RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Epargner les riches et les forts, savater les pauvres et les faibles

Le DECODEX du Monde sur la route descendante ouverte par Robert Ménard.

Rappel : Une équipe de bras cassés du Monde a inventé le DECODEX un « Index » moderne par lequel des inquisiteurs clouent au pilori des organes de presse Internet, comme Le Grand Soir : « Ce média diffuse régulièrement des fausses informations ou des émissions trompeuses »(1).

Samuel Laurent, initiateur du DECODEX a accordé le 15 mars 2017 un entretien au site lepetitjournal.com (http://lepetitjournal.com/expat-politique/2013-01-14-14-01-21/francais...)
On y lit cette perle : « Notre souci n’est pas de juger les autres médias, de mettre une mauvaise note au Point ou à l’Express par exemple ».

Non ! Pas à l’Express ni au Point ?

Le Point appartient à Pinault, L’Express à Drahi et Le Monde à Niel, Bergé, Pigasse. Tous ces messieurs contrôlent ces médias grâce à leur compétence journalistique et à leur capacité à informer sans parti pris (idéologique ou économique).
Pas touche, donc !

Samuel Laurent a trop lu Robert Ménard.
Dans son livre « Ces journalistes que l’on veut faire taire » (Albin Michel, 2001), Robert Ménard expliquait avec un mélange de naïveté et de cynisme pourquoi Reporters sans frontières n’émettait jamais de critiques sur les médias français « Parce que, ce faisant, nous risquons de mécontenter certains journalistes, de nous mettre à dos les grands patrons de presse et de braquer le pouvoir économique. Or, pour nous médiatiser, nous avons besoin de la complicité des journalistes, du soutien de patrons de presse et de l’argent du pouvoir économique ».

Dans le Monde, 21 janvier 2005 : Jean-Claude Guillebaud, expliquait pourquoi il avait quitté Reporters sans frontières dont il avait été un des fondateurs : « Je pensais que ce type d’association ne pourrait conquérir sa légitimité que si elle consacrait autant d’énergie aux dévoiements de la presse dans les pays riches - à l’information-spectacle, à la concentration... - qu’aux entraves à la liberté de la presse dans les autres pays. ».

Mais Samuel Laurent n’est pas Jean-Claude Guillebaud et le Monde de naguère aurait refusé avec horreur le DECODEX, comme le font aujourd’hui les vrais journalistes et les démocrates dignes de ce nom et sujets aux crises de nausées.

Et partisans de la séparation de la presse et de l’argent.

Vladimir MARCIAC

Note : (1) Voir ici comment Le Monde a traité l’affaire du quadruple meurtre d’Orvault pour persuader ses lecteurs que le fils Troadec était le coupable : https://www.legrandsoir.info/comment-tuer-un-jeune-homme-deja-mort.html

En supplément, un Extrait du DECODEX alternatif du Grand Soir consacré au Monde :

https://www.legrandsoir.info/le-decodex-alternatif-mefiez-vous-des-imi...

Le Monde

Détenu par une poignée de membres du 1% (Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse) qui n’hésitent pas à investir des millions d’euros dans l’unique but de défendre le droit à l’information des 99%.
Pseudo-quotidien de référence, le Monde est souvenu qualifié dans les milieux des spécialistes de la solidarité internationale de « torchon » (Le Général De Gaulle l’avait surnommé « L’Immonde »). Sous couvert de « sérieux », les journalistes du Monde sont connus pour publier régulièrement des articles de propagande (cf Bertrand de la Grange) et même des articles inventés de toutes pièces (cf. Paulo Paranagua).

Souffre d’un « syndrome du larbin Atlantiste » qui l’amène à publier des articles aux titres volontairement trompeurs tels que « Des soldats américains déployés en Pologne en réponse à l’activité militaire russe dans la « région » (sic) » (13 janvier 2017).
Connu comme le quotidien de « ceux qui savent déjà tout »
Anti-progressiste lorsqu’il s’agit de régimes qui déplaisent à Washington.

Crédibilité
Rubrique Internationale : 1/5
Rubrique France : 2/5
Rubrique Economie (libérale) : 5/5
Rubrique Atlantisme : 5/5
Notre jugement
A éviter si vous pouvez. Si vous ne pouvez pas (parce que vous êtes enseignant ou parce que vous portez un Loden), n’hésitez pas à faire recouper leurs informations par ceux qui savent de quoi ils parlent.

URL de cet article 31641
  

Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.