RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Israël édifié sur l’assassinat et le sang !

On savait que l’Etat d’Israël a fondé son existence, sa survie ensuite, sur l’assassinat de masse et sur l’assassinat ciblé de dirigeants arabes et palestiniens. Ainsi, des milliers de Palestiniens, en particulier, ont été tués dans des meurtres ciblés par Israël ces dernières années.

De fait, la philosophie même de l’existence de l’Etat d’Israël est bâtie sur ce principe, faisant du meurtre et de la mort sa stratégie de survie comme le révèle dans son dernier livre Rise and Kill First [Se lever et tuer en premier] le journaliste Ronen Bergman. Selon l’auteur, cette stratégie ne date pas d’aujourd’hui, mais remonte aux années 1930, avant même la création de l’Etat hébreu. Ce qui indique que les promoteurs de cette politique de l’élimination physique des Palestiniens et ceux qui s’opposent à leur projet, n’incluaient pas, ne pouvaient inclure, la cohabitation avec les Arabes en général, les Palestiniens en particulier. Les villages palestiniens brûlés, les massacres de masse – Deir Yassine, Kafr Qassem – les assassinats ciblés des dirigeants politiques et militaires palestiniens, la liste des Palestiniens tués sur ordre d’Israël est tellement longue qu’il est vain d’en citer ici. Loin d’être des bavures ou des faits de guerre, ont été mûrement planifiés dans un objectif précis : laisser place nette aux colons juifs.

Un génocide qui ne dit pas son nom

Commencées dans les années 1930, donc, ces tueries se poursuivent encore en 2018, près de 90 ans plus tard. Selon Ronen Bergman, Israël avait instrumentalisé l’assassinat ciblé de 2700 Palestiniens. Un spécialiste d’Israël et du Moyen-Orient, Eric Denécé – auteur de livres sur le Mossad et les services secrets israéliens – confirme ce chiffre et précise en outre que cette stratégie a été élaborée et mise au point sous la direction d’un officier britannique, Orde Charles Wingate. Ce dernier créa dans les années 1930 les « Spécial Night Squads » [Escadrons spéciaux nocturnes] composés de « combattants juifs », issus des groupes terroristes sionistes Irgun, Stern et autre Haganah, qui menaient des raids meurtriers contre les villages palestiniens. Ces escadrons se sont attelés à l’élimination des dignitaires, responsables et têtes pensantes palestiniens. Ainsi, tout au long de ces décennies, les groupes terroristes sionistes d’abord, Israël ensuite, se sont donné pour mission d’éliminer tout interlocuteur crédible [palestinien] face à Israël. Kill first (tuer en premier) tel fut donc leur mot d’ordre. Notons que le Mossad (agence de renseignement israélien) est derrière les assassinats de nombreux scientifiques iraniens ou étrangers aidant la cause palestinienne (voir le cas de l’Algérien Mohamed Boudiaf tué en 1973 à Paris par le Mossad).

C’est cet Etat terroriste bâti sur le sang et l’assassinat qui est donné en archétype de la démocratie par un Occident en mal d’exemplarité. Faut-il toutefois s’en étonner dès lors que cet Occident n’hésite pas – n’a jamais de fait lésiné – à faire sienne cette pratique du nettoyage par le vide en éliminant physiquement des ennemis ou des opposants gênants ? De fait, les références foisonnent (le cas le plus emblématique est encore celui du kidnapping de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka avec la complicité de la France) comme lors de la guerre d’Algérie où la France a largement eu recours aux assassinats ciblés (Audin, Ben M’hidi, notamment, l’attestent). L’ancien président français, François Hollande, a admis que la France a eu et a toujours recours à ces pratiques criminelles pour « éliminer », des « terroristes » Mais pas uniquement ! Les Etats-Unis (l’agence de renseignement, CIA, et les opérations spéciales du Pentagone) ne sont pas en reste qui, dans leurs multiples guerres secrètes menées à travers le monde, ont largement recouru à cette méthode meurtrière pour liquider ennemis et opposants, mettant les drones à contribution. De fait, le cas le plus célébre est celui du président panaméen, Manuel Noriega, kidnappé par un commando de la CIA dans son palais présidentiel et emprisonné aux Etats-Unis en 1989.

Israël et d’une manière générale, les Etats occidentaux (les Etats-Unis et la France particulièrement) pratiquent un terrorisme d’Etat que rien ne peut justifier, réprouvé par la morale et le droit international. La fin peut-elle justifier les moyens ? La raison (d’Etat) a ses raisons que la raison ignore, certes ! Or, ces Etats – qui font de l’assassinat politique un moyen de gouverner – sont-ils mieux que les groupes terroristes Daesh et Al Qaïda ? Dans les faits, ils sont pires car ils disposent des moyens de l’Etat pour leurs sales besognes. Israël est objectivement le reflet brut, sauvage de cette stratégie politique s’inspirant de la loi du talion. Et Ils viennent nous parler de démocratie et de droits de l’homme !

Karim MOHSEN

URL de cet article 32929
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’affaire Julian Assange aurait été réglée en quelques mois si nous avions une presse agressive et indépendante qui aurait mis une claque aux autorités américaines et britanniques pour leur persécution criminelle d’un journaliste qui a révélé des crimes de guerre.

Stefania Maurizi

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.