RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etas-Unis/Arabie saoudite : aux prolégomènes du terrorisme

Le phénomène dit « terrorisme islamiste » est devenu le fléau d’un début de troisième millénaire calamiteux.

Le qualificatif a été vite donné à la nouvelle barbarie taxée, à tort, de « terrorisme islamiste ». L’adjectif « islamiste » est superfétatoire et ne renferme qu’une parcelle de vérité qui n’est pas la vérité. En effet, si ces tueurs se réclament de « l’islam », ils le font par défaut et en rapport tant avec les besoins de leur mentor et sponsor pour l’un que des objectifs stratégiques et géopolitiques pour l’autre. Ainsi, l’objectif de l’Arabie saoudite a été, est, l’exportation de sa vision fondamentaliste de l’islam, le wahhabisme qui essaime partout dans le monde et particulièrement dans les pays arabes et en Afrique.

Pour leur part, les Etats-Unis veulent assurer leur hégémonie sur le monde et plus particulièrement sur les pays renfermant de grandes réserves énergétiques. Leurs responsabilités dans le « jihadisme » islamiste est grande. Riyadh a apporté l’argent et le prosélytisme, et Washington a mis sur la table sa logistique, sa technologie et son savoir-faire militaire pour créer cet étrange mercenariat qui agit sous étiquette « jihadiste ». Plus de 30 000 « jihadistes » de 80 nationalités (selon les chiffres mêmes du Pentagone) participent à la guerre dite « civile » imposée depuis quatre ans et demi à la Syrie. Peut-on comprendre ce phénomène « jihadiste » si l’on ne revient pas à la source de sa genèse ? Il est ainsi admis que les premiers groupes jihadistes apparurent en Afghanistan dans les années 1980 pour combattre l’armée rouge soviétique. Des dizaines de milliers d’Arabes [Ils étaient au nombre de 35 000, selon des chiffres avancés à l’époque à avoir été enrôlés] avaient été recrutés par l’Arabie saoudite et acheminés au Pakistan où ils avaient été formés par des agents de la CIA et de l’ISI (services secrets pakistanais). Les premiers étrangers à avoir eu entre les mains le fameux lance-missile US FIM-92 Stinger [en dehors des soldats étasuniens] ont été ces « volontaires » arabes – connus plus tard sous le nom d’« Afghans » qui ont sévi dans certaines contrées arabes et en particulier en Algérie dans les années 1990 où ils ont semé la terreur occasionnant la mort de 200 000 Algériennes et Algériens. Le chef de ces « Afghans » n’était autre que l’agent patenté de la CIA : Oussama Ben Laden, promu plus tard dirigeant de la nébuleuse dite « islamiste » Al Qaîda. Ce que reconnaissait le sulfureux conseiller du président Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, qui avouait en 1998 au magazine Le Nouvel Observateur avoir financé et utilisé Ben Laden pour abattre un régime progressiste (afghan, Ndlr) qui avait accompli une réforme agraire et émancipé les femmes. Il assure : c’est bien la CIA qui a piégé l’URSS pour l’attirer en Afghanistan. « Oui, la CIA est entrée en Afghanistan avant les Russes... »

Ces précisions pour lever les amalgames et rappeler que ce sont bien les Etats-Unis qui sont derrière les bouleversements qu’a connus le Moyen-Orient ces dernières décennies. Aussi, les Etats-Unis, par Arabie saoudite interposée, ont eu un long compagnonnage avec l’intégrisme saoudien. Ce que confirme l’ancien secrétaire d’Etat américain, sous George Bush père, James Baker III, qui admet sans ambages que l’Arabie saoudite est bien « un Etat intégriste », indiquant « il n’y a pas de pays musulman plus intégriste que l’Arabie saoudite (...) et pourtant c’est à la fois un ami et un pays important pour les Etats-Unis. Nous ne devons nous opposer à l’intégrisme que dans la mesure exacte où nos intérêts nationaux l’exigent ». Fin de citation. Il fallait le dire. Chassés d’Afghanistan par l’occupation de ce pays par les Etats-Unis, de nombreux « Afghans » se sont recyclés dans le terrorisme sous la bannière de l’islamisme intégriste. En réalité, tant qu’ils tuaient ailleurs, l’Occident n’a jamais cru à la nature barbare de ces hommes se réclamant d’une idéologie loin de représenter l’islam tel que nous le connaissons. Le monde entier avait pris à la légère la nuisance et les menaces de ce terrorisme singulier, jusqu’à la catastrophe de New York. Ayant ainsi mesuré la nocivité des nouveaux zombies, plutôt que d’agir dans un cadre concerté et sous l’égide de l’ONU, les Etats-Unis ont décidé de faire cavalier seul, déterminant des priorités, dont seul Washington connaît les tenants et aboutissants et qui ne sont pas nécessairement ceux de la communauté internationale.

L’instrumentali-sation du terrorisme est évident si l’on excipe du fait que beaucoup d’analystes ont été surpris de la manière avec laquelle les Etats-Unis combattaient « Daesh » en Irak et en Syrie. C’est encore plus révélateur depuis l’intervention de la Russie en Syrie [à la demande du gouvernement syrien, c’est important de le souligner] qui, en deux mois, a accompli ce que la coalition de 50 pays n’ont pu réaliser en quatorze mois. Ce qui fait réfléchir. Il y a anguille sous roche ! Que nous cache-t-on ?

6 décembre 2015

»» http://francophone.sahartv.ir/infos/actu_décryptage-i11596-aux_prolé...
URL de cet article 29732
  

Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.