RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le bréviaire du crypto-sioniste

Dans un précèdent article (1) nous avions cherché à dresser un portrait du crypto-sioniste. Dans celui-ci, il va être question de son argumentaire.

Le crypto-sioniste a, en effet, un argumentaire, une sorte de bréviaire constitué de thèmes récurrents dans lesquels il puise sa foi en l’Etat hébreu.

"Israël est un pays démocratique"

C’est un des thèmes principaux de la propagande israélienne et de ses porte-voix médiatiques et intellectuels. Les apologistes d’Israël ajoutent aussi "la seule démocratie de la région". Ils auraient pu dire aussi "le seul pays colonial de la région".

Nous avons vu, dans le précédent article, qu’un pays colonial ne peut être démocratique pour une cause structurelle : il est basé sur la discrimination. La "démocratie" n’y concerne que la population coloniale, comme un privilège parmi les autres. Ou alors on pourrait dire que l’Algérie coloniale était un pays démocratique, ce qui d’évidence est une absurdité. Ou on pourrait dire encore de l’Afrique du Sud de l’apartheid qu’elle était un pays démocratique puisqu’il y avait des partis, des élections. Israël, dont la politique est fondée aussi sur un apartheid, a été d’ailleurs le seul pays à reconnaitre l’Afrique du Sud blanche jusqu’au bout. Israël a d’ailleurs été pour cette raison le seul pays du monde à ne pas être invité aux obsèques de Nelson Mandela.

Plus grave encore, lorsque la colonisation est une colonisation de peuplement, c’est-à-dire de remplacement de la population d’origine, elle représente un danger humain extrême car elle s’accompagne fatalement d’un génocide. L’Histoire l’a montré. Ce fut le cas des États-Unis. C’est visible aussi en Palestine à travers des massacres de masse comme celui actuel de Gaza. Cela a été aussi le cas en Algérie dans les premières temps de la conquête coloniale où la population a été diminuée de moitié et déclinait. Tout cela est indiscutable. Et pourtant l’argument qu’Israël est un pays démocratique, "le seul de la région", est le noyau de l’idéologie occidentaliste concernant Israël. La mauvaise foi n’a pas de limites.

Israël veut détruire tout espoir d’avenir, toute identité palestinienne sur cette terre. Il est symbolique que la première chose que fait le colon israélien c’est d’abattre les oliviers des paysans palestiniens, des oliviers centenaires, voire millénaires. Ces oliviers viennent sans arrêt lui chuchoter, "nous étions là , bien avant toi, de tout temps. Chacun de vous est venu après nous". Le colon ne peut supporter ce reproche silencieux, permanent. Derrière ces crimes contre la nature, il y a le terrible aveu d’Israël que la terre est palestinienne. L’olivier et le palestinien sont abattus pour les mêmes raisons. "L’œil était dans la tombe et regardait Caïn".

Il faut faire ici justice des légendes consistant à présenter Israël comme un "pays démocratique normal" avec une gauche et une droite en compétition, avec même des formes de socialisme comme" les kibboutz" peuplés "d’hommes et de femmes de la gauche" etc.. Dans un pays colonial, il n’y a pas de gauche et de droite au sens classique des termes, ou plus exactement il y a une gauche et une droite coloniales. Le 9 novembre 2023 sur LCI, le président du Consistoire central israélite de France proclamait fièrement "qu’en Israël il n’y a plus ni droite ni gauche, et que le pays tout entier est dans la guerre à Gaza".

C’est l’union sacrée, dès que la nature coloniale du pays est remise en cause. La gauche ne s’est jamais mobilisée contre les implantations de colons. Après l’attaque de Hamas, la gauche et la droite israéliennes qui se chamaillaient "au nom de la démocratie", ont constitué tout de suite un gouvernement d’union nationale. L’Histoire se répète. En Algérie, et dans d’autres pays alors colonisés, la gauche socialiste appuyait le projet colonial, et, qui plus est, avec un discours humaniste. Cette gauche a sombré d’ailleurs sur la question coloniale et a mis du temps à reprendre des forces. Cela a été le cas dans toutes les colonies. L’Histoire aujourd’hui risque aussi de se répéter face à la question palestinienne où les démons du "socialisme occidentaliste", "européocentriste", se manifestent de nouveau, notamment à travers le discours des crypto-sionistes.

