RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Dimanche : dans le monde des caves on appelle ça un cas de conscience, nous on dit un point d’honneur.

Comme me le disait ma mère qui était croyante : - Mais tu penses trop, fiston !

Voilà, je vous expose ma couille : je dois voter dimanche dans un canton où, selon un schéma plutôt commun, le binôme socialiste affronte celui de la droite.

Si, comme dans l’Allier, le travail revenait à un binôme conduit par un communiste (le président sortant Jean-Paul Dufrègne) la question que je me pose serait moins épineuse : je voterais pour lui, avec ma compagne, c’est-à-dire en binôme à deux voix.

Ce candidat conclut l’entretien qu’il donne à l’Humanité par cette phrase :

- "Dimanche, ce sera soit la droite, soit une équipe de gauche qui a fait ses preuves, qui porte un projet de vie et de société plus juste, plus solidaire, plus dynamique et ambitieux."

Bien. Comme il s’agit de rassembler sur le second tour, il est compréhensible qu’il passe sur les restrictions des subventions accordées par le pouvoir aux collectivités locales, qui se traduisent non pas chez lui peut-être, mais dans la plupart des cas, par une hausse des impôts locaux assortie de coupes dans les soutiens aux actions sociales.

Et comme je ne suis pas un militant en campagne électorale, je me dis cependant que ce silence ne m’avance guère dans ce que je dois affronter dimanche. Parce que la désignation "équipe de gauche" pour ceux que je devrais aider est problématique.

Je connais pourtant la consigne de vote : "La gauche doit faire barrage à la droite antisociale", "... un appel à la mobilisation qui n’a rien d’un chèque en blanc pour le gouvernement, mais qui vise à protéger les politiques publiques locales pour les populations."

Et c’est arrivé ici que ma gamberge commence. Parce qu’il s’agit d’aller voter pour des candidats dont la politique nationale ne protège pas les politiques publiques locales pour les populations. À un point tel qu’elle entendait purement et simplement les supprimer.

Mon daron, lui, ne se serait pas gratté pour tomber les fadés.

Bon ! j’arrête de reufleuchir est j’verrai ben c’qu’en dira ma gonzesse qu’y n’me restera plus qu’à coller.

URL de cet article 28290
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Parfois sans le savoir, nous gagnons tous les jours. Ailleurs.

Viktor Dedaj

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.