RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des armes et des ressources pour les Palestiniens et leurs alliés

Il est impossible de n'entendre aucune demande d'aide matérielle, militaire et économique pour la résistance armée palestinienne, ou pour ses alliés régionaux, de la part de la gauche mondiale.

Ce qui est proposé ici n’est pas une apologie gratuite de la guerre, ni un mépris pour les vies palestiniennes motivées par un bellicisme fiévreux. Ce n’est pas une fétichisation de la résistance ou du sang versé. La clé n’est pas non plus que, puisque les Palestiniens ne peuvent pas vaincre Israël militairement, il s’agit alors d’exiger exclusivement un cessez-le-feu. Ce n’est pas la question. Les Vietnamiens n’ont pas vaincu les États-Unis militairement non plus, et ils ont également exigé la fin du massacre étasunien, mais tant que l’agression se poursuivait, il y avait une obligation éthique et politique de soutenir les forces de libération vietnamiennes. Le même cas était applicable à la résistance de l’Algérie, de l’Angola ou du Kenya contre les oppresseurs coloniaux que sont la France, le Portugal ou le Royaume-Uni.

Par conséquent, notre devoir est d’exiger la fin du génocide, de l’oppression systémique, du nettoyage ethnique et du régime colonial israélien lui-même, mais jusqu’à ce que cela se produise, il est également de notre devoir d’exiger un soutien matériel et économique aux forces de résistance palestiniennes et à leurs alliés.

Omission de l’aide à la résistance palestinienne

Aujourd’hui, tout au plus, le droit du peuple palestinien à la résistance par tous les moyens, y compris l’armée, s’exprime de manière plus ou moins balbutiante.

Ce n’est pas très transgressif ou extrémiste, car c’est en fait quelque chose que la légalité internationale elle-même reconnaît (Résolution 3070 des Nations Unies et autres dispositions). Il est triste qu’il semble très audacieux de brandir une déclaration retentissante de l’ONU mais, de toute façon, l’audace s’arrête là et d’autres choses plus importantes sont omises. Vous oubliez ce qu’il dit dans le paragraphe suivant dans lequel il appelle les peuples du monde à apporter un soutien matériel et de toutes sortes aux forces de résistance palestiniennes pour les aider dans leur droit inaliénable à la libération nationale.

Ce que presque toutes les gauches eurocentriques ont soutenu avec l’Ukraine, en envoyant une aide militaire, est ce qu’elles devraient faire avec les Palestiniens et leurs alliés régionaux, mais cela ne semble pas leur traverser l’esprit de le soulever.

Dans un acte de la gauche espagnole, une Palestinienne défend le droit à la résistance armée palestinienne et les dirigeants de ce parti présents là-bas hésitent sous les applaudissements, peut-être ont-ils peur de l’entendre. Dans d’autres expressions de la gauche, on trouve un radicalisme passif, opportuniste, écœurant ou hypocrite. Les partis du gouvernement espagnol y sont installés. Ils se combinent en criant “Palestine libre !"en approuvant la doctrine coloniale des "deux États". Ils combinent relations complètes et commerce des armes avec Israël, en ne validant que les voix palestiniennes qui réclament exclusivement les droits de l’homme ou celles qui représentent le régime de Vichy, appelé Autorité palestinienne.

En général, la gauche occidentale a réduit au silence les sujets politiques actuels de la résistance. Pourquoi le ghetto de Gaza a-t-il s’est soulevé le 7 octobre ?. Parce que” ce sont des terroristes", même les partis communistes européens nous l’ont expliqué. Seuls quelques groupes pro-palestiniens ont permis aux protagonistes de s’exprimer.

Il y a un peu plus de 40 ans, les grands syndicats espagnols et les partis de gauche ont mené des campagnes de collecte de fonds pour la guérilla sandiniste. Il y a plus de 50 ans, les grands partis de gauche européens collectaient et envoyaient des fonds à la guérilla vietnamienne. Remontant plus loin dans le temps, pendant les années de résistance en Espagne à l’agression du fascisme et du nazisme, la Palestine a envoyé des combattants pour défendre la République espagnole contre les troupes de Franco. Aujourd’hui, au contraire, lors de l’agression du fascisme israélien contre la Palestine, le gouvernement espagnol qui prétend être l’héritier de cette République espagnole envoie des armes et maintient un soutien de toutes sortes à Israël.

Plus elle a réduit au silence son soutien matériel à la résistance palestinienne, plus la gauche a facilité et renforcé la criminalisation par les institutions occidentales de ce droit naturel des Palestiniens. Face à la légalité internationale et à son appel à soutenir la résistance, nous trouvons des directives de l’UE contraires à cette légalité criminalisant et persécutant ceux qui soutiennent matériellement les forces palestiniennes. Bien sûr, aux États-Unis, c’est encore pire.

