Spectator annonçait qu’il s’agissait de la Royal Navy envoyant une "flotte de combat en Asie pour la première fois depuis le début de la guerre de Corée en 1950".

Objectifs de ce déploiement

Il y a plusieurs objectifs pour ce déploiement.

Le premier est d’affirmer la puissance navale britannique, aux côtés de celle des États-Unis – face à la croissance massive de la marine chinoise, qui est désormais la plus importante au monde (avec environ 350 navires et sous-marins dont, d’ici 2030, cinq porte-avions).

Ce faisant, la Grande-Bretagne réaffirme sa relation spéciale avec les États-Unis, une proximité illustrée par le fait que 250 des 1 600 membres d’équipage du HMS Queen Elizabeth sont des marines étasuniens, dotés de leur propre machine à pop-corn à bord.
La force porteuse est également un "projecteur de la puissance douce et dure de la Grande-Bretagne" pour le reste du monde, comme le dit le secrétaire à la Défense Ben Wallace. Le groupe de porte-avions de guerre retrace la route traditionnelle de l’Empire à travers le golfe d’Aden, démontrant la poursuite sérieuse de la Grande-Bretagne de son rôle renouvelé à l’est de Suez.

Wallace a déclaré que le groupe de transporteurs "battra le drapeau de Global Britain, projetant notre influence, signalant notre puissance, engageant nos amis et réaffirmant notre engagement à relever les défis de sécurité d’aujourd’hui et de demain..."

Cela explique pourquoi les navires visiteront plus de 40 pays et participeront à 70 engagements, dont des exercices de l’OTAN en Méditerranée, une escale à la base britannique d’Oman, d’autres exercices avec la marine indienne dans l’océan Indien, suivis d’encore plus exercices avec Singapour et la Corée du Sud.

« Ambiguïté stratégique »

Pourtant, malgré le fait que la Chine a récemment été déclarée « concurrent systémique » par la Grande-Bretagne, Boris Johnson ne suit pas tout à fait la ligne dure préconisée par le député Tobias Ellwood, président du comité de défense des Communes, ou Tom Tugendhat, député de droite du China Research Group. Johnson veut avoir son gâteau et le manger en conservant les politiques commerciales pro-chinoises de la majorité de la classe dirigeante britannique – établissant « des liens commerciaux plus profonds et plus d’investissements chinois » – sans s’aliéner les EU ou sa propre aile droite.

Lord Peter Ricketts, l’ancien conseiller à la sécurité nationale du Royaume-Uni, appelle cela une "politique d’ambiguïté stratégique". Il poursuit en disant : « Une façon moins aimable serait de dire que le gouvernement n’est pas en mesure de nous dire où se situera l’équilibre entre un défi concurrent [avec la Chine], une relation conflictuelle et une relation où nous avons besoin d’eux économiquement."

L’année dernière, le gouvernement s’est plié à la pression des États-Unis et a interdit à Huawei des réseaux 5G, a offert des passeports britanniques aux citoyens britanniques d’outre-mer à Hong Kong, a imposé des sanctions pour punir la Chine pour sa politique de modernisation au Xinjiang et a adopté une nouvelle loi sur la sécurité nationale et l’investissement. empêcher les entreprises liées à la Chine d’acheter des actifs britanniques sensibles.

Mais la classe dirigeante britannique est divisée. Comme le dit un diplomate britannique : « Il y a toujours de la confusion au sein du gouvernement au sujet de notre politique en Chine. »

Une classe divisée

En 2015, George Osborne, alors chancelier britannique de l’´Echiquier et principale voix pro-chinoise, a qualifié les relations en plein essor de la Grande-Bretagne avec la Chine d’« âge d’or ». Osborne, Cameron et May visaient à faire du Royaume-Uni le premier partenaire occidental de Pékin. Cette vision n’a pas disparu, même si elle est devenue compliquée par l’intensification de la pression étasunienne et nationale.

Le Trésor craint que la Chine n’impose des sanctions contre le Royaume-Uni si la Grande-Bretagne prend trop parti contre lui. La Chine a imposé des sanctions de représailles contre l’Australie, qui a adopté une ligne anti-chinoise très agressive et pensait pouvoir s’en tirer.

Le gouvernement oriente donc le cap entre les États-Unis, son principal partenaire stratégique, et la Chine, qui représente la richesse future. On peut voir cette ambiguïté dans le fait que, si l’envoi du Queen Elizabeth de 3,2 milliards de livres sterling semble décisif, le groupe de transporteurs ne va plus naviguer dans le détroit entre la Chine continentale et Taïwan, mais empruntera plutôt une route vers l’est vers le Japon. Ce détournement de la route initialement annoncée a suscité la fureur de faucons comme Iain Duncan Smith.

La marine des EU a décidé de même, ne voulant pas pour l’instant répéter la provocation de George W. Bush en 2005 – la dernière fois qu’un groupe aéronaval étasunien a traversé le détroit. Néanmoins, de plus petits navires étasuniens naviguent régulièrement dans les détroits. Depuis que Biden a pris ses fonctions en janvier, quatre destroyers américains ont fait le transit. Les États-Unis sont déterminés à s’immiscer dans l’arrière-cour de la Chine.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/1991218654361637
URL de cet article 37180
  

« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La gauche n’a pas la moindre putain d’idée du monde dans lequel elle vit.

José Saramago

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.