Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Vladimir Poutine au défilé de la Victoire : c’est l’URSS qui a vaincu le nazisme

Discours de Vladimir Poutine à la parade militaire marquant le 73e anniversaire de la Victoire de l’URSS sur le nazisme, le 9 mai 2018.

Transcription :

Chers citoyens de Russie, anciens combattants, soldats et marins, sergents et sergents-chefs, adjudants et adjudants-chefs, officiers, généraux et amiraux,

Félicitations en ce Jour de la Victoire !

Cette fête a toujours été et sera toujours le jour le plus cher et le plus sacré pour chaque famille, pour tout notre immense pays, une journée de fierté nationale et d’infaillible mémoire éternelle.

Il y a soixante-treize ans, la grande guerre patriotique a pris fin, le nazisme a été écrasé, ses atrocités, ses outrages et sa barbarie ont pris fin et ses plans de domination mondiale ont été vaincus.

La défaite des nazis fut une énorme Victoire triomphale. Ce mot attendu depuis longtemps a immédiatement fait le tour de la planète. Tous les pays, tous les peuples à l’époque comprenaient que l’issue de la Seconde Guerre mondiale avait été déterminée par l’Union soviétique, que ce grand exploit sacrificiel avait été accompli par nos soldats et notre peuple.

L’URSS a gagné la victoire au prix des pertes les plus dures, des pertes irremplaçables ; elle a défendu l’honneur et l’indépendance de notre Patrie grâce à un courage inégalé sur les lignes de front et sur le front intérieur. Cependant, des tentatives sont faites aujourd’hui pour occulter cet acte du peuple qui a sauvé l’Europe et le monde de l’esclavage et des horreurs de l’Holocauste, pour déformer les événements de la guerre, enterrer les vrais héros dans l’oubli et forger, réécrire et corrompre l’histoire elle-même.

Nous ne laisserons jamais cela se produire. Nous devons chérir la mémoire du courage des guerriers qui ont donné leur vie, de tous nos soldats et des combattants courageux du Deuxième Front, de la contribution apportée par les pays de la coalition antihitlérienne, de la fraternité d’armes de ceux qui se sont dressés contre le nazisme.

Nous serons toujours fiers du fait que le peuple soviétique a tenu bon et n’a pas cédé à l’ennemi cruel, tandis que certains pays ont préféré la disgrâce de la capitulation, le compromis hypocrite ou la coopération directe avec les nazis [la palme d’or du collaborationnisme revient à la France, haut la main].

Notre peuple s’est battu jusqu’à la mort. Aucun autre pays n’a repoussé une telle invasion, évacué sous le feu de l’ennemi des millions de personnes et des milliers d’usines, qui ont presque immédiatement commencé à fabriquer des équipements et des munitions pour le front.

L’impossible a été atteint. Personne n’a pensé à soi et tout le monde a œuvré héroïquement, y compris les femmes et les enfants. Pour la Patrie, pour la Victoire. Pour ceux qui défendaient notre pays, leurs familles au cœur de la guerre.

Le courage de nos guerriers est incommensurable. Tous, du simple soldat au général, se sont battus dans le froid et dans la chaleur, dans de petits et de grands champs de bataille. Chaque ligne militaire faisait partie de la Patrie, et pour cette raison, chacune d’elles était la plus importante.

Nos troupes ont remporté de grandes victoires dans les batailles décisives de Moscou et de Stalingrad, dans les batailles près de Koursk et sur le Dniepr, ont brisé le siège de Leningrad et libéré les capitales européennes. Elles ont pris Berlin dans l’assaut décisif.

Leur origine n’avait pas d’importance durant tout ce temps : d’où ils venaient, quelle était leur appartenance ethnique ou leur religion, dans quelle région du vaste pays ils habitaient avant la guerre, et s’ils avaient été enrôlés pour rejoindre l’armée ou s’étaient portés volontaires pour le front.

Chacun avait une Mère Patrie. Chacun a combattu autant qu’il le pouvait, jusqu’à la dernière balle, jusqu’à la dernière goutte de sang.

Le 9 mai unit les générations à travers une histoire de courage. Chaque famille a ses propres héros, qui vivent dans nos cœurs. Ils sont avec nous dans les rangs du Régiment Immortel.

Nous nous inclinons devant la mémoire chérie de tous ceux qui ne sont pas revenus de la guerre, des fils, des filles, des pères, des mères, des grands-pères, des maris, des épouses, des sœurs, des camarades, des parents et des amis. Nous pleurons les anciens combattants qui sont décédés.

Observons une minute de silence.

(Une minute de silence.)

Chers amis,

En juin 1941, la guerre est entrée dans tous les foyers, séparant les êtres chers, beaucoup d’entre eux pour toujours. Elle a rendu orphelins et dépossédé des centaines de milliers d’enfants, détruisant les espoirs et les plans, incinérant les villes et les villages.

La guerre est toujours un défi pour la vie elle-même et tout ce qu’elle offre de mieux.

Nous nous souvenons des tragédies des deux guerres mondiales ; les leçons de l’histoire nous empêchent de « devenir aveugles ». Les nouvelles menaces ont les mêmes vieux traits hideux : l’égoïsme et l’intolérance, le nationalisme agressif et les revendications d’exceptionnalisme.

Nous sommes conscients de la gravité de ces menaces. Il est important que tous les pays, toute l’humanité réalisent que la paix est très fragile et que sa stabilité est renforcée par notre engagement commun à nous entendre, à nous faire confiance et à nous respecter les uns les autres.

La Russie est ouverte au dialogue sur toutes les questions liées à la garantie de la sécurité mondiale ; elle est prête à un partenariat égal et constructif visant à l’entente, à la paix et au progrès sur la planète.

Honorables vétérans,

Notre gratitude envers vous est sans limites ; nos cœurs en parlent en ce moment. Un défilé militaire aura lieu en l’honneur de vos services rendus à la Patrie.

Vos vies, brûlées par la guerre, sont un exemple éternel pour toutes les générations. Nous nous inclinons devant votre féroce loyauté envers la Mère Patrie.

Nous sommes honorés d’être vos héritiers. Nous comprenons l’étendue de cette responsabilité et nous serons jamais indignes de vous.

La fierté dans votre action nous rend plus forts. Maintenant, une nouvelle génération de vainqueurs est dans les rangs, et ils vont marcher à travers la place principale du pays.

Nous suivrons toujours votre testament, vos traditions. Nous continuerons à travailler dur, pour réussir dans l’intérêt de la prospérité et de la puissance de la Russie. La lumière de vos victoires, votre bravoure et vos paroles nous encourageront dans cette voie.

Bonne fête ! Félicitations en ce jour de la Grande Victoire ! Hourra !

Source : http://en.kremlin.ru/events/president/news/57436 (Subtitled by Russia Insight)

Traduction : https://sayed7asan.blogspot.fr/2018/05/vladimir-poutine-au-defile-de-la.html

URL de cet article 33364
   
Même Thème
Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Aussi longtemps qu’on ne le prend pas au sérieux, celui qui dit la vérité peut survivre dans une démocratie.

Nicolás Gómez Dávila
philosophe colombien


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.