RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’exécution d’Al-Nimr par les Saoudiens a été un coup de maître

Le gouvernement saoudien a exécuté 47 prisonniers de longue date qui avait été condamnés à mort pour terrorisme et/ou rébellion contre le gouvernement.

Ce fut une initiative astucieuse.

Les Saoudiens sont en difficulté avec leur guerre au Yémen. Malgré neuf mois de bombardements d’enfer, ils n’ont toujours pas la moindre chance d’atteindre leur but de sitôt, à savoir la réinstallation de leur gouvernement par procuration à Sanaa. Pendant ce temps, les forces yéménites attaquent les villes saoudiennes les unes après les autres. Les projets saoudiens de changement de régime en Irak et la Syrie via les djihadistes salafistes semblent compromis. Le faible prix du pétrole oblige le gouvernement saoudien à augmenter les impôts. Les nouvelles taxes sont rarement populaires.

Pour détourner l’attention de tous ces problèmes, les Saoudiens ont décidé de se débarrasser d’un groupe de prisonniers et profiter de l’événement pour regagner une certaine légitimité. Beaucoup des 47 prisonniers exécutés étaient vraiment des membres d’al-Qaïda ou affiliés qui avait fait sauter des bâtiments en Arabie saoudite et avaient voulu renverser par la violence le gouvernement saoudien. Avec les appels anti-soudiens récents de l’EI et Al-Qaeda, la possibilité d’une évasion organisée ou d’une prise d’otages pour leur libération était une possibilité. Seuls quatre des victimes étaient des chiites et l’un d‘entre eux était l’éminent prédicateur chiite, Nimr al-Nimr Baqr, un agitateur appartenant à la majorité chiite de la province saoudienne orientale de Qatif.

Al-Nimr avait appelé la jeunesse chiite d’Arabie saoudite et du Bahreïn à se soulever contre le gouvernement. Il avait appelé au renversement de tous les tyrans non seulement ceux d’Arabie saoudite et du Bahreïn, mais aussi du gouvernement Assad en Syrie. Il n’était pas un valet de l’Iran, mais il défendait ce régime. Al-Nimr disait qu’il était contre la violence, mais plusieurs manifestations auxquelles il avait appelé se sont soldées par la mort de manifestants et de policiers. Il est tout à fait étonnant que le gouvernement saoudien l’ait laissé prêcher pendant si longtemps. Un religieux sunnite d’Arabie saoudite aurait probablement été mis en prison et exécuté pour des discours beaucoup moins révolutionnaires.

Des imbéciles comme Kenneth Roth de Human Right Watch disent qu’al-Nimr voulait un Etat démocratique :

Kenneth Roth@KenRoth
Le vrai crime du cheikh Nimr : mener des manifestations pacifiques en faveur de la démocratie en Arabie saoudite et de l’égalité pour les chiites

C’est ridicule. Un diplomate étasunien a discuté avec al-Nimr en 2008. Une dépêche disponible sur Wikileaks résume l’entretien :

Al-Nimr décrit sa position et celle d’al-Mudarrasi sur la gouvernance islamique comme étant quelque chose entre « al-faqih Wilayet », où un pays est dirigé par un seul chef religieux, et « chura al-fuqaha », où un conseil de religieux dirige l’Etat. Al-Nimr, qui a suivi des études religieuses pendant environ dix ans à Téhéran et « quelques » années en Syrie, a déclaré que toute gouvernance doit se faire par consultation, mais que la quantité de pouvoir officiel dont est investi un seul officiel doit être basée sur la qualité relative des chefs religieux et la situation politique du moment.

Un système dirigé uniquement par des juges ou des clercs religieux n’est pas vraiment démocratique. Il ressort également de cet entretien qu’al-Nimr ne semblait pas savoir ce qu’il voulait vraiment. Son unique principe était de toujours « être du côté des gens, jamais de celui du gouvernement », indépendamment de qui ou quoi était bon ou mauvais.

La patience du gouvernement saoudien a pris fin lorsqu’al-Nimr a profané la mort du défunt ministre de l’Intérieur et prince héritier Nayef bin Abdul-Aziz Al Saoud, en juin 2012 :

Il a déclaré : « les gens doivent se réjouir de la mort [de Nayef] » et « il sera mangé par les vers et subira les tourments de l’enfer dans sa tombe »

C’en a été fini de lui. A-Nimr a été emprisonné et condamné à mort.

Il y avait des craintes que l’exécution effective d’al-Nirm augmenterait les tensions entre sunnites et chiites. Plusieurs gouvernements et les Nations Unies ont averti que cela augmenterait les conflits sectaires si cela avait lieu.

Eh bien, c’était justement le but !

La légitimité du gouvernement saoudien dépend de sa largesse financière et de son sectarisme. Élever la barre sectaire en provoquant une réaction chiite permet au régime saoudien de rassembler les religieux wahhabites sunnites et le peuple à ses côtés. L’exécution d’un éminent chiite couvre également l’exécution des membres d’al-Qaïda et apparentés. Ils ont de nombreux sympathisants en Arabie saoudite et les exécuter sans exécuter al-Nimr aurait provoqué des manifestations, ou pire encore, des radicaux sunnites. Même comme ça, des entités de type al-Qaïda situées en dehors de l’Arabie Saoudite ont crié vengeance.

Le gouvernement iranien et des organisations chiites d’Irak sont tombés dans le panneau et ont protesté contre l’exécution de al-Nimr. Le gouvernement iranien a laissé des gangs organisés prendre d’assaut l’ambassade d’Arabie saoudite à Téhéran et y mettre le feu.

C’était exactement ce dont les dirigeants saoudiens avaient besoin et qu’ils appelaient de leurs vœux.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/01/the-saudi-execution-of-al-nimr-wa...
URL de cet article 29786
  

La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les rares personnes qui comprendront le système seront soit si intéressées par ses profits, soit si dépendantes de ses largesses qu’il n’y aura pas d’opposition à craindre de cette classe-là  ! La grande masse des gens, mentalement incapables de comprendre l’immense avantage retiré du système par le capital, porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts.

Rothschild Brothers of London, citant John Sherman, communiqué aux associés, New York, le 25 juin 1863.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.