Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Hypocrisie humanitariste

Dans leur fuite devant l’avancée des forces gouvernementales syriennes en direction de Deraa, les groupes terroristes ont abandonné derrière eux une grande quantité d’armes dont des mortiers et des missiles antichars hautement sophistiqués. L’arsenal tombé entre les mains des militaires syriens se compose d’armes de fabrication soit étasunienne, française ou israélienne qui sont à l’évidence parvenues aux groupes terroristes par les frontières jordanienne et israélienne avec lesquelles la région sud et sud-est de la Syrie est limitrophe. C’est pour prendre le contrôle de cette voie par où les groupes terroristes reçoivent leur armement que l’armée syrienne a entrepris l’offensive dont les mêmes puissances qui approvisionnent ces derniers réclament avec véhémence l’arrêt.

Il n’est rien de plus légitime pour Damas qui a repris le contrôle de pratiquement la totalité du territoire national que de vouloir parfaire celui-ci en réinstallant son autorité sur la région sud dans laquelle les groupes rebelles terroristes n’ont pu se maintenir qu’en étant soutenus et approvisionnés à partir de l’Etat sioniste et de la Jordanie. Les « sponsors » de la rébellion anti-régime syrien ont compris que la bataille pour Deraa et sa région a sonné le chant du cygne pour celle-ci, mais ils tentent d’en exorciser l’inéluctabilité du résultat en essayant d’obtenir pour elle un « arrangement » qui la préserve d’une défaite dont elle ne sera plus capable de se relever.

L’arrangement qu’ils ont voulu arracher à Damas par l’entremise de son allié russe a consisté en la conclusion d’un accord par lequel en contrepartie de l’arrêt de leur résistance à l’avancée des forces gouvernementales dans le sud du pays, les groupes terroristes obtiennent de se retirer de la région en conservant l’armement lourd dont ils disposent encore. Preuve s’il en est que les parties étrangères qui réclament cette sorte d’accord n’ont pas renoncé à mettre fin à la guerre par procuration qu’elles font en Syrie. Les autorités syriennes qui ne sont pas dupes du calcul qui est derrière le forcing fait par ces parties pour les amener à consentir à un accord avec les rebelles en déroute ont refusé l’arrangement.

Dans la région sud de son territoire, la Syrie est frontalière avec deux Etats, Israël et la Jordanie, qui sont parties prenantes à fond dans la coalition étrangère vouée à faire tomber le régime de Bachar El Assad. Il n’est nullement par conséquent question pour Damas de conclure un accord avec la rébellion qui en est originaire dans les conditions posées par celle-ci et ses « sponsors », et cela pour la simple raison qu’il lui permettrait d’échapper à sa totale mise hors de combat et lui laisserait entrevoir la possibilité d’un retour offensif à un moment ou à un autre. C’est le sort de cette rébellion qui fait s’agiter ses protecteurs et réclamer que l’armée syrienne stoppe son offensive dans le Sud et nullement celui de la population civile effectivement éprouvée par les combats qui se déroulent. L’hypocrisie de l’alarme humanitaire dont ils font montre s’agissant de ce qui se passe dans le sud de la Syrie est amplement décelable à travers le silence total qu’ils observent sur la tragédie humanitaire à laquelle donne lieu au Yémen et plus précisément à Hodeïda l’offensive menée là par leurs alliés de la coalition arabe.

URL de cet article 33566
   
Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

’’Derrière chaque enfant qui meurt de faim se cache un assassin’’

Jean Ziegler ( Forum Social Mondial de Porto Alegre 2003)


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.