RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"L’Iran doit commencer à agir comme une nation normale", déclare une nation tout à fait normale (Medium)

Le gouvernement qui dirige un empire mondial dirigé par un animateur de télé-réalité ne cesse de parler du manque de normalité de la nation iranienne.

"Nous voulons que tous les pays se joignent à nous", a déclaré le porte-parole du département d’État, Morgan Ortagus, dans une récente interview à Fox News, "c’est de nous aider non seulement à désamorcer les tensions avec l’Iran, mais aussi à amener l’Iran là où il est prêt à mettre fin à son comportement terroriste et malveillant, et où il est prêt à discuter avec les États-Unis, avec l’Europe, avec tout le monde, de la façon dont il pourrait changer son comportement pour agir comme une nation normale".

"Nous voulons que l’Iran se comporte simplement comme une nation normale", a déclaré le secrétaire d’Etat Mike Pompeo dans un communiqué de presse l’autre jour. "Nous pensons que les sanctions que nous avons imposées aujourd’hui favorisent cet objectif stratégique."

Il s’agirait des sanctions supplémentaires qui ont été étendues à la quasi-totalité de l’économie iranienne, visant délibérément la population iranienne déjà affamée par les sanctions, dans le but explicite de fomenter une guerre civile dans ce pays.

Ce qui est bien sûr une chose parfaitement normale à faire, de la part d’une nation parfaitement normale.

Ce serait le même Iran dont les sites du patrimoine culturel ont été menacés de destruction s’il ripostait à l’assassinat tout à fait normal de son haut responsable militaire par un robot volant. Le même Iran dont le système financier était récemment menacé de destruction en utilisant l’hégémonie tout à fait normale de la banque centrale américaine. Parfaitement normal, parfaitement sensé.

Alors que peut faire l’Iran pour devenir une "nation normale" ? Eh bien, puisque ce sont les États-Unis qui font cette demande, on peut supposer sans risque que c’est le modèle vers lequel l’Iran devrait se tourner.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra étendre ses intérêts à partir de la région et commencer à renverser les gouvernements non conformes et les nations envahissantes partout dans le monde.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra faire le tour de la planète avec des centaines de bases militaires iraniennes.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra se procurer des milliers d’armes nucléaires et en utiliser quelques-unes.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra devenir la force militaire, économique et culturelle la plus dominante au monde, et ensuite utiliser cette domination pour détruire tout gouvernement, parti politique, idéologie, faction, mouvement ou personne qui se met en travers de son chemin.

Afin de devenir une nation normale, l’Iran devra armer les factions extrémistes violentes du monde entier dans le but d’éliminer tous les gouvernements qui refusent de se plier à ses intérêts.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra devenir le producteur dominant de films, de musique et d’émissions de télévision et utiliser cette influence pour propager l’idéologie de sa structure de pouvoir dans toutes les sphères culturelles possibles.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra commencer à s’immiscer dans des dizaines d’élections démocratiques dans le monde entier, puis pleurer pendant des années sur la possibilité qu’une nation lui rende la pareille.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra renforcer son contrôle économique sur le monde afin de pouvoir écraser toute forme de désobéissance en affamant les civils et en les privant de soins médicaux tout en prétendant être une force de paix.

Pour devenir une nation normale, l’Iran devra occuper indéfiniment une vaste région à l’autre bout de la planète avec des milliers et des milliers de soldats et des milliards de dollars d’équipement militaire, sans que cela profite à un seul Iranien ordinaire et contre la volonté des gens qui y vivent.

Afin de devenir une nation normale, l’Iran devra créer une présidence dirigée par un oligarque vedette de la télé-réalité qui ne serait soutenu que parce que la population serait tellement dégoûtée par le statu quo de son gouvernement.

Je plaisante, bien sûr. Le gouvernement américain ne veut pas que l’Iran devienne comme les États-Unis. Le gouvernement américain ne veut pas qu’aucune nation devienne comme les États-Unis. Les États-Unis aiment leur anormalité entre les nations telle qu’elle est, merci beaucoup. Les États-Unis sont l’exception à toutes leurs propres règles. C’est ainsi que fonctionne l’exceptionnalité américaine. C’est une de ces situations où "fait ce que je dis, pas ce que je fais".

Les Etats-Unis ne veulent pas que l’Iran soit comme l’Amérique. Les Etats-Unis veulent que l’Iran soit comme les autres nations qui se sont laissées absorber par l’empire centralisé des Etats-Unis.

Les États-Unis seraient parfaitement heureux que l’Iran commence à agir comme l’Arabie saoudite : en armant les factions terroristes, en décapitant les hérétiques, en commettant des crimes de guerre et en créant délibérément des catastrophes humanitaires pour des raisons de commodité géostratégique, tout en s’alignant pleinement sur les programmes militaires, financiers et de contrôle des ressources des États-Unis.

Les États-Unis seraient parfaitement heureux que l’Iran commence à agir comme Israël : un avant-poste militaire doté de l’arme nucléaire qui bombarde constamment les nations adjacentes, s’immisce dans la politique des États-Unis et d’autres nations pour renforcer leur soutien, travaille à la lente extermination de sa population indigène et tire sur les manifestants avec des balles réelles.

Les États-Unis seraient parfaitement heureux que l’Iran commence à agir comme le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou l’UE : des ressources militaires/du renseignement obéissantes qui fonctionnent comme des États extra-américains lorsqu’il s’agit de politique étrangère et d’affaires internationales.

C’est ce que les États-Unis entendent par agir "normalement". Ils n’agissent pas de façon morale. N’agissent pas de manière saine. Certainement pas en agissant comme les États-Unis. Cela signifie agir en obéissant, en se conformant et en étant esclave.

C’est précisément ce à quoi l’Iran résiste.

Caitlin Johnstone

»» https://medium.com/@caityjohnstone/iran-must-begin-acting-like-a-norma...
URL de cet article 35619
   

« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis.

Martin Luther King

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.