RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont de plus en plus adopté les caractéristiques d’un État fasciste »

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre “Crash course : From the Good War to the Forever War“ est un livre essential pour quiconque s’intéresse à l’histoire des États-Unis. Les EU ont mené des guerres impérialistes notamment en Irak, en Afghanistan, etc. Pourquoi, d’après vous, les États-Unis d’Amérique ont-ils besoin de faire la guerre ? Derrière toutes ces guerres, on évoque le poids du complexe militaro- industriel aux États-Unis. Quelle est son influence dans la décision politique ?

Dr. H. Bruce Franklin : Les États-Unis ont en effet mené une guerre impérialiste après l’autre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aucune de ces guerres n’a été nécessaire. Comme je le documente dans Crash Course, Washington a unilatéralement divisé la nation de Corée en deux nations trois jours avant que le Japon ne se rende le 14 août 1945, rendant ainsi la guerre de Corée inévitable, et huit jours plus tard, Washington a accepté de participer pleinement à la guerre française pour recoloniser le Vietnam. L’énorme puissance productive de l’industrie étasunienne a dû aller quelque part après avoir assouvi les besoins des consommateurs non satisfaits pendant la guerre. Au lieu de devenir notre monstrueux complexe militaro-industriel, elle aurait pu éliminer la pauvreté, créer une quasi utopie en matière de soins de santé, d’éducation, d’environnement, de culture et de loisirs pour tous. Mais la classe dirigeante de la société pensait que ce serait le socialisme et la fin du capitalisme.

Vous avez étudié le système carcéral EU que vous décrivez dans plusieurs livres dont notamment “Prison Writing in 20th-Century America“ et “Prison Literature in America : The Victim as Criminal and Artist“. En voyant les pratiques fascistes exercées dans l’univers carcéral des EU, peut-on encore parler des concepts tels que « droits de l’homme » et « démocratie » aux USA ?

Depuis 1619, l’histoire des EU est marquée par une lutte entre ceux qui cherchent à défendre les droits de l’homme et la démocratie et ceux qui cherchent la conquête et le pouvoir sur les autres. La lutte a atteint un point culminant lors de la guerre civile, qui s’est terminée par la Reconstruction et les 13e, 14e et 15e Amendements qui ont interdit l’esclavage et proclamé l’égalité des droits de tous les citoyens masculins. Mais dès que les troupes fédérales se sont retirées du Sud, un règne de terreur a détruit tous les corps législatifs progressistes librement élus des États du Sud et les a remplacés par des législatures qui ont conçu les « Codes noirs » pour transformer effectivement chaque esclave affranchi, comme la plupart des affranchis noirs, en criminels et donc en esclaves. L’esclavage carcéral s’est avéré être encore pire que l’ancienne forme d’esclavage des plantations privées. Et ensuite, même ceux qui ont survécu à l’esclavage carcéral ont automatiquement perdu leur droit de vote, à cause de la privation du droit de vote pour crime, encore utilisée aujourd’hui pour priver de leur droit de vote des millions d’Afro-Américains.

Comment expliquez-vous que dans un pays qui se dit démocratique, la police assassine régulièrement des Afro-américains, comme on l’a vu avec l’affaire George Floyd et d’autres. Les États-Unis sont-ils une démocratie ou plutôt un État fasciste ?

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont de plus en plus adopté les caractéristiques d’un État fasciste, y compris des guerres impériales sans fin, une police militarisée incontrôlée, des incarcérations de masse, une surveillance omniprésente, des élections dominées par la richesse, le racisme et la misogynie, et une culture fortement imprégnée de super-héros et de la glorification de la guerre. Le Parti républicain est devenu une organisation néo-fasciste. Mais de puissants mouvements progressistes et de résistance ont continué à lutter contre ces forces oppressives, avec un certain succès. Si Trump et les républicains gagnent la bataille lors de nos prochaines élections, nous vivrons bientôt sous un véritable État fasciste, surtout après qu’ils auront remplacé les juges de la Cour suprême Ginsburg et Breyer par deux partisans du fascisme.

