Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Ambassade des États-Unis reste à Tel-Aviv

Trump a donc confirmé, samedi, que l’ambassade des Etats-Unis en Israël demeurera à Tel-Aviv... pour l’instant. Ce n’est pas le « bon moment » ajoute-t-il. Ce revirement n’est guère surprenant et était en fait attendu.

Le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem a toujours été un enjeu électoral aux Etats-Unis. Une tradition qui n’engageait à rien. Du reste, c’est là une promesse électorale jamais tenue. Et pour cause ! Il n’y eut pas de candidat à la Maison-Blanche qui n’ait fait du transfert de l’ambassade son cheval de bataille, avec promesse [en cas d’élection] de la déménager à Jérusalem. A l’instar des Barack Obama, Bill Clinton, George W. Bush, Jimmy Carter, George Bush senior (pour ne citer que ceux-là) Donald Trump a promis lui aussi de s’établir à Jérusalem. Un voeu pieux ! Il est patent que l’attraction de la ville trois fois sainte est incroyable, mais n’en dispose pas qui veut. La question de Jérusalem est fort complexe et échappe, en fait, au seul vouloir des Etats-Unis et/ou d’Israël d’y voir s’installer des représentations diplomatiques étrangères. Les Nations unies – et ladite communauté internationale – ne reconnaissent ni l’occupation de Jérusalem, encore moins son annexion, par l’entité sioniste en 1981.

Les Etats-Unis, entre autres, pourront, un jour, établir leur ambassade dans la ville sainte, mais seulement lorsqu’elle redeviendra, capitale de la Palestine, pas avant. Aussi, faisant marche arrière et mettant ses pieds sur ceux de ses prédécesseurs, le président Trump a lui aussi – il ne pouvait faire autrement – renoncé à une initiative qui s’avère hasardeuse. En effet, mieux informé sur le (vrai) statut de la ville sainte et sur ses tenants et aboutissants, Trump ne pouvait que reculer sur une promesse que le président qu’il est devenu savait ne pouvoir tenir, contrairement au candidat qu’il était qui ne pouvait être au fait de la question de Jérusalem. Ses prédécesseurs sont passés par là et renoncèrent – une fois mis au « parfum » – à une entreprise à plusieurs inconnus. De fait, dès le 1er juin, l’entourage du président étasunien, a laissé entendre que Donald Trump allait renoncer au « déménagement » le repoussant à une « date lointaine ». Trump a donc confirmé samedi cette donne et comme ses devanciers a signé la clause « repoussant le déménagement » à Jérusalem. Donc, à son tour, Donald Trump a répété que « ce n’est pas le bon moment ». C’est évident ! Le moment ad hoc serait le jour où la Palestine sera rétablie dans ses droits, sur son territoire, dans son Etat.

En fait, c’est un « déménagement » repoussé depuis la création d’Israël et le partage inique de la Palestine historique. C’est là une vérité que les dirigeants étasuniens n’arrivent pas à assimiler. Une certitude toutefois, aucune ambassade étrangère – ni des Etats-Unis, ni d’autres pays – ne s’installera à Jérusalem tant que les droits des Palestiniens sont niés, que la Palestine n’a pas (re)vu le jour, Cela durera tant qu’Israël ne comprendra pas sa vanité à vouloir faire de Jérusalem sa capitale. La seule capitale que le monde lui reconnaît est Tel-Aviv. Il fallait seulement que les dirigeants étasuniens s’en convainquent et n’entrent pas dans le jeu malsain d’Israël qui veut imposer au monde Jérusalem comme sa « capitale ». C’est le supplice de Sisyphe, qui croyant être arrivé au bout de ses peines, doit repartir à zéro. Tel est le cas d’Israël qui chaque fois qu’il croit être près de son objectif – faire reconnaître Jérusalem comme « sa » « capitale » en y installant une ambassade – se fait doucher. Les lobbies pro-israélien, sont sans doute puissants aux Etats-Unis, mais pas assez pour faire changer l’ordre des choses.

10 Octobre 2017

URL de cet article 32429
   
Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.