RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Déclaration de l’UAWC après le raid militaire israélien sur le siège de l’organisation

Le mercredi 7 juillet 2021, vers 3 heures du matin, les forces d’occupation israéliennes ont fait une descente au siège de l’Union des Comités de Travail Agricole (UAWC) à Ramallah/Al-Bireh, laissant derrière elles un ordre militaire standard dictant la fermeture de notre bureau principal pour 6 mois.

Lors de leur invasion, les forces d’occupation israéliennes ont démoli notre porte d’entrée, semé le désordre dans le bureau et endommagé une partie de notre mobilier. En outre, elles ont volé cinq disques durs, un ordinateur portable, un magnétoscope numérique et plusieurs livres et documents.

L’UAWC dénonce le raid israélien, les dommages causés à notre bureau et l’ordre de fermeture militaire avec la plus grande fermeté. Cet ordre est illégitime et de toute évidence motivé par des raisons politiques. Il vise notre siège social dans le but de perturber l’ensemble de notre organisation.

Le raid et l’ordre de fermeture représentent une attaque particulièrement provocante contre la souveraineté palestinienne, compte tenu du fait que notre siège est situé dans la zone A de la Cisjordanie, qui est sous le contrôle total de l’Autorité palestinienne, à laquelle nous répondons.

Nous avons déménagé dans un autre bureau, où nous poursuivons notre travail avec une grande détermination afin de remplir nos obligations et engagements envers des milliers d’agriculteurs palestiniens vulnérables et leurs familles dans la Zone C.

Le raid israélien et l’ordre de fermeture ne peuvent être considérés indépendamment de la campagne agressive de diffamation et de retrait du financement menée par le gouvernement israélien et les organisations qui lui sont affiliées, contre l’UAWC et la société civile palestinienne en général. Des ONG internationales ont documenté ces campagnes et l’ONU les a reconnues et dénoncées.

Plus spécifiquement, le raid israélien sur notre siège ne peut être considéré indépendamment de l’enquête que le gouvernement néerlandais a lancée l’année dernière sur l’UAWC, en réponse à la pression du gouvernement israélien et des organisations qui lui sont affiliées. Cette enquête a eu un effet catalyseur sur la campagne de diffamation et de retrait de financement dont l’UAWC a fait l’objet pendant des années, pour perturber notre travail dans la zone C.

Bien que l’UAWC ait coopéré avec l’enquête néerlandaise, nous ne pouvons ignorer qu’elle a déjà causé d’énormes dommages à notre organisation, à nos partenaires et à nos bénéficiaires — même si à ce jour elle n’a toujours pas établi de faute ou de négligence de la part de l’UAWC.

Nous appelons nos partenaires et donateurs, et le gouvernement néerlandais en particulier, à condamner le raid israélien et l’ordre de fermeture contre l’UAWC et à faire pression sur les autorités israéliennes pour qu’elles rétractent cet ordre, afin que nous puissions rétablir notre capacité organisationnelle.

Il s’agit également de protéger la société civile palestinienne dans son ensemble contre l’escalade des campagnes et des mesures israéliennes, qui visent à consolider l’occupation et l’annexion de la Palestine par Israël et à vaincre les Palestiniens dans leur lutte pour la liberté, les droits de l’homme et la dignité.

À la suite du raid israélien sur notre siège social et à sa fermeture, nous avons reçu d’innombrables appels et courriels de solidarité de la part d’organisations de la société civile et de missions diplomatiques locales et internationales.

Nous sommes très reconnaissants pour ces témoignages encourageants de soutien à l’UAWC.

En outre, nous accueillons chaleureusement toutes les campagnes internationales de solidarité et de collecte de fonds en faveur de l’UAWC (Voir la campagne de collecte de fonds de La Via Campesina) — elles sont essentielles en ce moment critique.

(PHOTO : Le siège de l’UAWC à Ramallah/Al-Bireh, après le raid militaire israélien du 7 juillet 2021 vers 3 h du matin )

»» https://viacampesina.org/fr/declaration-de-luawc-apres-le-raid-militai...
URL de cet article 37209
  

Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
45 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.