RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Nous accusons le Ministre de l’Intérieur M. Castaner !

Communiqué de presse

Nous accusons le Ministre de l’Intérieur M. Castaner !

Samedi 16 novembre la police a tendu une souricière aux manifestants place d’Italie malgré l’autorisation délivrée par la Préfecture de Police de Paris.

Aux alentours de 13h, les forces de répression encerclent les gilets jaunes et les bloquent sur la place sans possibilité de se dégager de cette nasse, de ce traquenard tendu pour empêcher la manifestation prévue à 14h.

Les organisateurs ne seront informés de l’interdiction qu’au moment du départ, ne pouvant prévenir les participants de cette décision surprenante.

Dès ce moment, nous assistons au déchaînement des violences policières : tirs de LBD, pluie de grenades lacrymogènes, nuages de gaz asphyxiants, coups de matraques, utilisation des canons à eau.

Par centaines, les manifestants subissent cette répression inédite. Beaucoup seront blessés. Étonnamment, celles et ceux qui essaient de s’extraire de ce piège sont bousculés et interdits de quitter la nasse.

Chaque jour qui passe nous éclaire sur les brutalités et les sévices subis. Les vidéos témoignent de la violente répression aveugle qui s’est développée durant près de quatre heures.

Les principes républicains ont été piétinés : tabassés sans discernement, tirs à l’aveugle et tirs ciblés.

Le Préfet Lallement prétexte des exactions commises par des groupes d’individus étrangers aux manifestants gilets jaunes pour justifier la répression sauvage qui s’est abattue toute la journée dans différents points de la capitale.

Il est évident que la gestion du maintien de l’ordre a failli.

La chaîne de commandement est responsable de ce désordre. Ceux qui ont donné les ordres doivent assumer leurs responsabilités et non pas se défausser sur les forces policières.

Personne ne nous fera croire que le Préfet a donné les ordres sans l’aval du Ministre de l’Intérieur. Le fonctionnement républicain de nos institutions implique la responsabilité du politique sur l’administration.

En conséquence, nous demandons la démission du Ministre de l’Intérieur.

Nous exigeons l’arrêt de l’utilisation des LBD, des grenades de dés-encerclement et des flash-ball pendant les manifestations et rassemblements.

Faire baisser la tension, renouer les fils de l’action républicaine, assurer le bon fonctionnement de la vie démocratique doit être la tâche essentielle du Gouvernement et de la Présidence du pays.

Cela passe par le rétablissement des libertés fondamentales, notamment le respect du droit de manifester et par la protection des manifestants, droits qui sont malmenés depuis quelques mois.

Nous demandons la mise en place d’une commission parlementaire pour enquêter, informer, éclairer la vérité.

Les gilets jaunes premiers signataires :

Ghislaine Avan (75)

Valérie Boumerad (92)

Alain Boumerad (92)

Philippe Brua (75)

Gwenaela Caprani (75)

Maho Djouad ( 45/75)

Michael Dieudonné (31)

José Espinosa (93)

Alexandre Fernandes (78)

Emily Gomis (94)

Claudia Ibanez (75)

Laurent Klajnbaum (93)

Georges Lahiani (78)

Daniel Lartichaux (75)

Stephan Mandron (75)

Paloma Maquet (44)

Rémy Massaud (94)

Carl Pfeiffer (75)

Alain Richou (93)

Julien Rodrigues (91)

Salvador Soldevila (30)

Robert Such (03)

Mirella Ugolini (93)

Guillaume Szcezpans (06)

Nous mettrons en ligne sous forme de pétition ce texte pour que les gilets jaunes et ceux qui ne le sont pas puissent le signer.

URL de cet article 35469
   

Indignez-vous ! par Stéphane Hessel
Présentation de l’éditeur « 93 ans. La fin n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique : le programme élaboré il y a soixante-six ans par le Conseil National de la Résistance ! » Quelle chance de pouvoir nous nourrir de l’expérience de ce grand résistant, réchappé des camps de Buchenwald et de Dora, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948, élevé à la dignité d’Ambassadeur de France et de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.