Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


C’est arrivé un 13 décembre

Illustration : peinture de Jean-Paul Laurens sur l’Inquisition (Bernard Délicieux, frère franciscain, affronta un tribunal d’inquisition car il eut dénoncé les abus de cette institution ; il mourut au cachot après avoir été torturé).

K. fut perquisitionné un matin, sans avoir rien fait de mal.

  • « Qui êtes-vous ? », demanda K. « Qu’est ce que vous voulez au juste ? », demanda-t-il encore. Son regard naviguait entre les différents hommes au brassard, qui s’étaient engouffrés par l’embrasure. Par la fenêtre, deux berlines sombres reflétaient les couleurs chatoyantes et chaudes des illuminations.
  • « Vous êtes perquisitionné sur ordre !
  • Ça m’en a tout l’air », dit K., avant que de s’aventurer à demander : « Et par qui ?
  • La procédure est engagée...
  • Vous êtes pas au courant ! C’est l’état d’urgence ! », lança un autre dans un éclat de rire.

K. voulut s’asseoir, mais déjà les chaises étaient sens dessus dessous.

  • « Il est préférable que vous nous remettiez votre matériel, cela éviterait le chaos ».

K. ne prêta guère d’attention à ce discours, le droit de disposer de ses affaires qui, pour l’heure, lui appartenaient encore, ne valait plus grand chose à ses yeux, il était bien plus important de tirer sa situation au clair.

Quelles sortes d’hommes étaient-ils donc ?

De quoi parlaient-ils ?

À quelle administration appartenaient-ils ?

K. vivait dans un État de droit où la sûreté était un droit naturel et imprescriptible. Ce pays n’était-il pas celui de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ? Dès lors, qui oserait lui tomber dessus à cette heure-ci, à son domicile ? Il était toujours enclin à prendre les choses à la légère, de croire au pire que quand le pire était arrivé. Si c’était une comédie, il allait y jouer son rôle.

Pour l’instant, il était toujours libre. Il ouvrit à la hâte les tiroirs du bureau, où tout était soigneusement rangé, mais il était trop irrité pour retrouver les papiers d’identité qu’il cherchait. Il finit par leur mettre la main dessus.

  • « Voici mes papiers d’identité ! Montrez-moi le mandat de perquisition », dit K.
  • « Juste ciel ! », dit un homme au brassard. « Nous savons qui vous êtes ! Nous sommes de la DGSI.
  • Vous n’avez pas d’autres chats à fouetter ? », lança K.
  • « Nous ne faisons pas de recherche au hasard. L’erreur, chez nous, n’existe pas ! », répondit le rieur.
  • « Je vous conseille de nous remettre tout votre matériel informatique », conseilla un autre.
  • « Que me reproche-t-on ? », s’enquit K.
  • « Vous êtes perquisitionné dans le cadre d’une procédure de... de compromission du secret de la défense. Oui,... C’est cela. C’est écrit, là ! Je vous rappelle que tout ce que vous pourriez dire pourra être retenu contre vous. Vous avez le droit de rester silencieux...
  • Et patati et patata ! », grommela K.

K. avait beau se dire que cela ne pouvait qu’être que cauchemar ou bien que mauvaise farce, les frissons le gagnèrent. Il vit partir les agents avec tout ce qui pouvait rappeler sa vie privée. Ceux-ci semblaient joyeux, sûrement emplis de fierté, satisfaits du devoir accompli, de la grandeur de leur tâche.

K. était maintenant seul, bien seul au milieu de la pièce sans vie.

Les illuminations festives brillaient encore : qu’elles semblaient si futiles, bien trompeuses, qu’elles ne lui inspiraient plus que dégoût, ne semblaient plus qu’obscénité.

Malgré les couleurs vives qui venaient du dehors, l’obscurité semblait s’abattre à l’intérieur de cette pièce, pourtant familière qu’il ne reconnaissait déjà plus. L’intrusion avait été si rapide.

Un monde s’effondrait. Son monde s’effondrait. Un monde fait d’illusions et de mensonges.

Une chape de plomb tomba.

Recroquevillé sur lui-même, tout n’apparaissait plus qu’être frappé du sceau du secret : secret de la défense, secret d’état, secret nucléaire, secret des affaires.

Le Secret comme unique horizon, comme unique gouvernance.

Liberté, Égalité, Fraternité. Tout n’était qu’illusion, que sublime comédie.

Intérêt Général, République, Démocratie. Des mots vidés de leur sens, de leur substance.

Comme une évidence, c’était la République du Secret, ô splendide oxymore !

La porte était encore une béance : une clameur festive et absurde parvenait jusqu’à lui.

Si le Peuple se donnait la peine de savoir, ce que...

Kafka et « Personne »

Notes :

- certaines phrases sont celles de F. kafka, elles sont tirées du début du « Procès »,

- étymologie de « perquisition » : « action de rechercher » ; sens de « inquisition » : « 1°Vx. Enquête, recherche », « 3° Enquête ou recherche rigoureuse et vexatoire » (Le Robert).

URL de cet article 31376
   
200 citations pour comprendre le monde - passé présent et à venir.
Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Viktor Dedaj et Maxime Vivas présentent 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir suivies du programme du Conseil National de la Résistance préface de Jean-Luc Mélenchon Voici un petit livre de 75 pages avec en complément le programme du CNR. Un exercice qui réactive nos méninges, Jean-Luc Mélenchon apportant sa plume afin d’interroger dans la préface, et de belle manière, la fonction des citations. Si votre libraire a la négligence de ne pas disposer de cet ouvrage et la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, il s’agit maintenant de le transformer.

Karl Marx


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.