Dans votre livre magistral “War Stars : The Superweapon and the American Imagination”, on remarque que l’histoire des États-Unis a été une quête sans fin de la super-arme. Comment expliquez-vous cette quête de l’arme absolue de la part des USA ?

La recherche par les EU de l’arme ultime qui mettrait fin à toutes les guerres et accorderait une domination mondiale bienveillante aux États-Unis est un corollaire de la croyance dans l’exceptionnalisme étasunien. Dans War Stars, je retrace l’évolution de cette croyance depuis le sous-marin de Robert Fulton au XVIIIe siècle, à travers la culture et l’histoire du pays, jusqu’au développement d’armes capables de détruire notre espèce. Ce livre doit beaucoup à ma propre expérience de navigateur et d’officier de renseignement au sein du Strategic Air Command.

La question de la guerre revient souvent dans vos travaux, pour ne pas dire qu’elle est centrale, et la guerre du Vietnam vous a marqué, comme elle a marqué plusieurs générations de citoyens des EU. Comment expliquez-vous l’impact de la guerre du Vietnam ?

En 1958, 76 % des Étasuniens pensaient que notre gouvernement dirigeait « pour le bien de tous » et seulement 18 % pensaient qu’il dirigeait « pour quelques grands intérêts ». En 1978, 24 % seulement pensaient qu’il dirigeait « pour le bien de tous » alors que 66 % pensaient qu’il dirigeait « pour quelques grands intérêts ». Cela en dit long. L’opposition à la guerre était si puissante que la classe qui dirige la nation a réalisé qu’elle ne pourrait plus jamais déployer une armée de conscrits. Nous avons appris que les EU n’étaient pas invincibles et beaucoup d’entre nous ont appris, comme l’a dit Martin Luther King, que nous nous battons « du mauvais côté d’une révolution mondiale » et que « le plus grand pourvoyeur de violence dans le monde aujourd’hui » est notre « propre gouvernement ». La culture de notre pays combat chaque jour contre l’histoire de la guerre du Vietnam.

Vous avez eu un parcours remarquable et impressionnant en tant que militant et en tant qu’intellectuel et vous avez été très impliqué dans le mouvement anti-guerre pendant la guerre du Vietnam, entre autres dans la mise en place du réseau européen des GI déserteurs. Quel est le poids du mouvement antiguerre aux EU aujourd’hui ?

La grande majorité des Étasuniens s’oppose à notre guerre éternelle. Quelle en est la preuve ? Tous les principaux candidats à la Maison Blanche prétendent être contre nos récentes guerres, et les candidats accusent régulièrement leurs adversaires de favoriser et même de voter pour ces guerres. Les manifestations contre la guerre en Irak étaient en fait plus importantes que celles contre la guerre au Vietnam. Depuis lors, notre gouvernement a été forcé de mener nos guerres actuelles avec des drones, des forces spéciales, des assassinats, des procurations, ou même en secret.

Le pays se dirige vers des élections présidentielles très attendues par le monde entier. Comment expliquez-vous que les EU n’aient pas trouvé une alternative fiable à Trump ? Ne pensez-vous pas que la réélection de Donald Trump serait un grand danger pour la paix dans le monde ? La gauche n’a-t-elle pas besoin de se reconstruire pour éventuellement proposer une alternative aux tenants du pouvoir actuel ?

Les électeurs des primaires démocrates ont choisi à une écrasante majorité Joe Biden comme le candidat le plus susceptible de battre Trump. En l’état actuel des choses, je pense qu’ils avaient probablement raison (bien que j’aie voté pour Bernie Sanders). Les preuves ? Les sondages actuels et le fait que la principale stratégie des républicains consiste à peindre Biden pour le faire ressembler à Bernie.

Le mouvement actuel, dirigé par Black Lives Matter, est le mouvement de masse le plus profond et le plus large que j’aie vu de mon vivant, et la montée des progressistes au sein du Parti démocrate a changé la configuration du débat national.

