Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Faire face sur des bases progressistes à la dangereuse Europe allemande

A propos d’une analyse de Jean-Luc Mélenchon

Dans un récent texte, Jean-Luc. Mélenchon sur la dangereuse montée en puissance de l’Europe allemande. Ce texte fait suite à des élections qui ont vu l’extrême droite nostalgique d’Hitler rafler 90 sièges au Bundestag... sans oublier la pression croissante du parti ultra-patronal FDP (libéraux) dont l’originalité est d’être à la fois ultra-européiste et cyniquement germano-centré.

Une fois de plus, il est triste que, excepté le PRCF, 99% des marxistes français se refusent encore, pour ne pas heurter la gauche bobo et son faux internationalisme, à regarder la réalité en face. Alors qu’initialement, l’expression « Europe allemande » fut lancée par Jacques Duclos, puis reprise par Georges Marchais. A noter que dans le texte de Mélenchon, apparaît – et nous ne pouvons que l’en féliciter ! – la juste expression « annexion de l’Allemagne de l’Est » en lieu et place du vocable euro-politiquement correct – et combien faux quand on voit le traitement revanchard réservé aux « Ossies » et aux communistes est-allemands ! – de « réunification allemande »...

Bien entendu, le constat que peut faire tout observateur objectif d’une résurgence très inquiétante de l’IMPERIALISME ALLEMAND aussi arrogant que jadis, ne signifie en rien baisser la garde sur la dangerosité de l’impérialisme français, dont on vient encore de mesurer l’incroyable arrogance lors du périple africain de Macron : et cela d’autant moins que, dans la triste continuité des Emigrés contre-révolutionnaires réfugiés à Koblenz, d’Adolphe Thiers se couchant devant Bismarck pour écraser la Commune, ou des Munichois faisant « le choix de la défaite » et de la « Kollaboration », l’impérialisme français en est à détruire les fondamentaux de notre pays (industrie, agriculture paysanne, services publics, communes, départements, et jusqu’à la langue française sacrifiée au « globish »*) pour accéder au rang de « brillant second » de l’Axe germano-américain. Ce que d’ailleurs Berlin ni Trump ne sont prêts à lui accorder !

Bien entendu, la dénonciation de l’impérialisme allemand serait gravement déséquilibrée si le PRCF, dont les dirigeants furent les initiateurs du Comité Honecker de Solidarité Internationaliste, ne travaillait pas plus fort encore à la reconstitution du seul « Axe franco-allemand » qui vaille : celui des communistes des deux rives du Rhin. Non pour « réorienter l’Europe dans un sens progressiste », et pas davantage pour enliser notre pays dans des « négociations » stériles sur l’ « Europe sociale », mais pour sortir de l’UE/OTAN par la gauche, dans la direction du progrès social, de l’indépendance nationale, de la coopération entre tous les peuples et dans la perspective clairement posée du socialisme. Comme disent nos camarades allemands, « Vorwärts, und nie vergessen die Solidarität ! » (En avant sans jamais oublier la solidarité !).

*Joachim Gauke, l’ex-président allemand, a honteusement appelé les industriels allemands à basculer leurs entreprises de l’allemand au tout-anglais tout en réservant « au foyer la magie de la langue maternelle ». Volkswagen a aussitôt obtempéré, entraînant dans son sillage Renault et PSA. Moralité : ne jamais confondre une nation avec l’impérialisme qui en usurpe le nom !

Source

le texte de JL Mélenchon : Attention ! Allemagne en crise

2 décembre 2017

»» https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/faire-fac...
URL de cet article 32647
   
Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou
"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu." On a tous déjà manifesté des dizaines de fois. On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quelqu’un qui a avalé la propagande sur la Libye, la Syrie et le Venezuela est bête, du genre avec tête dans le cul. Quelqu’un qui a rejeté la propagande sur la Libye et la Syrie mais avale celle sur le Venezuela est encore plus bête, comme quelqu’un qui aurait sorti sa tête du cul pour ensuite la remettre volontairement.

Caitlin Johnstone


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.