RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

Le nouveau bonheur français ou le monde selon Disney - Hacène Belmessous.

Il parait que, face à ce projet, François Mitterrand, s’était pincé le nez, avait pudiquement détourné les yeux et affirmé que ce n’était pas sa « tasse de thé ». Il n’en reste pas moins que la classe politique française, de droite et de gauche, a offert sur un plateau à Disney, aux conditions de la multinationale étasunienne, la possibilité de construire un parc d’attractions, mais aussi des villages exprimant sa vision du monde et de l’humanité. S’il offre accessoirement de l’onirisme, Disney impose surtout de l’idéologie, du politique.

L’auteur explique comment l’entreprise capitaliste Disney n’est parvenu à ses fins que parce qu’elle a pu bénéficier de la « complicité active d’un État fort » qui lui offrit des équipements (RER, TGV), qui lui permit de déroger au droit commun (par exemple une TVA à 7%) et qui la renfloua indirectement lorsqu’elle devint déficitaire, en 1994 et en 2004, car il s’y était engagé contractuellement.

Le partenariat fut signé en 1987. Immédiatement, dans ce land disneyen, l’État a « coupé le cordon ombilical qui le reliait à la société. » Dans le Val d’Europe, l’idéologie disneyenne règne désormais sans partage. Disney n’est plus l’aile marchante d’une culture avilissante mais la nécessaire « représentation euphorisante » de la transfiguration du réel.

Plus grave encore, Belmessous explique comment le Val d’Europe a imposé le « séparatisme social » dans le cadre d’un nouvel ordre urbain en France. Ce qui est atterrant, c’est que la gauche des Zones d’éducation prioritaire, du Développement social des quartiers a favorisé le développement d’une pratique du territoire qui contredisait cette politique. Lorsqu’en octobre 1992 Pierre Bérégovoy, Premier ministre décora le PDG de Disney de la Légion d’honneur, la messe était dite.

En tant que nouvelle ville - et ville neuve, l’existence du Val d’Europe n’a jamais été débattue devant le Parlement, devant la région àŽle-de-France, devant les municipalités ni devant aucune association constituée. De manière totalitaire, Disney obtint un monopole d’État, aucun concurrent ne pouvant construire des équipements hôteliers ou sportifs dans son enclave.

Le Val d’Europe est un ensemble où l’histoire et l’humanité dans leur continuum sont niées, où le substrat politique et la réalité sociale françaises sont évacués au profit de la vision disneyenne du monde. Ainsi, l’espace public privilégie la circulation ; les trottoirs sont étroits, les bancs publics inexistants, les squares pour enfants rares. La cité n’est pas censée améliorer la condition humaine mais affirmer un « point de vue » sur la société. L’idée est de faire disparaitre la société (qui n’existe pas, comme l’avait prétendu Margaret Thatcher) derrière une myriade d’individus en agrégeant et en favorisant les plus méritants. Disney enchante des valeurs d’un temps sans histoire : pragmatisme contre idéaux ; conscience privée contre conscience sociale, responsabilité individuelle contre responsabilité collective. Le « nous » national est désagrégé. Nous sommes « en plein séparatisme, en pleine idéologie différentialiste, dans le monde d’une seule classe sociale. » L’Autre n’existe plus.

La ville de Disney confirme, selon l’auteur, une prédiction d’Hannah Arendt : la politique disparait de l’agora politique. Belmessous cite Marc Sadoun : « Le politique ne réalise plus l’être du citoyen, il en considère l’avoir. Il ne gouverne plus les hommes, il administre les choses. » Dans ce monde, l’urbanisme n’est plus un bien commun, mais un broyeur d’hétérogénéités. L’urbanisme est moins « une valeur d’usage qu’une valeur d’échange. » On retrouve, dans cette optique, un état d’esprit, mais une aussi la vieille pratique anglo-saxonne selon laquelle on n’achète pas sa maison pour se loger (dans le Lancashire comme dans le Périgord) mais en fonction d’un placement à court ou moyen terme.

L’auteur ne cache pas que la majorité des habitants du Val d’Europe sont contents d’habiter dans ce monde creux, « déréel, oublieux des autres. » Ils ne sont plus des citoyens mais des lobbyistes qui, par exemple, ont obligé la mairie de Magny à construire un terrain de « skate » qui a couté 100000 euros pour l’amusement de huit familles.

Le Val d’Europe est peut-être le laboratoire de la première ville privée européenne.

Bernard GENSANE

Auteur : Hacène Belmessous
Editeur : Atalante
Collection : Comme Un Accordeon
Date de parution : 27/02/2009
EAN13 : 9782841724550

URL de cet article 9127
  

Même Auteur
Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le capitalisme mondial commence à ressembler à la fin d’une partie de Monopoly.

Caitlin Johnstone

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.