RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

France, une économie en panne et une mandature qui s’essouffle.

Au lendemain d’une prestation télévisée du Président français, effectuée à mi-mandat et jugée plutôt décevante par une large majorité de français, Nicolas Sarkozy a signé son retour par un grand meeting politique organisé à Paris. Cette coïncidence de calendrier qui n’en est en réalité pas une sonne comme une troisième mi-temps que l’ancien président français veut jouer après plus de deux années de diète politique, d’abstinence médiatique mais aussi un certain nombre de rendez-vous avec la justice dont une extraordinaire garde à vue prononcée à son encontre et jusque là inédite et constitue une première dans les annales de la justice française s‘agissant d’une personne ayant exercé et assumé la magistrature suprême.

Mais quel contexte politique conférer à ce retour en force de l’ancien président français qui semble faire de la reconquête des manettes de son parti une simple formalité et qui dans toutes ses déclarations ne s’adresse désormais qu’à celui qu’il considère comme son seul et unique adversaire, l’actuel locataire de l’Elysée, balayant au passage tous ses concurrents en s’en prenant aussi bien à ceux de son camp qu’à sa droite extrême en qualifiant même, selon des propos qui lui sont attribués dans un livre publié récemment, Marine Le Pen de femme au physique de déménageur.

L’ancien président français donne ainsi le top départ de la mêlée pour 2017 qui se fera, semble-t-il, à couteaux tirés. Il bouscule en même temps aussi bien à droite qu’à gauche l’agenda de celles et de ceux qui ambitionnent d’être présents à la prochaine présidentielle française et qui pourraient le déclarer plus tôt que prévu !

Mais énumérons d’abord les éléments du contexte dans lequel semble s’accomplir la résurgence d’un homme, pris à tort où à raison dans l’engrenage de la justice, que beaucoup donnaient comme politiquement mort.

Il y a d’abord les difficultés économiques récurrentes de l’hexagone caractérisé notamment par une persistance du chômage, une perte de compétitivité des grands groupes français, dont certains risquent de sombrer où sont carrément pour d’autres rachetés par leurs rivaux américains, par rapport notamment à ceux de l’insolente économie allemande toujours en expansion et l’appétit grandissant de ceux des pays émergents comme la redoutable Chine, une certaine déliquescence de la vie politique, des fractures sociales de plus en plus importantes et une politique étrangère devenue inaudible, sans avantages comparatifs, sans discernement et qui s’aligne le plus souvent sur celle agressive, expansionniste et souvent guerrière des Etats-Unis. Tous ces éléments convergeant malmènent l’ego de ceux qui pensent que la grandeur et le rayonnement de la France dans le monde sont plus que jamais menacés et voient en Sarkozy ce messie qui permettra d’éviter l’abime. Et ce dernier n’hésitant pas d’ailleurs dans son discours de la porte de Versailles, qu’il veut fondateur, à enfiler l’habit d’un nouveau prophète prônant la chrétienté, défendant avec virulence les principes immuables et pérennes de la république et s’invite dans le sillon du conflit des civilisations en invitant la ministre actuelle de l’éducation à revoir sa copie concernant l’autorisation accordée aux mères portant le voile d’accompagner leurs enfants dans les sorties organises à leur profit par les établissement scolaires et qu’il considère comme une entorse à la laïcité et aux lois de la république.

D’autres éléments participent, semble-t-il, de ce come-back de Sarkozy et sont inhérents à la politique menée par l’actuel Président français et qui paradoxalement plaident pour le retour en force de son prédécesseur. Un agenda politique écrit pendant la campagne présidentielle mais devenu au fil du temps confus, mené certes tambours battants mais constamment remis en cause, fait de reniements et d’effets d’annonces qui restent sans effet et ne renversent pas la rupture qui semble, comme le confirment la majorité des sondages, peut-être déjà consommée entre le président français et son opinion publique et pire le peuple de gauche. D’ailleurs dans son discours, l’ancien président français reprend à son compte des entorses à ce qu’il appelle l’égalité républicaine et énumère une série de mesures dont certaines sont en contradiction avec les valeurs prétendues immuables de la gauche et s’adresse directement aux déçus de celle-ci, à son camp et à l’extrême droite pour leur exposer sa vision de l’avenir. Il s’affiche dés maintenant comme alternative d’une mandature qui s’essouffle et qui risque de connaitre des turbulences dans ce qui lui reste de temps pour qu’elle soit entièrement accomplie. Certains exigent des législatives anticipées, d’autres profitent du désarroi qui semble s’emparer de l’équipe gouvernementale pour se demander comme le fait la Présidente du parti de Front National si le président existe encore et si le pouvoir n’est pas tout simplement vacant !

Et il est probable que d’ici 2017, l’actuelle mandature en France devienne un cauchemar si l’imagination, la créativité et surtout le renversement de la tendance économique indispensable à la relance de la croissance ne sont pas au rendez-vous. Cette échéance pourrait également voir la gauche au pouvoir se désintégrer encore plus qu’elle ne l’est actuellement tant l’implacable confrontation en son sein des égos et des ambitions politiques pourraient se révéler bien avant l’heure et accélérer encore plus la descente aux enfers. Et tout comme pour l’actuel que pour l’ancien locataire de l’Elysée, sans reprise économique le pronostic est déjà fait. Chaque jour qui passe apporte plus de chance de voir l’extrême droite au pouvoir en France en 2017.

Salim METREF

URL de cet article 27362
  

Même Thème
Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si Eve avait écrit la Genèse, que serait la première nuit d’amour du genre humain ? Eve aurait tout clarifié et dit qu’elle n’était pas née d’une côte, qu’elle ne connaissait aucun serpent, qu’elle n’a offert des pommes à personne et que Dieu ne lui a jamais dit qu’elle accoucherait dans la douleur et que son mari la dominerait. Que tout ça ce sont de purs mensonges qu’Adam a raconté à la Presse.

Eduardo Galeano

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.