RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Entretien avec Pascual Serrano par Manola Romalo

La censure est le propre du pouvoir

En tant qu’information alternative aux grands médias, le journaliste espagnol Pascual Serrano (Valence, 1964) fonda en 1996 le journal électronique indépendant « Rebelión ». En 2006-2007 il a été assesseur éditorial au canal de télévision alternatif de Caracas, Telesur (Télésud). Pascual Serrano écrit pour une dizaine de journaux, tels : « Público », « Diagonal », « Mundo obrero », « El otro paà­s" et "Le Monde Diplomatique" .

Vous démontrez dans vos essais que la fonction principale des grands médias de la presse, de la radio, de la télévision et de l’Internet est de « convaincre l’ensemble des populations de leur adhésion aux idées des classes dominantes ». Comment parviennent-ils à obtenir ce consensus de la part du grand public ?

Pour cela, les médias utilisent de nombreuses techniques qui dépendent en particulier de chaque cas et du profil social des récepteurs. Mais où ils ont le plus de succès, c’est dans le fait de nous convaincre que le contenu de leurs informations est neutre, objectif et impartial…Le public croit qu’il a devant soit quelque chose d’aseptique. Le secret consiste à réaliser une « intentionnalité informative » de telle sorte que le citoyen ne s’en aperçoive pas. L’époque ou on nous faisait ingurgiter d’interminables discours ou des articles d’opinion séducteurs est passé. Dans d’autres circonstances, les médias présentent en tant qu’opinion de la majorité des citoyens uniquement l’opinion éditoriale du média respectif. De la même façon, le langage est manipulé pour servir les intérêts des classes dominantes. Des mots et des concepts qui ne doivent plus exister dans l’imaginaire collectif, par exemple celui de « classes sociales », disparaissent.

Généralement nous croyons que seules les dictatures censurent les médias. Mais la nouvelle forme de censure emploi des méthodes bien plus subtiles. Quels sont ses principaux mécanismes ?

La censure traditionnelle consistait à interdire que se transmettent les informations ou les opinions qui ne plaisaient pas au pouvoir. Aujourd’hui, au nom de la liberté d’expression, on diffuse des mensonges et des falsifications avec une totale impunité. De cette façon, la vérité termine occultée entre mensonges et trivialités, le résultat est le même qu’avec la censure. D’autres fois, on omet des éléments de contexte ou bien des antécédents indispensables pour comprendre un événement controversé, ce qui censure l’événement dans toute sa complexité.

Le 26 mars, Wikileaks (site Internet d’investigation militante. Note du GS) a dénoncé le plan de la CIA de lancer une campagne en Europe, principalement en France et en Allemagne, ayant comme but d’influencer l’opinion publique en faveur de la guerre d’Afghanistan. (1) Cette information a été passée sous silence par tous les grand média de ces deux pays. Qui filtre l’information ?

Les grands médias de communication sont uniquement les supports des puissants groupes économiques. Les intérêts, les valeurs et les principes de ces groupes vont servir de filtres pour choisir ce qui sera publié ou pas. D’autres lobbys nécessaires, qui ne sont pas forcément des actionnaires vont également influencer. Par exemple : les annonceurs, les entreprises avec lesquelles les médias travaillent, les gouvernements amis, etc. …

Occultant le fait que le gouvernement du Venezuela a pris des mesures pour protéger sa population de la spéculation des entrepreneurs, l’agence d’État Germany Trade & Invest écrivait dans un rapport, fin janvier 2010 : « Le désavantage pour les entrepreneurs est le fait qu’il leur est enlevé le moyen de supra-facturation. » Ces « désavantages » seraient-ils la cause de la guerre médiatique déchaînée par les pays néolibéraux contre le président Hugo Chávez ?

Les gouvernements progressistes d’Amérique Latine sont un défi pour le modèle néolibéral des pays riches. Ils ont démontré qu’ils ont l’appui des masses populaires, qu’ils gagnent à tour de bras les élections, que le peuple défend au-delà des urnes ces gouvernements avec une passion impressionnante, qu’ils ont obtenu des améliorations sociales inimaginables sous les régimes néolibéraux des années 90, que l’état peut (et doit) jouer un rôle important dans l’économie et dans les secteurs stratégiques, que les ressources naturelles doivent être publiques et nationales. Tout cela suppose une perte de terrain pour la progression du néolibéralisme et ne pouvait provoquer qu’une réaction agressive de la part des pouvoirs économique mondiaux. C’est à travers les médias de communications - aujourd’hui les champs de bataille prioritaires - que s’obtient l’adhésion de l’opinion publique, condition sine qua non pour imposer les agressions à venir.

Quels moyens ont les citoyens pour reconnaître les vraies informations des mensonges. Quelles références intellectuelles ont-ils comme choix ?

En journalisme, cela se passe comme en médecine : vous devez avoir confiance dans un média de communication ou bien dans un journaliste de la même manière que vous vous confiez à un chirurgien pour qu’il opère votre coeur. Puisque normalement nous ne pouvons pas aller en Afghanistan pour vérifier ce qui s’y passe, nous devons avoir confiance en celui qui nous rapporte les faits de ce pays. Le premier pas est de savoir qui est le patron du média de communication, quelle entreprise ou quels intérêts se trouvent derrière. Il pourra mériter notre confiance uniquement si nous savons qu’il s’agit d’un projet indépendant des groupes d’entrepreneurs. De même, nous devons détecter les analystes et les journalistes honnêtes et rigoureux, spécialisés dans différents thèmes. Dans mon livre « Désinformation » je fais des propositions en ce sens. D’autre part, nous devons connaître l’éventail des mouvements sociaux pour pouvoir leur demander conseil. Ils connaissent les sources et manient de précieuses informations que les grands médias ne nous offrent pas.

Pascual SERRANO

Vu sur le site : www.michelcollon.info


Publications récentes de Pascual Serrano :

« Perles, gros mensonges, sottises et tricheries des médias de communication » (2006, 2007, Vol.1 et Vol. 2).

« Médias violents. Mots et images pour la haine et la guerre » (2007).
« Désinformation. Comment les médias occultent le monde » (2009). « Le journalisme est la nouvelle » (avril, 2010).

1. http://rawstory.com/rs/2010/0326/cia-paper-reveals-strategies-manipula...

Source : hintergrund

URL de cet article 10564
  

Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.