RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Constitution est formelle : l’ Allemagne a droit à un traitement de faveur, par J-J Chavigné.


L’élargissement de l’Union à l’est


L’exception allemande


L’article III-167-2 de la Constitution énonce une exception de taille à l’interdiction aux Etats-membres d’accorder des aides publiques.

Cette exception permet de justifier les aides accordées par l’Allemagne aux régions de ce pays qui étaient à l’est du mur avant sa chute en 1989.

L’article III 167-2 énonce, en effet, une dérogation à l’interdiction des aides accordées aux Régions par les Etats-membres de l’Union européenne : "Les aides octroyées à l’économie de certaines régions de la République fédérale d’Allemagne affectés par la division de l’Allemagne, dans la mesure où elles sont nécessaires pour compenser les désavantages économiques causés par la division".

Ces aides représentent 100 milliards de dollars pour les 10 dernières années. En 15 ans, elles seront égales au budget de la France. Elles sont appelées à durer puisqu’elles sont intégrées à la Constitution.

Avec cette exception au dogme de la « concurrence libre et non faussée », la Constitution reconnaît ouvertement qu’il ne sera pas possible aux régions situées à l’est du mur de rejoindre le niveau de développement des régions de l’ouest par la seule action du marché.


Mais pourquoi ce qui est vrai pour l’est de l’Allemagne ne serait-il pas vrai pour le reste de l’Europe ?


Les 10 pays d’Europe centrale et orientale n’ont-ils pas, eux aussi, subi « les désavantages économiques causés par la division » de l’Europe ?

Pourtant, les aides qui leur sont accordées sont dérisoires : déduction faite de ce qu’ils versent au budget, les 10 nouveaux arrivants recevront une aide annuelle 10 fois moins importante que celle versée chaque année aux seules régions de l’est de l’Allemagne !

La Pologne recevra moins de l’Union européenne qu’elle ne versera à l’Union européenne : elle sera « créditrice nette ».

Le choix qui a été fait par les dirigeants européens, figé par la Constitution, n’est donc pas celui de la « fraternité » avec les pays d’Europe centrale et orientale, comme osent le prétendre les partisans du Oui.

C’est, au contraire, le choix du dumping social, de la mise en concurrence des salariés de l’est et de l’ouest de l’Europe, pour niveler par le bas salaires et conditions de travail.

Tout cela pour le plus grand profit des multinationales qui seront les seules bénéficiaires de ce que les partisans du Oui n’hésitent pas à baptiser du nom de « solidarité ».

Jean-Jacques Chavigné, 7 mai 2005, pour www.democratie-socialisme.org


Constitution : On les appelle " directives Dracula" car elles craignent la lumière, par Jean-Jacques Chavigné.


Constitution : Dix mensonges et cinq boniments.


Appel de journalistes France 2, France 3, Radio France : Le NON censuré dans les médias, ça suffit !


TCE - OTAN : Pourquoi le traité de Washington dans la Constitution Européenne, et pas le traité de Bruxelles ?



URL de cet article 2310
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.

Bernard Baruch

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.