Je ne crois pas que Trump puisse gagner une élection honnête. S’il vole la présidence, il achèvera le triomphe du fascisme. C’est un malade, et il fait peser de graves risques sur la paix, maintenant et jusqu’à ce qu’il soit retiré de la Maison Blanche. En tant qu’ardent représentant des industries et des forces qui détruisent notre environnement, il représente également une grave menace pour la survie de notre espèce.

Vous avez écrit le livre“The Most Important Fish in the Sea“danslequel vous attirez l’attention sur l’importance du poisson menhaden dans la chaîne alimentaire de l’Atlantique et du Golfe et son rôle dans l’écosystème marin. Suite à votre livre, deux projets de loi sur la conservation de la nature ont été votés au Congrès des États-Unis. Ce livre et son impact ne prouvent-ils pas qu’un intellectuel peut avoir une influence positive sur des questions liées à l’environnement, surtout par rapport aux enjeux du réchauffement climatique ?

The Most Important Fish in the Sea a joué un rôle essentiel pour amener le ministère du Commerce à tenir compte des effets écologiques dans la gestion de la pêche. Tout aussi important est le mouvement de masse qui a utilisé le livre pour forcer ce changement crucial dans la gestion de l’environnement marin. Au cours des dix années qui ont suivi la publication de la première édition du livre, la plupart de mes activités d’organisation de base ont consisté à parler aux clubs de pêche en eau salée. Le club typique est entièrement masculin, composé uniquement de blancs et majoritairement de la classe ouvrière. Beaucoup de ces hommes sont des ouvriers qualifiés : plombiers, charpentiers, électriciens, paysagistes, tôliers, mécaniciens. Certains gèrent leur propre entreprise. Nous nous réunissions généralement dans une salle de réunion des Chevaliers de Colomb, de la Légion américaine ou des vétérans des guerres étrangères et commencions nos réunions par le serment d’allégeance au drapeau. Le mouvement de masse de ces hommes a été crucial dans la lutte. Lorsque j’ai essayé d’amener les organisations libérales locales à se rapprocher du mouvement, elles ont rejeté ces hommes comme des bouseux désespérément ignorants. Mais en réalité, l’environnement marin était au cœur de la vie de ces hommes, et ils voulaient qu’il soit sain pour leurs enfants et petits-enfants. Je suis l’un de ces hommes blancs. J’aimerais que les libéraux commencent à reconnaître que nous, les pêcheurs et les chasseurs, sommes très attachés à l’environnement naturel.

Dans l’un de vos articles What Is Covid-19 Trying to Teach Us ?”>, vous évoquez que bien avant la crise du Covid-19, il y avait des signes de récession. Avec la crise du Covid-19, la situation s’est aggravée. Selon vous, n’allons-nous pas vers une récession encore plus grave qu’en 2008 ?

Á cause de la mauvaise gestion de Trump, cette récession est déjà bien pire que celle de 2008, même si elle s’avère assez lucrative pour certaines entreprises et pour les spéculateurs et investisseurs boursiers. Si Biden gagne, il héritera d’un gâchis bien pire que celui que George W. Bush a laissé à Obama pour faire le ménage.

D’après vous, la guerre économique que mène Trump à la Chine n’est-elle pas une aventure dangereuse pour l’économie mondiale ?

C’est certainement le cas. Les gens oublient qu’en 2008-2009, c’est l’économie chinoise qui a servi de moteur pour sortir le monde de la récession. Trump considère tout comme un jeu à somme nulle, avec un gagnant et un perdant. Mais la coopération et la reconnaissance du fait que nous sommes une seule espèce – une espèce menacée – sont nécessaires pour créer un avenir vivable.

Dr. H. Bruce Franklin

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le Dr. H. Bruce Franklin ?