Les pays du Sud reproduisent aussi un discours colonial

Le grave problème est que cette omission d’aide ne vient pas seulement que des gauches occidentales.

Le 3 mars, une journée de solidarité avec la Palestine et contre le génocide a eu lieu à La Havane avec une grande participation, avec le président cubain Miguel Díaz-Canel et une grande représentation politique. Une description précise et vibrante du génocide a été faite à la tribune, mais finalement la demande était “cessez-le-feu, retrait d’Israël des territoires illégalement occupés et accès de l’aide humanitaire."C’était accompagné de rien de plus, rien de moins.

Les première et troisième pétitions sont formulées dans le domaine strictement humanitaire, et la deuxième pétition exprime la subordination cubaine à la reconnaissance de l’État israélien et à la fraude des “deux États”. De La Havane, on demandait à Israël de retirer ses troupes, ses colons, ses villes et ses infrastructures des ghettos de Gaza et de Cisjordanie. Aucune démarche décolonisatrice de l’ensemble du territoire palestinien, aucune remise en cause de l’existence du dispositif israélien et aucune proclamation au monde invitant à envoyer une aide militaire ou économique à la résistance palestinienne.

Il est incompréhensible que le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ait déclaré lors du sommet de la Ligue arabe à Alger en 2022 " Nous voulons un État palestinien basé sur les frontières de 1967." L’Algérie, qui était sur le point d’être scindée par la France en deux États à l’approche de la fin de sa colonisation, un Français et un pour les Algériens indigènes, prône aujourd’hui la même chose avec la Palestine. Bien que l’Algérie soit soumise à un grand risque d’ingérence occidentale destructrice, il semble excessif que son président défende aussi explicitement un discours colonial.

C’est pourquoi il n’est pas entendu que des pays ayant très peu à perdre, survivent sous d’innombrables sanctions étasuniennes, comme Cuba, l’Afrique du Sud, le Venezuela, etc. continuent à reproduire le discours colonial des "deux États" et taisent une demande d’aide pour les forces palestiniennes et les alliés régionaux. Il ne s’agit pas que des pays du Sud dans leurs situations économiques compliquées dirigent cet envoi de ressources ou d’armes, comme à l’époque de l’internationalisme cubain au siècle dernier. Il s’agit au moins de changer le récit colonial imposé par l’Occident et Israël. Il s’agit de changer le paradigme discursif de la part des pays qui seraient censés le faire. Il s’agit de soutenir expressément et de mener les actions nécessaires pour que ce soutien se concrétise.

Au contraire, ce que nous entendons de nombreux pays assiégés est une réplique du discours de nombreux partis de gauche eurocentriques, et même un écho du discours de dirigeants occidentaux qui nourrissent le génocide tels que Pedro Sánchez, Josep Borrell ou Emmanuel Macron, qui insistent désespérément sur les “deux États".

Quelle est la signification des ”deux États" ?

La thèse colonialiste des ”deux États", officiellement établie en 1947, est un discours illégitime puisque les habitants n’ont pas été consultés et est morte après l’expansion coloniale israélienne des 60 dernières années. Il est inconcevable que les gauches du monde continuent à répéter comme des automates cette base fondatrice du colonialisme en Palestine, y compris en plein génocide.

Les partitions d’un territoire en deux ont toujours cherché à assurer au colonisateur au moins un morceau de ce qui était conquis lorsqu’il sentait qu’il pouvait tout perdre.

C’était l’origine des études de partition dans les années 30 et 40 lorsque les Britanniques avaient une date de retrait de Palestine et que leur colonie pouvait échouer, il faut donc comprendre leur imposition dans les Accords d’Oslo pour écraser une Intifada qui déstabilisait le statu quo, et c’est aujourd’hui le bruit occidental insistant à la vue de leur colonie israélienne en soins intensifs.

Les colons ne s’arrêtent jamais volontairement dans leurs processus invasifs et ne démissionnent pas à moins d’y être contraints. C’est pourquoi aux États-Unis, au Canada ou en Australie, ils n’ont pas proposé “deux États” aux indigènes. Au contraire, ils l’ont fait en dernier recours face à un horizon de défaite dans leurs colonisations de l’Irlande, de la Palestine ou de l’Afrique du Sud, et c’est pourquoi De Gaulle l’a médité pour l’Algérie avec des déplacements forcés des Algériens. Ce n’est pas nouveau, ce schéma mort des "deux États” n’a eu pour sens que de consolider l’existence d’une pièce colonisée en Palestine contre toutes les conditions de possibilité. À la marge et de manière subordonnée, il resterait à voir si les indigènes auraient le droit de survivre sous un régime de Vichy, des bantoustans, des réserves indiennes ou un gigantesque Guantanamo tel qu’il est construit aujourd’hui à Gaza.

