Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


« Ode à Jupiter de l’Olympe » - Conte de troubadour impénitent

Salut à toi, oh dieu des dieux, qui détient entre tes mains, les éclairs, le tonnerre et la foudre de la suprême puissance divine,

Salut et révérence à ta grande sagesse, toi qui définis tous les jours, la destinée de notre pauvre humanité terrestre en négociant son prix sur le « marché libre et non faussé ».

Et dont nous consultons tous les jours, auprès de la pythie, les saintes maximes qu’il nous faut, sans discuter ici-bas, appliquer avec obstination et rigueur…

Au premier message délivré par l’oracle « Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord. », le pouvoir terrestre a donc modifié la hiérarchie des normes, pour que le « code du travail » ne soit plus la protection collective de chacun, obligeant ainsi, les fainéants, « qui ne valent rien » et se pourvoient d’allocations en allocations, à chercher effectivement un travail… « tripalium humanum est ».

Nous avons aussi entendu ton appel « Traverses la rue et tu trouves un emploi », et pour répondre à cette profonde et divine prophétie, subito, nous avons doublé le nombre de « passages protégés », peints de blanc, dans les avenues des métropoles du « noir business ».

A l’écoute de ton SMS royal : « « La France est en deuil d’un roi », les parlementaires vont, subrepticement, modifier la constitution, pour confirmer à la République son caractère monarchique, en vue de pouvoir accueillir sur le trône des mortels, notre céleste seigneur au surnom redoutable de « dark vador ».

Et comme en effet : « la démocratie ne se fait pas dans la rue  », désormais nous limiterons les libertés de manifestations publiques et les « forces du désordre » seront renforcés de chars anti insurrection.

Nous avons aussi appliqué vos désirs : « Je suis pour une société sans statuts » en supprimant celui de ces fonctionnaires vindicatifs et tellement inutiles.

Quant à cette réalité comptable trop réelle « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas », nous l’avons matérialisée, en réduisant les « emplois aidés » et allons conditionner le R.S.A à une reprise d’activité effective et dûment contrôlée.

Nous sommes aussi tombés sous le charme : « La seule chose qu’on n’a pas le droit de faire, c’est se plaindre » tellement divin en cette période de Noel, de dinde farcie et de palais de l’Elysée rénové sur fonds publics.

Comme nous sommes rentrés en félicité à l’écoute de cette symphonie « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires », tellement en correspondance avec cette idée : « Une start-up nation est une nation ou chacun peut se dire qu’il pourra créer une start-up. Je veux que la France en soit une », digne de votre ambition politique de dessiner ce « nouveau monde » …tellement humain.

Afin de matérialiser au quotidien votre morale du ciel : « Je ne suis pas là pour défendre les jobs existants », d’une profondeur historique, nous avons derechef abandonné l’industrie et privatisé tout ce qui restait, donnant ainsi aux marchés financiers les clefs de l’avenir du Pays, pour le plus grand plaisir des banques privées qui s’en repaissent…

Il reste cependant une infime question, oh grand roi de l’Olympe, Dieu des dieux, de la terre, de l’univers et du cosmos infini. Aucun des problèmes que nous avions déjà avant votre descente de l’Olympe (chômage, précarités, logements insalubres, mobilité forcé, guerres impérialistes, changement climatique etc.), ne se trouvent diminués, au contraire, ils augmentent et menacent les sociétés « d’homo-sapiens » d’implosion sociales violente (guerres) et définitive (changement climatique).

Alors grand Roi, Dieu des dieux de l’Olympe : nous, mortels de la troisième planète de l’univers, gaulois impénitents, « sans culottes de l’Histoire », troubadours des chemins, Résistants de l’obscurantisme fasciste, prolétaires des « ronds-points » aux gilets multicolores, implorons ta sagesse et formulons cette supplique doléante que nous déposons à tes augustes pieds…

Retournes en ton Olympe, la terre n’est pas le « domaine des dieux », mais la « République des hommes », en un mot : DEGAGE.

Et si tu ne réponds pas à notre supplique, alors nous appliquerons notre histoire : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ». [1]

Fabrice
troubadour insoumis.

[1Constitution de 1793


URL de cet article 34248
   
"Pourquoi les pauvres votent à droite"
Thomas Frank
Titre original : What’s the matter with Kansas ? (2004, 2005, 2007) Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton Nouvelle édition. Première parution française dans la collection « Contre-feux » (Agone, 2008) À la fin des années 1960, la concurrence internationale et la peur du déclassement transforment un populisme de gauche (rooseveltien, conquérant, égalitaire) en un « populisme » de droite faisant son miel de la crainte de millions d’ouvriers et d’employés d’être rattrapés par plus déshérités qu’eux. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.