L’un des plus grands historiens culturels et érudits étasuniens, H. Bruce Franklin est l’auteur ou l’éditeur de dix-neuf livres et de plus de 300 articles sur la culture et l’histoire publiés dans plus d’une centaine de magazines et journaux importants, de revues universitaires et d’ouvrages de référence. Il a prononcé plus de cinq cents communications sur les campus universitaires, dans des émissions de radio et de télévision, ainsi que dans des conférences universitaires, des musées et des bibliothèques, et il a participé à la réalisation de quatre films. Il a enseigné aux universités Stanford, Johns Hopkins, Wesleyan et Yale et est actuellement professeur d’études anglaises et américaines à l’université Rutgers de Newark (John Cotton Dana). Avant de devenir universitaire, Franklin a travaillé dans des usines, a été matelot de remorqueur et matelot de pont, et a volé pendant trois ans dans l’armée de l’air des EU en tant que navigateur et officier de renseignement du Strategic Air Command.

Franklin a publié sans interruption sur l’histoire et la littérature de la guerre du Vietnam depuis 1966, date à laquelle il est devenu largement connu pour son opposition militante à la guerre. Son cours de pionnier sur la guerre et son livre M.I.A. Or Mythmaking in America ont eu un impact national majeur, et il est co-éditeur du texte d’histoire largement adopté Vietnam and America : A Documented HistoryVietnam and Other American Fantasies, offre une vision globale de la culture américaine au XXIe siècle.

Un autre domaine dans lequel l’œuvre de Franklin s’est distinguée au niveau international est l’étude de la science-fiction et de sa relation avec la culture et l’histoire. En 1961, il a offert l’un des deux premiers cours universitaires de science-fiction, et son livre Future Perfect a joué un rôle clé dans l’établissement de l’importance et de la légitimité académique du sujet. Son livre Robert A. Heinlein : America as Science Fiction a remporté le prix Eaton en 1981 ; en 1983, il a remporté le Pilgrim Award for Lifetime Scholarship de la Science-Fiction Research Association ; en 1990, il a été nommé « Distinguished Scholar » de l’Association internationale pour le fantastique dans les arts ; et en 1991, il a été conservateur invité pour l’exposition « Star Trek and the Sixties » au National Air and Space Museum de la Smithsonian Institution.

Le premier livre de Franklin, The Wake of the Gods : Melville’s Mythology, a été imprimé sans interruption depuis 1963 et est considéré comme un classique de l’érudition et de la critique. Il a été président de la Melville Society et continue de publier des ouvrages sur Melville.

Prison Literature in America : The Victim as Criminal and Artist a fait du Dr. Franklin la première autorité mondiale en matière de littérature carcérale étasunienne. Son anthologie Prison Writing in 20th-Century America est très influente.

The Most Important Fish in the Sea : Menhaden and America montre comment les menhadens ont façonné l’histoire nationale et naturelle de l’Amérique, et pourquoi la surpêche imprudente menace maintenant leur place dans les deux cas. Le livre a déjà conduit à l’introduction de deux projets de loi au Congrès.

War Stars : The Superweapon and the American Imagination a été largement salué comme un classique depuis sa première publication en 1988. En 2008, le Dr. Franklin a publié une édition révisée et augmentée qui balaie plus de deux siècles de culture et d’histoire militaire étasuniennes, en retraçant l’évolution des super-armes depuis le sous-marin de Robert Fulton au XVIIIe siècle, en passant par le bombardier stratégique, la bombe atomique et la guerre des étoiles, jusqu’à un XXIe siècle dominé par les « armes de destruction massive », réelles et imaginaires. Entrelaçant culture, science, technologie et histoire, il montre comment et pourquoi la recherche par les Étasuniens de l’arme défensive ultime – garantie de mettre fin à toute guerre et d’apporter un triomphe universel aux idéaux étasuniens – a conduit notre nation et le monde à une époque de terreur et de guerre sans fin.

Le site officiel du Dr. Franklin

»» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2020/09/01/dr-h-bruce-franklin...
URL de cet article 36416
  

Même Thème
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.