Pour illustrer ceci, voici l’exemple, entre autres, des propos tenus par un "homme de gauche" , Daniel Cohn Bendit, ex député européen, et ex leader du mouvement de mai 1968 en France. Le 12 novembre, il vient sur les plateaux, pour dire que "les émigrés juifs au départ des pays européens étaient pauvres". Les communards déportés en Algérie après la révolte de la Commune de Paris l’étaient eux aussi, "pauvres". Cependant leurs descendants furent des colons acharnés.

Dans l’antiquité, comme l’Occident aujourd’hui, Athènes en lutte pour l’hégémonie, contre Sparte avait voulu mettre en avant sa démocratie. Mais son discours idéologique n’a pas résisté à la réalité de ses contradictions, et notamment de celle de son système esclavagiste. Athènes démontrait qu’elle était probablement pire que Sparte. Les peuples qu’elle essayait de rallier à elle et de séduire par "sa démocratie" du maitre et de l’ esclave, l’abandonnèrent peu à peu.

Le thème de l’antisémitisme

C’est peut-être le thème idéologique préféré du crypto- sioniste. Il a l’avantage d’être d’une utilisation très large, d’avoir des racines historiques solides, indiscutables en Europe, et surtout de pouvoir être activé sur simple soupçon. L’accusation d’antisémitisme, à l’origine d’utilisation restreinte, comme dénonçant une forme de racisme, celle contre les juifs, s’est élargie par la suite à toutes formes de critique d’Israël ou même du sionisme. Les Palestiniens, peuple dominé par les juifs d’Israël, pourront alors être qualifiés d’antisémites sans que le crypto-sioniste ne s’étonne du paradoxe. Ils sont dénoncées comme ceux qui veulent "refaire des juifs un peuple errant", alors que ce sont les Palestiniens qui errent sur les routes, et depuis 75 ans.
Ainsi, le matin, du 9 novembre, sur la chaine d’information LCI, l’attentat du 7 octobre pourra être présenté " comme la plus grande tuerie antisémite depuis 1945". Pourquoi une tuerie antisémite puisqu’il s’agit d’une opération contre un État occupant, d’un conflit de territoire, d’un conflit israélo-palestinien ? Les plus de 20000 morts de Gaza, ce serait quoi alors ? Une tuerie "anti quoi ? S’attaquer à un israélien devient donc un acte antisémite, par postulat. Par ce biais, le crypto- sioniste va rejoindre le sionisme pur et dur puisqu’on pourrait donc postuler, que partout où il y a dans le monde des juifs, il y a Israël, puisqu’Israël est l’Etat juif, l’Etat des juifs. Israël pourrait donc revendiquer une exterritorialité générale. Quelle déraison ! Cela ressemble à ceux qui parlent de "racisme anti blanc", dès qu’il y a réaction inévitable, parfois violente, au racisme originaire, originel, "ordinaire, le "racisme blanc".

En France, le 12 novembre , se tient une marche contre l’antisémitisme à laquelle a appelé toute la France officielle, tout le système médiatico-politique. Sur la bannière en tête, la seule acceptée, il est écrit, "non à l’antisémitisme" mais pas contre le racisme comme l’avaient proposé certaines organisations antiracistes. Pourquoi ? Est-ce donc que la seule forme de racisme interdite est l’antisémitisme ? Pourquoi pas les autres ? Serait-ce parce que ce racisme particulier, dans le contexte des évènements du conflit israélo-palestinien actuel, est supposé concerner la population israélienne et juive par extension, et donc une population considérée comme occidentale, et que donc cette forme de racisme est jugée inacceptable, bien plus grave que les autres racismes. Le message est implicite, quoi qu’on en dise et la vision qu’elle trahit est caractéristique du crypto-sionisme.

