RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Hirondelle présidentielle.


Politis, 7 septembre 2006.


Tous les clignotants sont au vert, triomphe le gouvernement, qui se voit déjà porté par une nouvelle vague conjoncturelle. Mais de quoi dépend au juste la conjoncture ? Voilà une vraie question d’économie politique qui n’admet pas de réponse simple. D’abord, parce qu’une économie capitaliste est essentiellement cyclique : la dynamique de l’accumulation du capital conduit à une succession de phases de reprise et de récession. Marx avait le premier proposé une analyse de ce mécanisme, que l’on retrouve sans grand changement dans les modélisations modernes : les cycles sont engendrés par la concurrence entre capitaux et sont donc largement indépendants de l’intervention publique.

Ensuite, il y a la conjoncture internationale : quand la demande baisse sur le marché mondial, ce ralentissement est transmis à l’ensemble de l’économie française, et vice versa. L’intervention publique se situe en aval : l’Etat dispose d’instruments puissants (politiques budgétaire et monétaire) et il peut aussi actionner des leviers tels que la fixation du Smic, l’organisation du marché du travail, etc. Tout cela interagit : la politique budgétaire peut être pro- ou contra-cyclique et tendra à accentuer ou lisser les cycles. Les orientations au niveau européen vont elles aussi accentuer ou non la transmission internationale des cycles et, le cas échéant, le taux de change de l’euro peut être utilisé pour limiter l’effet sur la compétitivité des fluctuations du marché mondial.

Cette complexité n’empêche pas les gouvernements de dire que, si ça va mieux, c’est grâce à leur politique ; et quand ça se gâte, ils s’abritent derrière la conjoncture mondiale ou invoquent l’héritage laissé par leurs prédécesseurs. Ces deux assertions sont fausses, parce que les situations concrètes mélangent les différents facteurs dans une proportion qu’il faut savoir démêler. Si on braque le microscope sur le 2ème trimestre, on s’aperçoit que le PIB a augmenté de 4,5 % par rapport au trimestre précédent (en rythme annuel) : c’est mieux que la moyenne des trois trimestres précédents qui s’établit à 1,9 %. Or, ce résultat ne s’explique ni par le commerce extérieur qui se dégrade, ni par la consommation, mais par l’investissement en bâtiment, et par les stocks. Difficile donc d’y trouver une trace de l’action gouvernementale, ou le signe d’une inflexion durable. Il s’agit plutôt d’un petit mouvement cyclique et l’Insee pense d’ailleurs qu’il est « peu probable que la demande des entreprises se renforce dans les mois à venir ».

Et sur le front de l’emploi ? On semble sortir de la « croissance sans emplois » de 2003 et 2004, qui s’expliquait en grande partie par le rattrapage forcené des patrons, encouragés à prendre leurs revanche sur les 35 heures. On peut donc s’attendre à une augmentation des effectifs plus soutenue. Dans le secteur non marchand, en revanche, les effets des diverses mesures Borloo devraient saturer. Au total, la baisse du taux de chômage devrait continuer à en raison de ces créations d’emplois, mais il ne devrait pas descendre beaucoup en dessous des 8,9 % actuels - son niveau quand la droite est revenu aux affaires. L’amélioration sera donc sans commune mesure avec la période Jospin, au cours de laquelle le taux de chômage avait baissé de 12,2 % à 8,9 % grâce à la création de 1,8 million d’emplois.

On sait ce qu’il en a été pour Jospin. La droite aurait tort de penser qu’elle va tirer les marrons du feu, notamment parce que les fruits de cette petite croissance sont très inégalement répartis, comme l’illustre la controverse actuelle sur le pouvoir d’achat. Elle révèle en effet la dimension de classe de l’indice des prix : il y en a qui baissent, mais ce ne sont pas ceux des biens et services qui constituent l’essentiel de la consommation populaire. L’amélioration moyenne du pouvoir d’achat est alors un concept comptable qui masque des inégalités profondes que toute la politique du gouvernement, notamment en matière fiscale, a contribué à creuser.

Ni les frémissements de l’emploi, ni les mesures électoralistes annoncées récemment par de Villepin ne suffiront pas (surtout s’il les accompagnait d’une nouvelle baisse des droits de succession !) à modifier la perception majoritaire quant au véritable bilan de la droite : il est de plus en plus difficile de vivre décemment dans ce pays. Et la question de savoir s’il existera une offre électorale capable d’exprimer ce sentiment dépend assez peu de la conjoncture.

Michel Husson, pour Politis n°916, 7 septembre 2006.

Michel Husson, administrateur de l’ INSEE, chercheur à l’ IRES ( Institut de recherches économiques et sociales).
Auteur entre autres, de "Les casseurs de l’ Etat social"La Découverte.
-Ouvrages en lignes ICI.

- Source : Hussonet http://hussonet.free.fr



USA : La baisse de l’immobilier pourrait causer un ralentissement mondial pire que l’éclatement de la bulle Internet, Heather Stewart.


Pourquoi les 35 h ont elles eu une application inégalitaire ? Et comment y remédier ? par Gérard Filoche.








URL de cet article 4050
  

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Quand je vois les Fake journalistes s’en prendre aux Fake News, je me dis que c’est comme si une moitié de leur cerveau s’en prenait à l’autre. »

V. Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.