Il n’y a qu’une seule entité géopolitique entre le Jourdain et la mer Méditerranée qui régit la vie de tous les habitants depuis des décennies, c’est l’entité coloniale israélienne. Son blanchiment par l’Occident ne parvient pas à cacher qu’il s’agit d’une entité coloniale, créée dans le crime, le pillage et le nettoyage ethnique des indigènes, et pourtant il est très difficile d’entendre du Sud global un plaidoyer pour sa disparition et son remplacement par une autre entité politique différente pour l’ensemble du territoire. Et bien sûr, ce qui n’est en aucun cas entendu, c’est l’appel à envoyer un soutien militaire et de toutes sortes à la résistance des indigènes et de leurs alliés voisins.

Israël doit se sentir très calme devant cette confluence du discours des gauches planétaires qui propose essentiellement un apaisement. Personne n’exige de soutenir la réponse légitime à la violence israélienne. Très peu exigent le renversement de l’entité coloniale.

Le rappel international que le peuple palestinien a le droit à la lutte armée et qu’il ne s’agit pas de terrorisme devait venir d’autres coordonnées. C’est ce qu’a fait le représentant de la Chine à la Cour internationale de Justice, Ma Xinmin, à son tour d’intervention lors des sessions du processus contre Israël. La démarche est intéressante, et il faudra voir si la Chine adopte le mandat de soutenir militairement et économiquement les forces palestiniennes et leurs alliés comme elle l’a fait par le passé, et cesse de soutenir la partition de la Palestine, d’autant plus que la Chine ne tolère pas une telle chose avec Taïwan.

La gauche occidentale n’aime pas les forces de résistance

Pour le moment, le soutien matériel à la résistance palestinienne se fait au sein d’une alliance hétérogène dans ses idéologies et ses capacités du Yémen, de l’Irak, de l’Iran, du Liban ou de la Syrie. Il est curieux de voir à quel point cette alliance ressemble à celle que Lénine proposait il y a cent ans lors de son Congrès des peuples d’Orient. Cette réunion a réuni des chefs tribaux conservateurs, des cheikhs religieux, des intellectuels ou des révolutionnaires marxistes d’Asie, car le dirigeant soviétique avait compris que la lutte anticoloniale hétérogène était le talon d’Achille de l’impérialisme et qu’aucune révolution ne pouvait être attendue au sein de la métropole colonisatrice européenne.

À ce stade, nous continuons, dans lequel la centralité du conflit continue d’être entre les peuples appauvris de la planète et les oppresseurs qui parasitent leurs ressources et leurs terres. Et au même moment, la gauche occidentale continue : elle dégage un mélange d’héritage sioniste et de préjugés sur les mouvements de libération nationale autochtones qui ne rentrent pas dans les corsets idéologiques eurocentriques. Ajoutez l’arabophobie et l’islamophobie et nous avons l’explication pour laquelle ces alliances hétérogènes avec la résistance palestinienne ne sont pas dignes de la solidarité sélective occidentale. Parallèlement à cela, la profonde intégration de la gauche dans les structures des puissances colonisatrices signifie qu’elle ne maintient peut-être que l’espoir de gérer, de manière progressive, les revenus fournis à l’Occident par la présence d’une colonie en Palestine et d’avoir certains régimes arabes subalternes.

Tout le monde répugne les conflits armés, mais encore plus par les peuples opprimés qui sont obligés de s’engager et de leur résister précisément pour vivre dignement et en paix. Et la représentation de ces peuples est dans ceux qui résistent, à qui il faut donner la parole, et non dans ceux qui se soumettent, comme l’est la section indigène de l’entité coloniale, la ptétendue Autorité palestinienne. Les puissances coloniales sont déjà chargées de lui donner une voix.

Si les gauches européennes engagées ne sont pas capables de renverser le colonialisme, qu’elles aient au moins l’audace de défendre la légalité internationale et d’envoyer des armes et des ressources à la résistance palestinienne et à ses alliés.

Traduction : Voila ce que cela donne quand les palestiniens luttent pacifiquement

»» https://www.elsaltodiario.com/analisis/armas-recursos-palestinos-aliados
URL de cet article 39537
  

Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ne nous flattons pas trop de nos victoires sur la nature ; elle se venge de chacune d’elles.

Friedrich Engels

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.