La boucle est ainsi bouclée. Sous la bannière de son unique préoccupation, l’antisémitisme, le crypto-sionisme de gauche peut alors fédérer, aux côtés du sionisme, hommes et femmes de gauche, de droite et de l’extrême droite raciste et xénophobe.

Le président du parti français du Rassemblement national, Jordan Bardella peut alors proclamer alors que "le "Rassemblement national" est le meilleur bouclier pour les français de confession juive".

Zemmour, autre leader de la xénophobie, lui, avait déjà fait tomber le masque. Il avait proclamé, pour gagner la confiance de certains courants de l’extrême droite nationaliste et xénophobe, qu’il était avant tout français. À présent il proclame à tue-tête qu’il est juif puisqu’il s’agit désormais de défendre, avec Israël, les valeurs occidentales "judéo-chrétiennes" dans un même combat.

On fait l’union sacrée. On se sépare de la culpabilité d’avoir, en Occident, martyrisé pendant des siècles les juifs, d’avoir produit le nazisme et la Shoah, et d’avoir fait de l’antisémitisme une constante culturelle et religieuse. Le délit d’antisémitisme est transféré aux palestiniens, aux arabes, aux musulmans, aux émigrés, et pourquoi pas au Sud global. C’est déjà presque dit, ça viendra.

Néanmoins, malgré tous ces artifices idéologiques, la marche contre l’antisémitisme trahit une différence énorme avec les marches de soutien à la Palestine en France et ailleurs en Occident. Dans celle contre l’antisémitisme, on n’osait exprimer son soutien à Israël de peur d’éclaircir les rangs. Et il y a, dans celle nombreuses et sans ambiguités pour la Palestine, la différence énorme de la présence des jeunes, celle des forces de l’avenir.

La posture victimaire

Voilà un autre trait, une autre ficelle idéologique de la panoplie crypto-sioniste.
6 novembre 2023, Anne Sinclair, une ancienne star de la télé française, soupire sur un plateau de télévision, au sujet des évènements de Gaza, "nous sommes seuls (les juifs NDLR), j’ai une impression de solitude". C’est le retour à la posture victimaire qui représente l’avantage pour le sionisme d’avoir été testée et de rassembler la communauté juive dans sa peur ancestrale, fantasmagorique de persécutions, de ghetto, d’isolement. C’est la culpabilité historique, entretenue, de l’Occident envers les juifs. Elle constitue le carburant de l’idéologie victimaire. C’est le point sur lequel se rencontrent sionistes et crypto-sionistes. Et quand, comme aujourd’hui l’opinion mondiale désavoue les crimes sionistes, alors Israël, le sionisme, l’intelligentsia crypto sioniste n’y voient qu’une preuve supplémentaire de la solitude du juif.
"Israël a le droit de se défendre", soupirent les crypto-sionistes. Autre argument victimaire". Jamais un tel argument n’a été autant galvaudé. Il est répété sans cesse par Israël et les États- Unis, et d’autres dirigeants occidentaux C’est ce que disaient aussi, dans les westerns de notre enfance, les cow-boys qui massacraient " les Indiens". On devrait le dire de façon tranquille : Israël est une puissance occupante.
Elle n’a aucun droit de légitime défense en la matière, ni à Gaza, ni en Cisjordanie.

Une guerre existentielle

Le discours "sur une guerre existentielle" menée par Israël est une variante de la posture victimaire. Israël matraque ce thème, reprenant en cela apparemment un argument employé dans la guerre en Ukraine. L’argument est repris autant par des intellectuels crypto-sionistes que les médias qui les soutiennent. Ne serait-ce pas plutôt, si on s’en tient aux faits, les Palestiniens qui sont dans un combat existentiel, de survie.

Au nom de son droit à l’existence, Israël nie en fait celui de la Palestine à exister. La meilleure preuve en est qu’il grignote sans cesse le territoire palestinien. Il rend ainsi impossible l’existence d’un Etat palestinien, et donc de deux États, palestinien et israélien, côte à côte ; quelle autre alternative ne laissera donc Israël aux palestiniens, et aux peuples arabes qui les soutiennent , que celle de la disparition d’Israël ?

