Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

11 
Les monologue du vagin

Contre la Trinité des hypocrites, Schiappa, Bachelot et El Khomri

A défaut d’avoir, ne serait-ce que ralenti la dégradation des conditions de vie qui, depuis 1992 au moins, accable les femmes travailleuses sous la férule des gouvernements maastrichtiens successifs, Mmes Bachelot, El Khomri et Schiappa ont brûlé les planches ensemble ce 7 mars en interprétant ensemble « Les monologues du vagin » devant le Tout-Paris « féministe ».

Plus facile d’obtenir des applaudissement des bobos friqués que de mériter la gratitude des caissières de Carrefour licenciées, des enseignantes condamnées aux pensions de misère par la casse des retraites, aux femmes fonctionnaires et cheminotes qui, à l’avenir, ne bénéficieraient plus de la sécurité de l’emploi (dont tout le monde devrait jouir !), des infirmières écrasées par les réformes Bachelot de l’hôpital, des paysannes désespérées par le libre-échangisme intenable de l’UE, etc.

Le pire, ce 7 mars, était de voir Mme El Khomri érigée en héroïne de la libération féminine alors qu’elle a couvert la contre-réforme scélérate qui inverse la hiérarchie des normes et qui fait du patronat le maître des contrats de travail en lieu et place de la négociation nationale (conventions collectives de branche).

Bravo aussi à Marlène Schiappa qui feint de libérer les femmes alors qu’elle sert un gouvernement thatchérien qui vient de détruire le Code du travail et qui s’apprête à dynamiter les statuts, les retraites par répartition et l’enseignement professionnel. Honte à cette dame qui se la joue en « libératrice » alors que Macron a banalisé les licenciements abusifs (c’est-à-dire la délinquance patronale !) en plafonnant leur pénalisation, donc en nuisant aussi aux employeurs et employeuses qui ne se comportent pas en gangsters. Ainsi, les « porcs » qui existent dans les hiérarchies patronales pourront-ils encore plus se lâcher à l’encontre des gêneurs, et plus encore, comme toujours, des gêneuses : qui portera plainte contre les harceler désormais, sachant que de grosses boîtes vont provisionner des fonds permettant de licencier à plaisir les syndicalistes, mais aussi les « emmerdeuses », « emmerdantes » et autres « emmerderesses » pour parler comme Paul Valéry et Georges Brassens, qui n’auront pas obtempéré aux caprices professionnels ou non professionnels desdites hiérarchies ?

Et pourquoi aucun journaliste ne demande-t-il jamais à Schiappa si elle est d’accord pour briser le statut des cheminotes ou celui des femmes fonctionnaires alors que la féminisation de l’enseignement ou de la FP n’est évidemment pas sans rapport, malgré les salaires très médiocres qui frappent le secteur public, avec la légitime recherche de la sécurité de l’emploi, dont les femmes ont encore plus besoin que les hommes en raison des inégalités qui les frappent souterrainement à tous niveaux ?

Il ne manquait plus sur la scène ce 7 mars 2018 que Martine Aubry qui, ministre du Travail de Jospin, avait accepté de signer la directive européenne qui a rétabli le travail de nuit des ouvrières postées. Au nom, bien entendu, de l’égalité hommes/femmes !

Le 8 mars 1911, la marxiste Clara Zetkin, qui joua un rôle central dans la fondation du PCF en 1920 (âgée de 70 ans, elle passa clandestinement la frontière franco-allemande pour représenter l’Internationale communiste au Congrès de Tours !) n’a pas institué le 8 mars pour permettre à des nanties dégoulinantes de bonne conscience de parader dans des gouvernements d’exploiteurs. Ni pour leur permettre d’opposer sottement leurs prétendues « avancées sociétales » au progrès social, qu’elles aident à démolir. Clara a montré au contraire, comme Jeanne Labourbe, comme Martha Desrumeaux, comme Marie-Claude Vaillant-Couturier, comme Danielle Casanova, Maria Delvaux, Jeanne Colette, Henriette Dubois, etc., la voie de l’émancipation générale de la société en articulant trois combats indissociables : celui de l’émancipation de la classe ouvrière en lutte contre le capital, celui de l’émancipation nationale des peuples résistant à l’impérialisme et celui de l’égalité entre les femmes et les hommes, qu’ébranle en permanence l’alliance inavouable des capitalistes et des pires régimes féodaux et esclavagistes*.

*Quand Marlène Schiappa dénoncera-t-elle enfin les ventes d’armes de Le Drian à l’Arabie saoudite, bastion mondial de l’oppression sexiste ?

»» https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/
URL de cet article 33033
   


Vous avez une minute ?

La rose assassinée
Loic RAMIREZ
Vieilles de plus de 50 ans, souvent qualifiées par les médias de narco-terroristes, les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC), restent avant tout une organisation politique avec des objectifs bien précis. La persistance de la voie armée comme expression ne peut se comprendre qu’à la lumière de l’Histoire du groupe insurgé. En 1985, s’appuyant sur un cessez-le-feu accordé avec le gouvernement, et avec le soutien du Parti Communiste Colombien, les FARC lancent un nouveau parti politique : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.