RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Galère, pathologie, contagion, France 2 souffre pour nous

J’ai écouté, ce 21 mars, le journal télévisé de 13 h de France 2, qui s’ouvre sur la présentation de la journée d’action de demain (manifestations plus grèves). Je ne souhaite pas revoir tout le journal mais m’arrêter sur certains termes employés, termes certes peu nombreux mais ô combien révélateurs de l’idéologie sous-jacente des gouvernants et des journalistes.

1. Le présentateur, Nathanaël de Rincquesen, ouvre ainsi sont journal : "Journée noire en perspective". L’adjectif "noir" est connoté très négativement au moins depuis l’Antiquité, païenne ou chrétienne, qui lui associe des idées blasphématoires et néfastes (messe noire, magie noire), des idées de méchanceté (bête noire), de mystère, de clandestinité, de tricherie, de malhonnêteté (liste noire, caisse noire, marché noir, travail au noir). Et également d’ivresse : celui qui est fin saoul est plus que "gris", il est "noir". Et la couleur du deuil, en Occident, est le noir. Et cette tradition se perpétue dans les plus récentes œuvres de fiction puisque que dans la saga de "La guerre des étoiles", le personnage qui représente le Mal (Dark Vador = paronyme de Dark Father = Sombre père) est vêtu de noir du casque aux pieds (de pied en cap) et représente le côté "obscur" de la Force.

- Cet adjectif "noire" est d’ailleurs répété un peu plus tard : "Une journée bien plus noire que ce qu’attendait la SNCF jusqu’à présent... et Hélène Hug parle de "jeudi noir", qui doit amener la réminiscence, chez l’auditeur, de la Grande crise d’octobre 1929 à Wall Street.

- Dès le début, donc, le présentateur se place du point de vue exclusif des usagers des transports publics, auxquels les méchants syndicalistes vont pourrir la vie toute la journée. D’emblée, donc, rien n’est dit des raisons de la grève (la politique de dérèglementation sauvage d’Emmanuel Macron) rien de la raison d’une mobilisation qui s’annonce aussi large.

2. Après un sujet sur la neige dans les Bouches-du-Rhône, le présentateur reprend : "Je vous le disais dans les titres, c’est une journée de galère qui se dessine...". Pour la majorité des locuteurs de langue française, le terme de "galère" n’évoque que marginalement le navire de guerre de l’Antiquité, du Moyen âge et des Temps modernes, la trirème des Romains ou les navires de don Juan d’Autriche à Lépante. Il évoque plutôt la peine d’Ancien Régime, l’équivalent du bagne sur l’eau, qui précéda d’ailleurs le bagne. La connotation, qui suit celle de "noire", est donc fortement dépréciative, en ce qu’elle suppose que les gens vont "galérer" (verbe dérivé très fort, qui évoquait, jadis, non pas seulement les journées exténuantes passées à ramer, mais aussi la nourriture insuffisante, l’exposition au soleil et aux intempéries, les chaînes, l’hygiène épouvantable, les humiliations, etc.) En gros, ce à quoi les grévistes condamnent les usagers.

3. Hélène Hug, journaliste envoyée spéciale à l’Élysée, dit que le gouvernement "ne semble pas craindre la contagion". La grève, la manifestation, sont traitées au travers de la métaphore de la maladie, et de la maladie contagieuse, comme la variole, la rougeole, la peste, le typhus, la tuberculose, etc. La grève est ainsi naturalisée comme une maladie du corps social, une pathologie, une anomalie qu’il faut traiter et, d’abord, empêcher de se propager.

4. Hélène Hug dit : "Si les contestations s’additionnent bel et bien, il [= le gouvernement] considère qu’elles ne sont pas de même nature entre fonction publique hospitalière, SNCF, RATP ou encore Éducation nationale, bref, à ce stade, pas question de reculer..."

- Où est l’idéologie, là-dedans ? Elle n’est pas de dire ce que pense le gouvernement (à savoir que, selon lui, les contestations n’ont rien à voir entre elles) mais d’instiller cette idée dans l’esprit de la population – et peut-être même, derrière elle, des grévistes – à savoir que chaque contestataire se bat pour "sa petite chapelle", pour son "petit bout de privilège égoïste", pour ses "intérêts particuliers". Il ne faut surtout pas qu’il vienne à l’esprit des Français – pas seulement des grévistes et des manifestants – que les grévistes se battent contre un projet ultralibéral bien ficelé, bien cohérent, où tout se tient, et qui va vers les mêmes finalités au travers de la démolition des retraites, de la remise en cause du statut des fonctionnaires ou des cheminots, de la hausse de la CSG, des déremboursements de la Sécu, de la surveillance et de la punition des chômeurs, des cadeaux fiscaux faits aux riches et aux entreprises, etc.

- Il ne faut surtout pas que les salariés, les étudiants, les avocats, les chômeurs, les personnels des EHPAD, les cheminots, les retraités, les fonctionnaires sentent qu’ils sont visés par la même chose, qu’ils se découvrent des intérêts communs, qu’ils ressentent entre eux une solidarité. Il faut brouiller, il faut diviser pour régner.

5. Hélène Hug dit : "Le gouvernement parie sur la pédagogie". Le terme désigne, aujourd’hui, comme le dit Le Robert historique de la langue française, "la science de l’éducation des jeunes [je souligne], l’ensemble des méthodes qu’elle met en œuvre et la qualité du bon pédagogue". Par exemple : "Tu n’as pas compris la méthode de résolution d’une équation du second degré ou la règle d’accord des participes passés ?". Eh bien, dis-moi où tu bloques, dis-moi à quel moment tu ne comprends plus, et je vais te réexpliquer autrement".

- Il faut bien voir ce que ce terme "pédagogie" (qui est employé systématiquement chaque fois qu’il faut faire avaler aux Français une purge ultralibérale) recèle de mépris. D’abord, les Français sont pris pour des enfants et non pour des adultes. Et, de plus, ils sont pris pour des enfants demeurés, comme si la privatisation de la SNCF ou la baisse des retraites présentaient le même caractère d’évidence et d’innocuité que l’accord des noms composés ou la conjugaison des verbes irréguliers. Or, contrairement à ce que cherchent à faire croire le gouvernement (et peut-être aussi certains journalistes), les Français saisissent très bien ce que leurs gouvernants veulent leur administrer au travers de cette "pédagogie" : un rabotage de leurs droits, une détérioration de leurs statuts et de leurs garanties, une baisse drastiques de leurs revenus.

- Le gouvernement s’imagine qu’en disant "Je vais procéder, sur votre personne, à une énucléation", la réalité sera moins douloureuse qu’en disant : "Je vais t’arracher un œil". Comment mieux signifier : "Je vous prends pour des imbéciles ?"

Philippe ARNAUD

URL de cet article 33094
  

Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.