RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

El Qods, et maintenant ?

Trump reconnaît Jérusalem en tant que « capitale » d’Israël. O.K.! Il vient d’en prendre la décision. Cela résout-il, ou va-t-il résoudre, pour autant, un contentieux vieux de 70 ans ? Certes non, loin s’en faut !

De fait, loin de dénouer quoi que ce soit, cette rodomontade du président états-unien ne fera qu’empirer les choses. En un simple clic, Trump aura détruit ce que la communauté internationale s’attelle depuis des décennies à mettre en œuvre : un processus de paix équitable qui permette de solutionner la quadrature du cercle proche-oriental.

Le président des Etats-Unis, juge et partie, en a décidé autrement, brisant un tabou : le statut d’El Qods. En s’alignant absolument sur l’irrédentisme sioniste, Donald Trump n’a pas gagné la partie, il n’a fait, outre une fuite en avant, que compliquer la donne d’un conflit déjà suffisamment complexe par lui-même. En fait, la décision de Donald Trump, ramène le conflit israélo-palestinien à son point de départ, à zéro. Aussi, il est étrange d’entendre le chef de la diplomatie états-unienne, Rex Tillerson, assurer vendredi à Bruxelles que le président Trump « est très engagé en faveur du processus de paix » alors qu’il aura surtout ouvert la boîte de Pandore. Il y a de fait maldonne : Trump, promoteur immobilier, habitué à commander ses milliers d’employés, agit de la même manière envers la communauté internationale, s’estimant apte à gérer le monde à sa convenance. Il se fait surtout des idées, mésusant de sa force et de celle du pays qu’il dirige. Dès son arrivée au pouvoir en janvier 2017, il annonçait déjà la couleur en faisant état de ses « doutes » quant à l’idée de deux Etats (Palestine et Israël) vivant côte à côte, consensus qui n’est pas seulement mondial, mais le fondement du partage de la Palestine historique avec un Etat hébreu et un Etat arabe. La problématique est de savoir comment faire appliquer la résolution 181 II du 29 novembre 1947, qu’à l’évidence Israël a fini par nier, ne reconnaissant pas un document, base de l’existence de l’Etat hébreu

Trump devrait, à tout le moins, réviser ses connaissances de l’histoire du XXe siècle et des faits qui l’ont émaillée. Or, dans ce cas, il semble faire montre d’une inculture et d’une ignorance crasses des principes du contentieux israélo-arabe en général, israélo-palestinien en particulier. Ce qu’il a décidé mercredi, la reconnaissance d’El Qods comme « capitale » d’Israël et d’y transférer l’ambassade de son pays, est en fait perçu par la communauté internationale comme une provocation. Une provocation d’autant gratuite qu’il met les États-Unis en porte-à-faux, les isolant sur des questions qui ne relèvent pas du seul vouloir des Etats-Unis. La prochaine étape sera sans doute la « reconnaissance » des colonies dans les territoires palestiniens occupés et le « droit » d’Israël d’expulser les Palestiniens. Avec un homme imprévisible, impulsif, dangereux pour la sécurité du monde, tout est en fait possible. En vrai bulldozer, il ne recule devant rien, fonçant tête baissée, ne se posant ni la question de savoir si ce qu’il fait est ad hoc ni ne remet en cause ses actions qui déstabilisent le monde. Sur le climat, sur le commerce international, sur le nucléaire iranien, sur la Palestine donc, sur la Corée du Nord, le président des Etats-Unis prenant des décisions désapprouvées par le monde entier, montre une méconnaissance invraisemblable du mécanisme de la diplomatie mondiale.

Par ses actions irréfléchies, à l’emporte-pièce, le président des Etats-Unis, outre qu’il met en danger la sécurité du monde, est désormais partie du problème proche-oriental, devenant en fait un fardeau pour la communauté internationale. Trump, qui a déjà menacé de détruire la Corée du Nord, est fort capable, dans un moment de démence, d’appuyer sur le bouton rouge. L’arme atomique des Etats-Unis a ainsi été confiée à un psychopathe, déjanté par la puissance destructrice qui lui a été confiée. Il en a déjà menacé la Corée du Nord, il pourrait le faire pour tout pays, qu’il estime se mettre en travers de la « pax americana » ou « menacer » la sécurité des Etats-Unis.

En novembre 2016, analystes et observateurs se demandaient qui était le plus dangereux pour la paix dans le monde entre Hillary Clinton et Donald Trump. Il est clair aujourd’hui que par ses décisions choquantes, émeutières, Trump fait trembler le monde. El Qods n’a été en fait que l’une des décisions aberrantes prises par Donald Trump depuis son accession à la Maison-Blanche. En vérité, depuis le 20 janvier dernier, la Terre est entrée dans un cycle d’incertitude, avec une épée de Damoclès, nommée Donald Trump, qui met en équation sa sécurité.

Karim MOHSEN
10 décembre 2017

URL de cet article 32715
  

Même Thème
Israël, Les 100 pires citations
Jean-Pierre Bouché, Michel Collon
Ce livre contient 100 citations de dirigeants, stratèges et penseurs sionistes, des origines du mouvement jusqu’à aujourd’hui. À partir de ces citations, il s’agit pour les auteurs de faire une analyse à la fois documentée et ludique de la pensée sioniste à travers les années. Les auteurs montrent ainsi qu’il y a bien une pensée sioniste cohérente qui se perpétue à travers le temps. Le conflit israélo-palestinien ne vient pas de nulle part : il prend sa source au moment même où le projet sioniste s’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme.

Karl Marx

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.