Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La "Principauté salafiste" - ISIS a-t-il été payé pour quitter Mossoul, pour prendre Deir Ezzor ?

J’ai parlé, le 20 septembre, de la raison probable de l’attaque volontaire américaine sur une position cruciale de l’armée syrienne à Deir Ezzor :

Deux attaques récentes contre l’armée arabe syrienne dans l’est de la Syrie laissent penser que les Américains tentent d’éliminer toute présence du gouvernement syrien à l’est de Palmyre. Cela permettrait aux États-Unis et à leurs alliés de créer une « entité sunnite » dans l’est de la Syrie et l’ouest de l’Irak qui serait une épine permanente dans le flanc de la Syrie et de ses alliés.
...
Le plan américain est de prendre éventuellement Raqqa en utilisant des mercenaires turcs ou kurdes. Il prévoit également de laisser l’armée irakienne reprendre Mossoul en Irak. Deir Ezzor est la seule grande ville qui reste entre les deux sur le territoire de l‘Etat islamique. Si l’EI réussit à la prendre à la garnison de l’armée syrienne retranchée, il aura une bonne base pour survivre. (En plus, il y a de riches puits de pétrole à proximité.) Personne, à part l’état syrien affaibli, n’aurait un intérêt immédiat à le chasser de là.

Il y a de nouvelles indications que cette analyse était correcte.

Hier, le président turc Erdogan a fait une remarque qui pointe dans cette direction. Comme le journaliste britannique Elijah Magnier l’a résumé :

Elijah J. Magnier @EjmAlrai

Erdogan : La #Turquie participera à #Mossoul exactement comme elle l’a fait à # Jarablus. L’armée n’obéit pas au premier ministre d’#Irak qui devrait connaître ses limites.

04:06 - 11 octobre 2016

« Comme Jarablus » : la comparaison est intéressante. Les Turcs et leurs mercenaires ont pris Jarablus, dans le centre-nord de la Syrie, à l’État islamique, sans combat et sans faire de victimes. ISIS était sorti de la ville avant que les Turcs n’arrivent. Tout cela avait forcément été organisé à l’avance.

C’est pourquoi j’ai répondu ceci au tweet de Magnier :

Moon of Alabama @MoonofA

Les Turcs vont-ils payer ISIS pour quitter Mossoul comme ils l’ont fait à Jarablus ?

05:58 - 12 octobre 2016

Trois heures plus tard, ce tweet d’un historien syrien bien informé qui est journaliste à Londres a répondu à ma question :

Nizar Nayyouf @nizarnayouf

Dernières nouvelles : Des sources à #Londres disent : "#Etats-Unis & #Arabie_saoudite ont conclu un accord pour laisser #ISIS quitter #Mossoul secrètement et en toute sécurité, et passer en #Syrie" !

09:28 - 12 octobre 2016

Erdogan prédit que ses troupes et ses forces par procuration vont prendre Mossoul comme ils ont pris Jarablus, où ils sont entrés pacifiquement, sans combattre, dans la ville que les djihadistes avaient quittée.

Les Saoudiens et les États-Unis avaient organisé tout cela.

Les Etats-Unis ont bombardé la position la plus importante de l’Armée syrienne à Deir Ezzor pour qu’ISIS, qui bénéficie maintenant de l’aide de ses cadres de Mossoul, puisse prendre la ville. Un bel endroit pour garder ISIS bien au chaud dans l’est de la Syrie jusqu’à ce qu’il puisse être utilisé plus tard dans une nouvelle entreprise impériale.

Un bon plan lorsque votre objectif global est de créer un mini-état mercenaire à vos ordres au centre du Moyen-Orient. Comme l’a écrit la Defense Intelligence Agency des Etats-Unis en 2012 :

IL EST POSSIBLE D’ETABLIR UNE PRINCIPAUTÉ SALAFISTE, OFFICIELLE OU NON, DANS L’EST DE LA SYRIE (HASAKA ET DER ZOR), ET C’EST EXACTEMENT CE QUE LES PUISSANCES QUI SOUTIENNENT L’OPPOSITION VEULENT, AFIN D’ISOLER LE REGIME SYRIEN.

Mais ce plan suppose de se battre contre les forces aériennes syriennes et russes qui feront de leur mieux pour défendre la petite coalition de l’armée syrienne et les 100-200 000 civils syriens assiégés par ISIS à Deir Ezzor. Les États-Unis et leurs alliés y sont peut-être prêts. Un célèbre membre britannique du Parlement Tory a déjà déclaré que les avions de chasse britanniques devraient avoir le droit d’abattre les avions russes en Syrie. Les Etats-Unis avaient affirmé que des avions britanniques avaient pris part à l’attaque traîtresse de Deir Ezzor.

Le camp qui défend Deir Ezzor manque de défenses aériennes. La couverture des systèmes russes de la côte ouest syrienne ne s’étend pas aussi loin à l’est. Le système syrien est surtout destiné à défendre Damas et d’autres villes contre les attaques d’Israël.

La Russie a récemment parlé de livrer 10 nouveaux systèmes de défense aérienne Pantsyr-S1 à courte et à moyenne portée à la Syrie. Au moins deux d’entre eux devraient être transportés par avion à Deir Ezzor, dès que possible.

MISE À JOUR : On vient juste de porter à ma connaissance un récent discours de Nasrallah le chef du Hezbollah qui a flairé la même boule puante que moi :

Sayyed Nasrallah a dit que les Américains avaient l’intention de refaire ce qu’ils ont fait à Fallujah quand ils ont ouvert une voie aux terroristes d’ISIL pour qu’ils s’échappent vers l’est de la Syrie avant que les avions de guerre irakiens ne ciblent leur convoi, et il a prévenu que le même stratagème pourrait bien être utilisé à Mossoul.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/10/the-salafist-principality-isis-pa...
URL de cet article 31013
   
AGENDA
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.