RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Les États-Unis et l’Europe commencent à manquer d’armes à envoyer en Ukraine.

Natasha Turak , auteure du présent article est journaliste à la chaîne d'information anglo-saxone CNBC, dont le propriétaire est NBC universal. CNBC est une chaîne d'information internationale à visée financière. Ce que contient cet article à l'usage de potentiels investisseurs ne pourra donc pas être soupçonné de propagande russe, mais contiendra des informations crédibles qui devraient nous intéresser. Finalement, il apparaît que les stocks d'armes et de munitions de l'Otan ne sont pas si importants qu'on pouvait le penser et surtout insuffisamment renouvelables dans des délais de disponibilité opérationnelle pour l'Ukraine . L'armée ukrainienne dépense sans compter tout en réclamant sans cesse d'autres livraisons. Les Etats-Unis et l'ensemble des pays de l'Otan commencent à tirer la langue sur les demandes croissantes de Kiev, se questionnent sur les possibilités des futures livraisons et voient avec inquiétude la fonte rapide de leurs propres arsenaux. latitude zero

Dans l’industrie de l’armement étasunienne, le niveau de production normal des munitions d’artillerie pour l’obusier de 155 millimètres – une arme d’artillerie lourde à longue portée actuellement utilisée sur les champs de bataille en Ukraine – est d’environ 30 000 munitions par an en temps de paix.

Les soldats ukrainiens qui combattent les forces russes consomment cette quantité en deux semaines environ.

C’est ce qu’affirme Dave Des Roches, professeur associé et chercheur militaire senior à la National Defense University des États-Unis. Et il est inquiet.

"Je suis très inquiet. À moins que nous n’ayons une nouvelle production, ce qui prend des mois, nous n’aurons pas la capacité d’approvisionner les Ukrainiens", a déclaré Des Roches à CNBC.

L’Europe aussi est à bout de souffle. "Les stocks militaires de la plupart des États membres [européens de l’OTAN] ont été, je ne dirais pas épuisés, mais appauvris dans une proportion élevée, parce que nous avons fourni beaucoup de capacités aux Ukrainiens", a déclaré Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, au début du mois.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a organisé mardi une réunion spéciale des directeurs de l’armement de l’Alliance afin d’examiner les moyens de reconstituer les stocks d’armes des pays membres. Les analystes militaires mettent en évidence un problème de fond : les pays occidentaux ont produit des armes à des volumes beaucoup plus faibles en temps de paix, les gouvernements choisissant de réduire la fabrication très coûteuse et de ne produire des armes qu’en cas de besoin. Certaines des armes en voie d’épuisement ne sont plus produites, et leur fabrication nécessite une main-d’œuvre hautement qualifiée et de l’expérience – des éléments qui font défaut depuis des années dans le secteur manufacturier étasunien.

En effet, Jens Stoltenberg a déclaré la semaine dernière, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, que les membres de l’OTAN devaient réinvestir dans leurs bases industrielles dans le secteur de l’armement.

"Nous travaillons actuellement avec l’industrie pour augmenter la production d’armes et de munitions", a déclaré Jens Stoltenberg au New York Times, ajoutant que les pays devaient encourager les fabricants d’armes à accroître leurs capacités à long terme en passant davantage de commandes d’armes.

Mais l’augmentation de la production de défense n’est ni rapide ni facile.

La capacité des États-Unis à se défendre est-elle en danger ?

La réponse courte est non.

Les États-Unis ont été de loin le plus grand fournisseur d’aide militaire à l’Ukraine dans sa guerre contre la Russie, fournissant à ce jour 15,2 milliards de dollars en lots d’armes depuis que Moscou a envahi son voisin fin février. Plusieurs des armes de fabrication étasunienne ont changé la donne pour les Ukrainiens, en particulier les obusiers de 155 mm et l’artillerie lourde à longue portée, comme le HIMARS (High Range Management System) fabriqué par Lockheed Martin.

- HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System). Et l’administration Biden a déclaré qu’elle soutiendrait son alliée l’Ukraine "aussi longtemps qu’il le faudra" pour vaincre la Russie.

Cela signifie beaucoup plus d’armes.

Les États-Unis n’ont pratiquement plus d’obusiers de 155 mm à donner à l’Ukraine ; pour en envoyer d’autres, ils devraient puiser dans leurs propres stocks réservés aux unités militaires du pays qui les utilisent pour la formation et la préparation. Mais, selon les analystes militaires, le Pentagone ne peut pas faire cela, ce qui signifie qu’il est très peu probable que les stocks réservés aux opérations étasuniennes soient affectés.

Nous devons mettre notre base industrielle de défense sur un pied d’égalité en temps de guerre. Et je ne vois pas d’indication que nous l’ayons fait.
Dave Des Roches- chercheur militaire senior, université de la Défense des Etats-Unis

"Il y a un certain nombre de systèmes pour lesquels je pense que le ministère de la Défense a atteint un niveau tel qu’il n’est pas disposé à en fournir davantage à l’Ukraine", a déclaré Mark Cancian, ancien colonel des Marines et conseiller principal au Centre d’études stratégiques et internationales.

Cela s’explique par le fait que "les États-Unis ont besoin de maintenir des stocks pour soutenir les plans de guerre", a déclaré M. Cancian. "Pour certaines munitions, le plan de guerre moteur serait un conflit avec la Chine sur Taïwan ou dans la mer de Chine méridionale ; pour d’autres, en particulier les systèmes terrestres, le plan de guerre moteur serait la Corée du Nord ou l’Europe."

