RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Dérégulations des coups d’état ?

Or déréguler c’est plus de règles ? Sauf pour les « autres » sur lesquels s’amoncellent toujours plus de contraintes. Pour eux-mêmes, malades de la sciences infuse, la dérègle dérègle tout. Ils s’en goinfrent de coups d’état tels la banalisation du mal. Le but reste de rendre anodins tous les prurits de leurs caprices arbitraires. C’est-à-dire non nécessaires ! Le chaos ne vient que d’en haut.

Ce chaos construit, inventé dans les grands détails. Ce pourquoi nous en percevons les trop grosses ficelles. Dans ce texte, des documents de toutes sources vont permettre de se forger sa propre conscience claire et distincte. Claire et distincte, oui, ce qui semble trop souvent négligé. Plus maintenant. Le cœur est lourd, trop de violences viennent de l’illégitimité des pouvoirs

1 --- Plus jamais de partis politiques, des élections directes.

Simone Weil, comme sociologue de la « Note sur la suppression des partis politiques », a bien plaidé les avantages inouïs de voter directement. Sans plus de filtres douteux. Sans intermédiaires bouffis de conflits d’intérêts. De quoi sortir une bonne fois pour toutes des sales habitudes. Au point où les banlieues, toujours très oubliées, auraient enfin leurs propres représentants. En tout direct. La société transfigurée à jamais.

2 --- Les causes flagrantes d’une situation explosive ?

Une ambiance antisociale se fabrique peu à peu. Lorsque vous ressentez toujours plus d’impunité, vous vous installez dans cette impunité. Vous n’êtes pas les auteurs de cette intouchabilité, vous la vivez au quotidien. Le mal se banalise, vous vous y êtes habitués. Autant dire que les causes ne sont pas vues. C’est ce qui s’est passé dans la police dire nationale, donc de service public, payée ave es impôts communs, donc pas privatisée comme une...milice appartenant à une « faction factieuse ». A force d’être déshabituée de Respecter Tout le monde, ou encore à se savoir « au service » de toute la population. Que cette police doit protéger et non agresser. Les inhibitions qui... empêchent les passages désinhibés à l’acte assassin aveuglent sur la gradation responsable des réactions : enfin on ne tire pas directement « pour tuer » pour un minuscule refus d’obtempérer. Et l’on ne considère pas tout le monde « comme des délinquants » s’ils ne sont pas d’accord avec les gouvernements.

Trop d’impunités, non fondées, rendent Irresponsable. Donc dangereux.

Les causes majeures des drames qui surgissent dans la routine irréfléchie de mal se comporter oui ces causes déclenchantes viennent directement des politiques mises en œuvres. Politiques qui désapprennent à la police nationale à respecter automatiquement les populations comme citoyens libres et « respectables ».

3 --- Obtempérer et à quoi, sinon aux valeurs de la République ?

Et s’il n’y avait que des gouvernements « privatisés » (appartenant à une caste privée illégale) qui ne veulent que détruire les institutions ? Exact, ces gouvernements ne produisent que des « non valeurs » (soit l’ultra infantilisme de s’enrichir à n’importe quel prix, même celui du sang – ou l’ultra violence qui contient toutes les autres !). La caste illégale - qui « achète » les gouvernements et leurs police-Justice - devient les limpides ennemis des « valeurs de la République ». Celles pour lesquelles il fut demandé (à une autre époque) d’obtempérer. Entendez bien d’ ob-tempérer, soi semer la modération de la paix, comme les ex-gardiens de la paix. Donc 100 jours d’apaisement sans apaisements ? Sinon « au nom de quoi » la police non nationale peut-elle exiger d’obtempérer. Pas de la réPublique en tout cas ! Pire encore ? Si les politiques abandonnent tous les pouvoirs illimités et sans raisons à la police nationale, vers quelles dérives nous dirigeons-nous ? Un avant-goût réside bien dans l’IGPN ? Qui toujours absout les méfaits des forces dites de l’ordre. Les éborgnés, par des armes de guerre, des Gilets Jaunes nous ont assez prouvé cette immunité, surtout pas « républicaine », des FDO.

4—)- Ces manies maniaques de toujours « forcer » les citoyens ?

Tout vient de là. Ne permettre que la force comme seul fonctionnement de la société. Aux citoyens légaux, forcer leurs non consentements et hurler que ce sont des consentements. Verrouiller à l’avance toutes les décisions et oser qu’il faille les respecter ces décisions comme « ayant force de lois ». Justement elles ne sont pas de « vraies » lois : vraies lois toutes « votées » par le Parlement : c’est écrit dans la...loi. Respects, donc, dus aux lois votées naturellement et aux « processus démocratiques » par les gouvernements. A la place, sabotages des corps intermédiaires : ce qui met, de manière aussi irresponsable, les politiques directement en face des foules. D’où les inévitables violences policières. Violences policières qui sont reconnues par le monde entier : impossibilité donc d’encore le nier.

Cet usage nu et si imprévoyant (on fonce sans réfléchir) crée l’unique poudrière de l’hyper violence « ruisselant » par le haut. Hyper violences donc à la place des respects donc dus aux lois votées normalement et aux « processus démocratiques » par les gouvernements. La source principale des violences explosives est là et pas ailleurs.

Il ne peut être mis sur le dos des populations ce qu’elles subissent en premières lignes. Quitter l’hyper autoritarisme et ses monologues insensés devient ce qu’il faut faire.

Pourquoi ? C’est le dysfonctionnement hyper bloqué d’un pouvoir rigide qui ne veut ni voir ni entendre qui « crée » l’escalade permanent de la violence. Irresponsabilités et aventurismes de cette politique du « chaos par les violences » (si connue de néolibéraux sans loyautés !). C’est la violence interne du macronisme qui provoque tous les problèmes de dérapages incontrôlables.

Résoudre les conflits c’est, avant tout, trouver où est l’amorce. L’iskra. Et la désamorcer.

C’est aller au plus près de l’interrupteur (en l’occurrence auprès des gouvernements). Et l’éteindre fermement. L’interrupteur interrompt bénéfiquement la folie en marche.

Réguler la politique « désaxée » devient l’acte d’urgence absolue !

»» https://www.imagiter.fr/2023/07/deregulations-des-coups-d-etat.html
URL de cet article 38756
  

Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.