Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Chronique de la guerre froide

Nous sommes sept ou huit attablés dans un restaurant toulousain autour de Pierrette. Je suis le plus jeune. C’est dire !

Pierrette est une figure de légende dans le coin. 89 ans. Physiquement, on lui en donnerait 70. Mentalement, 50. Son visage est très mobile, souriant, peu ridé. Son débit est vif, elle ne cherche jamais ses mots. Ses souvenirs remontent sans peine à la surface en des phrases très construites. Elle n’est peut-être qu’à mi-vie. Un vrai miracle.

Communiste depuis toujours. Elle est de toutes les manifs, de toutes les rencontres militantes, gueuletons y compris.

Soudain, je l’écoute avec plus d’attention car elle nous dit avoir vécu en Côte d’Ivoire dans les années cinquante. Dans des petites villes que j’ai moi-même un peu connues. Son mari était médecin militaire. Elle nous parle de sa fille née en 1954. Je l’interromps :

- Dis-donc, Pierrette, ce n’était pas un peu tard, pour l’époque, d’avoir son premier enfant à 32 ans ?

- Figure-toi que nous n’étions même pas mariés.

- Tu aurais fêté Pâques avant les Rameaux ?

- La faute à Ridgway !

- Ridgway « la peste », le « général microbien » ?

Ca ne rigolait pas à l’époque. Lors de la guerre de Corée, les troupes de l’ONU étaient commandées par Matthew Ridgway. Les communistes l’avaient accusé d’utiliser des armes bactériologiques en Corée et en Chine, ce que le Pentagone avait contesté (le Pentagone ne ment jamais). Un peu plus tard, Jacques Duclos, alors numéro un du parti communiste français, avait été incarcéré quelque temps pour avoir transporté dans sa voiture des pigeons - voyageurs selon le ministre de l’Intérieur Charles Brune - alors qu’ils étaient morts et qu’il ne manquait que les petits pois. En 1957, le général allemand Hans Speidel, proche de Rommel, membre du complot de 1944 contre Hitler et ayant passé sept mois dans les geôles de la Gestapo, fut nommé chef des forces terrestres de l’OTAN pour l’Europe. Des fils de déportés français refusèrent d’effectuer leur service militaire sous ses ordres et les murs des villes se couvrirent de « Non à Speidel ».

Mais revenons à Pierrette. Elle travaille aux PTT. Elle est fichée comme mauvaise citoyenne : elle est allée manifester un jour à Meulun contre la présence des troupes étasuniennes en France. La Military Police a chargé : deux morts. Les RG l’ont bien repérée. Mais la vie continue. Elle et le futur père de son enfant veulent se marier. Oui mais lui est officier de l’armée française. A ce titre, il va subir, des mois durant, toutes sortes de pression de la part de sa hiérarchie pour quitter cette femme communiste. Il résistera, convolera tout de même. En représailles, l’armée l’enverra dans des villes un peu perdues de Côte d’Ivoire, puis au Tchad.

Moralité : on a toujours intérêt à écouter les vieilles dames dignes. Elles ont des choses à nous dire.

http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 19777
   

Même Auteur
Le cauchemar de Humboldt de Franz Schultheis
Bernard GENSANE
Bien qu’un peu long, ce compte-rendu rend à peine justice à la richesse de cet ouvrage indispensable à ceux qui veulent comprendre pourquoi, par exemple, la première contre-réforme imposée par Sarkozy fut celle des universités. On pourrait commencer par cette forte affirmation de 1991 de sir Douglas Hague, universitaire britannique de haut niveau, professeur de sciences économique, spécialiste du " marché de l’éducation " et, ô surprise, ancien conseiller de Madame Thatcher : "Si les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.