Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Jean-Paul Delfino, le ré-enchanteur

Il se trouve que je connais bien Jean-Paul Delfino, écrivain aux multiples talents, plusieurs fois primé en France et à l’étranger. Un temps, nous avons eu le même éditeur.
Merci à Michel Taupin de parler ici d’un de ses livres.
Maxime Vivas.

Les pêcheurs d’étoiles, le dernier livre de Jean-Paul Delfino (Editions Le Passage)

Quelle belle idée d’avoir réuni le Blasé Cendrars et l’Esotérik Satie ! L’un poète, l’autre musicien, deux génies sans le sou, bouillonnants et féconds, qui vont arpenter les rues de Paris dans une aventure nocturne baroque où l’amitié se forgera au feu étincelant de leurs rêves.

C’est une virée onirique à travers la ville lumière des années 20, une sorte de tango du diable auquel se livrent toute une nuit, deux artistes non-conformistes, que Jean-Paul Delfino nous brosse avec tendresse et rudesse mêlées. Une nuit carrément dingue dans le Paris des années folles. Comme le déclarait Cendrars, la folie est le propre de l’homme, et cette nuit-là, elle n’en manquera pas de coups de folie, de coups de gueule, de coups de cœur, de coups de trop, de coups tout court, aux basques qu’ils sont d’un Cocteau voleur d’opéra et à la poursuite d’une chimère, la femme tant aimée qui obsède Satie, sa fantomatique Biqui.

Cette nuit-là, dans leur grande vadrouille, s’échappant de la fureur des russes blancs d’un caboulot de Montmartre, passant de beuglant en bastringue, de lieux de misère aux quartiers rupins de Montparnasse, ils vont en croiser du monde, du beau comme le généreux Chagall, Chaplin ou l’insupportable Cocteau, et du pas forcément beau, mais du vrai, comme les tricoteuses de l’Opéra Garnier, les gitans d’Austerlitz ou l’esprit d’Apollinaire au Père-Lachaise. Un périple marqué par le désir, vissé au corps, d’échapper à un monde étriqué et snob qui étouffe leur imagination. Alors, au grand galop, ils chevauchent leurs rêves les plus fous qui les mènent à la gloire ou comme cette locomotive Pacific, qui les emporte à fond de train dans l’excitation de l’inattendu.

Et quelle écriture ! Limpide, piquante, allègre, juste, riche, avec ce goût de l’image qui donne à chaque chose une dimension poétique : "Sous le dôme faisant songer à un couvercle de théière arabisante, en correspondances figées, ces statues de la poésie, de la musique instrumentale, de la danse ou de l’art lyrique ouvraient leurs ailes et tendaient leurs bras, semblant sur le point de tirer des drisses imaginaires et de faire mouvoir les roues crantées des cabestans cachés à l’intérieur pour mettre sa voile". Je vous laisse deviner quel magnifique bâtiment parisien, Jean-Paul Delfino nous révèle sous sa plume enluminée... A travers les pérégrinations de ses deux héros, Jean-Paul nous peint un Paris fantasmagorique, peuplé de personnages extravagants, que seuls des noctambules sculpteurs de rêves, amoureux des nuits étoilées et des infinis, peuvent rencontrer.

Les dialogues entre ces deux ensorceleurs, comme des brisures de diamant, tracent sur le pavé parisien, au gré de leurs envies, de leurs indignations, de leurs fantasmes, les contours d’un Paris populaire, rebelle, idéaliste, qui ose rêver, un Paris ardent qui, dans le vacarme de la création, résiste farouchement au conformisme puissant et silencieux des mœurs et de la pensée qui le mènera inexorablement à sa défaite.

Submergés que nous sommes par la tyrannie du prêt-à-penser, alors oui, régalons-nous de ce beau livre de Jean-Paul Delfino qui nous ré-enchante. C’est, dans un firmament stérile, l’étoile qu’il ne faut pas manquer d’aller pêcher !

Michel TAUPIN

Jean-Paul Delfino est écrivain et scénariste. Il est notamment l’auteur d’une "suite brésilienne", une histoire du Brésil en neuf romans.
Les pêcheurs d’étoile, Editions Le Passage, 18 €.

Note du GS :
Si vous ne voulez pas vous déplacer, évitez Amazon, SVP. La librairie l’Autre Rive peut vous l’envoyer en le commandant par : lautreriv@orange.fr ou par commande téléphonique : 0 5 61 31 92 65

URL de cet article 31981
   
Même Auteur
30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.

Bernard Baruch


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.