RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Humains malades de la Peste

À nos « liquidateurs » la Patrie reconnaissante

C’est l’histoire connue d’un mal étrange qui répandit la terreur : un mal que les Éléments en leur fureur libérèrent comme pour punir les outrages et les excès faits à la Terre (*). Le nouveau virus, le covid-19, puisqu’il faut bien l’appeler par son nom, capable d’enrichir en un seul jour le monde de l’au-delà, fit aux humains la guerre.

Ils n’en moururent pas tous, mais tous furent frappés soit dans leur chair, soit dans leur entourage. Ils furent dix, cent, mille, dix mille à rendre leur dernier souffle de vie, à partir dans une profonde solitude. D’aucuns, à la vue de l’hécatombe, furent frappés d’hystérie individuelle ou collective, se battant pour un rien, en venant même à stigmatiser les soignants vus comme de potentiels vecteurs du mal sournois.

Le Macron, tel le Lion de la fable de La Fontaine « “ Les Animaux malades de la Peste ”, tint conseil, et dit : « Mes chers compatriotes, je veux saluer la mémoire des soignants qui ont payé de leur vie leur engagement pour sauver d’autres vies, d’autres vies [...] Mes chers compatriotes, nous sommes engagés dans une guerre, une guerre contre un ennemi invisible [...] Lorsqu’on s’engage dans une guerre, on s’y engage tout entier, on s’y mobilise dans l’unité [...] Partout nos militaires sont prêts, je le sais. Nous sommes en guerre, et face à ce qui se profile, ce pic de l’épidémie qui est devant nous, j’ai décidé de lancer l’opération Résilience. »

Et le blabla martial de se poursuivre. Et les remerciements, et les promesses de se poursuivre. Et, en même temps, l’occasion faisant le larron, la casse du code du travail, et autres libertés individuelles...

Certains marmonnèrent et dirent « haro sur les baudets », « Quand on parle de guerre, encore faut-il que ceux qui sont sur le front soient dûment armés (à moins de les considérer comme de la simple « chair à canon » ou comme les nouveaux « liquidateurs »). Ce n’est pas l’état d’urgence sanitaire, non, mais plutôt l’état de pénurie généralisée (pénurie de gants, de protections, de tests, de respirateurs, de bouteilles d’oxygène, de médicaments quand les principes actifs viennent d’ailleurs, de lits, ...). Qui sont ces donneurs de leçon, qui sont ces donneurs d’ordre qui ont mis à genoux les services de santé au nom de la doxa libérale, qui ont fermé toujours plus de lits d’hôpitaux (69 000 lits en quinze ans), fermé des maternités, qui n’ont pas payé les millions d’heures supplémentaires, qui n’ont pas embauché, qui ont méprisé ceux qui se sont mis en grève dès le 18 mars 2019 pour alerter du délabrement en cours, pour dénoncer l’asphyxie des services de santé bien avant la crise sanitaire, qui ont ignoré les rapports qui alertaient sur la nécessité de faire de la recherche fondamentale sur les coronavirus et autres virus, sur la nécessité d’avoir des stocks de protections ? Qui sont ces gens criminels qui ne pensent qu’à sauver, coûte que coûte, le système financier ? (système qui, sans la pandémie, aurait généré une nouvelle crise, à cause des liquidités mal utilisées qui n’ont servies qu’à créer de nouvelles bulles spéculatives prêtes à exploser) »

Vous connaissez déjà la morale de cette mauvaise fable, elle est toujours la même : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

« La Peste soit de l’avarice et des avaricieux. » (Molière)

D’après La Fontaine.

(*) Lire «  Contre les pandémies, l’écologie  », Sonia SHAH, Monde Diplomatique de mars 2020

URL de cet article 35862
  

La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsqu’ils n’arrivèrent pas à s’en prendre à nos arguments, ils s’en sont pris à moi.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.