L’hypocrisie des dirigeants de certains États arabes voisins n’a pas de limites. L’Égypte et la Jordanie, notamment, prennent argument qu’Israël veut vider Gaza de sa population et créer une nouvelle Nakba pour fermer les couloirs de sortie du territoire. Ils ne pensent même pas à la solution toute simple, plutôt que de fermer les frontières de Gaza, de venir au secours de la population palestinienne, d’intervenir, d’arrêter l’agression israélienne, et au moins d’imposer l’approvisionnement de Gaza. L’attitude de ces États arabes relève de la non-assistance à personne en danger. Elle n’est, dans le fond, la même que l’attitude des israéliens envers les palestiniens, pauvres ères ballotés, expulsés, rejetés, réprimés. Ces États arabes s’en méfient, au fond comme Israël, et peut-être même plus, car ils sont porteurs de contestation, de révolte et de changement.

Les dirigeants occidentaux s’appuient sur les dirigeants arabes qui leur sont soumis. Mais, en même temps, ils les dénoncent comme corrompus, autocrates etc., et même, cynisme ultime, d’être eux aussi responsables de l’abandon des Palestiniens et du silence sur la cause palestinienne. Ils font ainsi d’une pierre deux coups dans l’œuvre de destruction du moral des Arabes, sollicitant la trahison et la révélant.
Face à tout cela, à toutes ces trahisons qui viennent de ceux supposés les plus proches, la résistance palestinienne à Gaza n’en est que plus exemplaire. Face à la puissance d’Israël, cette résistance est la preuve même que la lutte est possible. Elle est la dénonciation vivante tous les arguments défaitistes des États arabes voisins qui, comme tous les défaitistes, veulent justifier leur passivité, leur faiblesse par la "trop grande force" de l’adversaire. La résistance palestinienne ne fait que rendre plus apparente, plus évidente l’indignité de ces dirigeants arabes.

Un point force le respect, c’est la dignité des gens de Gaza. L’humanité qu’ils affirment dans ces conditions d’extrême inhumanité. L’a-t-on remarqué, la solidarité est totale entre les Palestiniens à Gaza, bien qu’on les affame, bien qu’on les assoiffe, bien qu’on veuille en faire des "animaux".

Je regardais le visage magnifique d’un vieillard palestinien dressé sur les ruines et les gravats d’un immeuble et qui nous regardait dans les yeux, de l’autre côté de l’écran, nous les spectateurs coupables et impuissants, pour nous dire "le monde arabe est malade et nous sommes son remède".

On voit ces longues colonnes humaines de Palestiniens sur les routes. On les voit bombardés au Nord comme au Sud, et on comprend ce qu’est une guerre d’extermination. Elle est menée au nom des valeurs et de la défense de la liberté et de la démocratie occidentale. Quelle plaisanterie hideuse et quelle injure à tout l’Occident dont les dirigeants veulent rendre leurs peuples complices du crime ! Pour savoir ce qui s’est passé en 1948 à l’exode forcé et sanglant des Palestiniens, il suffit de voir ce qui se passe aujourd’hui à Gaza.


(1) https://www.legrandsoir.info/les-crypto-sionistes.html

URL de cet article 39253
  

Même Thème
Derrière les fronts : chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation
Samah JABR
EN LIBRAIRIE LE 22 MARS 2018 En coordination avec la sortie en salle du documentaire d’Alexandra Dols – Derrière les fronts : résistances et résiliences en Palestine – nous vous proposons en coédition avec Hybrid Pulse le premier livre de la psychiatre et écrivaine Palestinienne Samah Jabr. Le livre ne sera pas disponible en librairie pour le moment mais seulement sur notre site ou par demande par courrier à PMN Éditions. « Nous voulons une vie décente, pas n’importe quelle vie. Notre action pour (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.