Javelots, HIMARs et obusiers

Ce que cela signifie pour les forces ukrainiennes, c’est que certains de leurs équipements les plus cruciaux sur le champ de bataille – comme l’obusier de 155 mm – doivent être remplacés par des armes plus anciennes et moins optimales, comme l’obusier de 105 mm, qui a une charge utile plus faible et une portée plus courte.
"Et c’est un problème pour les Ukrainiens", dit Des Roches, car "la portée est essentielle dans cette guerre. C’est une guerre d’artillerie".

Parmi les autres armes sur lesquelles l’Ukraine compte et qui sont désormais classées comme "limitées" dans l’inventaire étasunien figurent les lanceurs HIMARS, les missiles Javelin, les missiles Stinger, l’obusier M777 et les munitions de 155 mm.

Le Javelin, produit par Raytheon et Lockheed Martin, a acquis un rôle emblématique en Ukraine : ce missile antichar à guidage de précision, tiré à l’épaule, a été indispensable pour combattre les chars russes. Mais la production étasunienne est faible, environ 800 par an, et Washington a maintenant envoyé quelque 8 500 exemplaires en Ukraine, selon le CSIS, soit l’équivalent de plus d’une décennie de production.

Le président Joe Biden a visité une usine de Javelin en Alabama en mai, déclarant qu’il allait "s’assurer que les États-Unis et nos alliés puissent reconstituer leurs propres stocks d’armes pour remplacer celles que nous avons envoyées en Ukraine". Mais, a-t-il ajouté, "ce combat ne sera pas bon marché".

Le Pentagone a commandé pour des centaines de millions de dollars de nouveaux Javelins, mais la montée en puissance prend du temps : les nombreux fournisseurs qui fournissent les produits chimiques et les puces informatiques pour chaque missile ne peuvent pas tous être suffisamment accélérés. Le recrutement, la sélection et la formation des personnes chargées de mettre au point la technologie prennent également du temps. Selon M. Cancian, il faudrait entre un et quatre ans aux États-Unis pour augmenter de manière significative la production globale d’armes.

"Nous devons mettre notre base industrielle de défense sur un pied d’égalité en temps de guerre", a déclaré M. Des Roches. "Et je ne vois pas d’indication que nous l’ayons fait".

Le ministère de la Défense a contesté la suggestion selon laquelle les États-Unis sont à court de stocks d’armes pour l’Ukraine.

"Le ministère a fourni un ensemble de capacités à l’Ukraine. Nous, et eux, ne sommes pas trop dépendants d’un seul système", a déclaré Jessica Maxwell, porte-parole du ministère de la Défense, à CNBC dans un courriel. "Nous avons été en mesure de transférer des équipements des stocks américains à l’Ukraine tout en gérant les risques pour la préparation militaire."

Le Pentagone "travaille avec l’industrie pour reconstituer les stocks épuisés sur une base accélérée", a déclaré Maxwell. "Cela inclut la fourniture de fonds pour acheter plus d’équipements, mettre en place de nouvelles lignes de production, et soutenir des équipes de travail supplémentaires. Nous disposons toujours des stocks nécessaires pour répondre à nos besoins."

Le dernier paquet d’assistance militaire du DOD, a-t-elle ajouté, "souligne la nature durable de notre engagement et représente un investissement durable et pluriannuel dans des capacités critiques pour l’Ukraine."

Contacté pour un commentaire, un porte-parole de Lockheed Martin a fait référence à une interview d’avril au cours de laquelle le PDG de la société, Jim Taiclet, a déclaré à CNBC : "Nous devons faire monter en puissance notre chaîne d’approvisionnement, nous devons avoir une certaine capacité, ce pour quoi nous investissons déjà. Ensuite, les livraisons auront lieu, disons, six, douze ou dix-huit mois plus tard."

Quelles sont les options de l’Ukraine ?

En attendant, l’Ukraine peut se tourner vers d’autres fournisseurs, par exemple la Corée du Sud, qui dispose d’un formidable secteur de l’armement et qui a signé en août une vente de chars et d’obusiers d’une valeur de 5,7 milliards de dollars à la Pologne. Les forces ukrainiennes devront également travailler avec des armes de remplacement qui sont souvent moins optimales.

Jack Watling, expert en guerre terrestre au Royal United Services Institute de Londres, estime que l’Ukraine dispose encore d’une grande marge de manœuvre pour se procurer elle-même un grand nombre des armes dont elle a besoin : "il y a suffisamment de temps pour résoudre ce problème avant qu’il ne devienne critique en termes d’intensification de la fabrication", a déclaré M. Watling, notant que Kiev peut s’approvisionner en munitions auprès de pays qui n’ont pas immédiatement besoin des leurs ou dont les stocks sont sur le point d’expirer.

"Nous pouvons donc continuer à approvisionner l’Ukraine", a déclaré Watling, "mais il y a un moment où, surtout pour certaines natures critiques, les Ukrainiens devront se modérer quant à leur taux de dépense et à l’ordre de priorité de ces munitions, car l’approvisionnement n’est pas infini."

»» https://www.cnbc.com/2022/09/28/the-us-and-europe-are-running-out-of-w...
URL de cet article 38281
  

Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse :
renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement.

H. Krazucki
ancien secrétaire général de la CGT

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.