RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Haiti : Chronique d’une piraterie annoncée !

« La généralisation de la médiocrité a crée un courant nihiliste dans la classe politique qui revendique Tèt Kale l’absence de toute valeur, le triomphe du rien et des vauriens » soulignait judicieusement Leslie Péan in AlterPresse le 3 janvier 2015.

L’étranger peut être expulsé du territoire de la République lorsqu’il s’immisce dans la vie politique du pays et dans les cas déterminés par la loi, suivant l’article 56 de notre Constitution. Cependant.

« Depuis 1915, nous avons connu et subi toutes sortes d’occupations. Et toutes sortes d’avanies. Et toutes sortes d’humiliations. Et d’abaissements. Depuis la gourde devenue une monnaie divisionnaire du dollar jusqu’au financement des élections, élément fondamental de la souveraineté, qui ne peuvent être organisées que sur ordre du Blanc », s’indigne Jean-Claude Fignolé. Les fameux billets émis le 22 janvier 1915 par le président Davilmar Théodore qui seront connus sous l’appellation de « Bons Da » s’échangeaient aux taux de 50 gourdes pour un dollar ! Aujourd’hui, cent ans plus tard, 55 gourdes et plus. Nous aurions alors comptabiliser un recul de 100 ans ?

Vu qu’ils partagent une vision commune du modèle de démocratie ( la leur ) qu’ils entendent imposer au peuple haïtien, pourquoi diantre Pamela White, Sandra Honoré, Evans Paul et Pierre- Louis Opont ne sont-ils pas allés jusqu’au bout en annonçant tout bonnement ce dimanche matin avant le « vote » ou à un quelconque moment donné de cette journée de la honte leur résultat, c’est une évidence, programmé ? Ils n’ont pas osé nous décrire dans les menus détails le scenario qu’ils avaient savamment orchestré, retenu pour cette « sélection chirurgicale », mais comment pouvons-nous leur reprocher de ne pas nous avoir averti : Agents intérimaires. Déclaration de l’Internationale « encourageant » la tenue d’élections. CEP accouché au forceps. Propositions pour une élection générale. Candidats agrées, rejetés, (re) agrées. Proposition de gouvernement de transition. Avis des ambassades à leurs ressortissants. Se dire en réserve de la République. Démenti d’assassinat du président du CEP. Et puis les choses sérieuses : difficultés techniques, d’où non inscription de bon nombre de Casecs, Asecs, de mandataires. Et pour clôturer le tout, valse officielle de K-Plim lors de la fermeture de campagne du PHTK de Sweet Miky et co... Et dire qu’ils ont trouvé des caves pour les prendre au sérieux, argumentant qu’il fallait par exemple donner le bénéfice du doute au ti jezi nan po krab K-Plim qui se bat, c’est le cas de le dire, comme un diable dans le bénitier pour se faire passer pour le Mandela haïtien ! Quelle prétention, que dis-je, quelle offense, quelle infamie !

Nous ne croyons pas inutile de rappeler que « l’écrasante majorité des citoyens de l’intérieur et de l’extérieur d’Haïti, surtout ceux des couches populaires les plus défavorisées, ont pris conscience au cours des années 80 du rôle que chacun doit jouer dans le cheminement du destin national et dans le développement du pays.[...] et ont mis en place en décembre 90 un pouvoir à visée progressiste, cherchant ainsi à renverser la pratique, la culture séculaire imposée par une suite de gouvernements agissant au profit exclusif de la minorité possédante ». Les coups d’État successifs de septembre 91, février 2004, mai 2011 qui ont visé l’exclusion définitive des masses haïtiennes en tant que sujet de la vie politique, économique, culturelle et sociale du pays ont consacré l’usurpation de ce pouvoir par des tenants de l’ordre ancien.

Fanmi Lavalas aura peut être été le seul dindon de la farce ? Et aussi tous ceux qui se réclament de cette mouvance, ses militants qui ont survécu et résisté à une si longue exclusion, pris pour des « canards sauvages » ? Tout porte à le croire. À moins que cette famille, renouvelée, rajeunie, qui devrait s’unir (dans la diversité des idées), qui devrait apprendre à mieux gérer les contradictions internes nous prouve à très court terme, sans délai que devan manje ranje saa zòt kwit pou pèp la e vle fòse l vale à la vitesse grand V, li gen zouti teyorik ak pratik -li pa ka antre nan won san baton- pou l kontinye charye toutbon vre revandikasyon mas la, la majorité qui reste attachée à l’idéal du 16 décembre 90 et qu’elle a pour mission aujourd’hui de rallier et de reconduire à la prise du pouvoir pou kat ki mal bat depi dikdantan an kapab rebat. Lutte de classe, jwèt la make san.

Yvon Pierre
9 juillet 2015

URL de cet article 29092
  

SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La seule véritable passion qui mérite qu’on se laisse guider par elle est le non-conformisme.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.