Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Ode à Jupiter de l’Olympe » - Conte de troubadour impénitent

Salut à toi, oh dieu des dieux, qui détient entre tes mains, les éclairs, le tonnerre et la foudre de la suprême puissance divine,

Salut et révérence à ta grande sagesse, toi qui définis tous les jours, la destinée de notre pauvre humanité terrestre en négociant son prix sur le « marché libre et non faussé ».

Et dont nous consultons tous les jours, auprès de la pythie, les saintes maximes qu’il nous faut, sans discuter ici-bas, appliquer avec obstination et rigueur…

Au premier message délivré par l’oracle « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord. », le pouvoir terrestre a donc modifié la hiérarchie des normes, pour que le « code du travail » ne soit plus la protection collective de chacun, obligeant ainsi, les fainéants, « qui ne valent rien » et se pourvoient d’allocations en allocations, à chercher effectivement un travail… « tripalium humanum est ».

Nous avons aussi entendu ton appel « Traverses la rue et tu trouves un emploi », et pour répondre à cette profonde et divine prophétie, subito, nous avons doublé le nombre de « passages protégés », peints de blanc, dans les avenues des métropoles du « noir business ».

A l’écoute de ton SMS royal : « « La France est en deuil d’un roi », les parlementaires vont, subrepticement, modifier la constitution, pour confirmer à la République son caractère monarchique, en vue de pouvoir accueillir sur le trône des mortels, notre céleste seigneur au surnom redoutable de « dark vador ».

Et comme en effet : « la démocratie ne se fait pas dans la rue  », désormais nous limiterons les libertés de manifestations publiques et les « forces du désordre » seront renforcés de chars anti insurrection.

Nous avons aussi appliqué vos désirs : « Je suis pour une société sans statuts » en supprimant celui de ces fonctionnaires vindicatifs et tellement inutiles.

Quant à cette réalité comptable trop réelle « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas », nous l’avons matérialisée, en réduisant les « emplois aidés » et allons conditionner le R.S.A à une reprise d’activité effective et dûment contrôlée.

Nous sommes aussi tombés sous le charme : « La seule chose qu’on n’a pas le droit de faire, c’est se plaindre » tellement divin en cette période de Noel, de dinde farcie et de palais de l’Elysée rénové sur fonds publics.

Comme nous sommes rentrés en félicité à l’écoute de cette symphonie « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires », tellement en correspondance avec cette idée : « Une start-up nation est une nation ou chacun peut se dire qu’il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une », digne de votre ambition politique de dessiner ce « nouveau monde » …tellement humain.

Afin de matérialiser au quotidien votre morale du ciel : « Je ne suis pas là pour défendre les jobs existants », d’une profondeur historique, nous avons derechef abandonné l’industrie et privatisé tout ce qui restait, donnant ainsi aux marchés financiers les clefs de l’avenir du Pays, pour le plus grand plaisir des banques privées qui s’en repaissent…

Il reste cependant une infime question, oh grand roi de l’Olympe, Dieu des dieux, de la terre, de l’univers et du cosmos infini. Aucun des problèmes que nous avions déjà avant votre descente de l’Olympe (chômage, précarités, logements insalubres, mobilité forcé, guerres impérialistes, changement climatique etc.), ne se trouvent diminués, au contraire, ils augmentent et menacent les sociétés « d’homo-sapiens » d’implosion sociales violente (guerres) et définitive (changement climatique).

Alors grand Roi, Dieu des dieux de l’Olympe : nous, mortels de la troisième planète de l’univers, gaulois impénitents, « sans culottes de l’Histoire », troubadours des chemins, Résistants de l’obscurantisme fasciste, prolétaires des « ronds-points » aux gilets multicolores, implorons ta sagesse et formulons cette supplique doléante que nous déposons à tes augustes pieds…

Retournes en ton Olympe, la terre n’est pas le « domaine des dieux », mais la « République des hommes », en un mot : DEGAGE.

Et si tu ne réponds pas à notre supplique, alors nous appliquerons notre histoire : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». [1]

Fabrice
troubadour insoumis.

[1Constitution de 1793


URL de cet article 34248
   
Communication aux lecteurs
24 février : Tous ensemble à Londres pour soutenir Julian Assange

La date du 24 février ouvre le départ des dernières audiences d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur la demande des Etat-Unis. Sur le territoire américain Julian risque jusqu’à 175 années de prison pour avoir diffuser des documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan dévoilant ainsi au grand jour tortures et exactions de l’armée américaine, pour avoir fait son travail de journaliste. S’il est jugé par un tribunal fédéral dans un état où la peine capitale est autorisée, il risque la peine de mort pour espionnage et divulgation de secrets d’Etat .

Nous organisons ce 23 février un départ de Paris en Bus pour Londres. Nous arriverons le 24 au matin pour commencer la manifestation et repartirons le soir afin d’être de retour le 25 au petit matin sur Paris.

Au nom de la Liberté de la presse, de la Liberté d’expression, de la Vérité nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure d’extradition et la libération de Julian Assange.

Informations/contacts : https://www.facebook.com/events/467998704155446/

Réservations : https://yurplan.com/event/Tous-ensemble-a-Londres-pour-Julian-le-24-fe...

15 
« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.