Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Diverses réflexions sur la politique, l’humanité et le monde

Le problème n’est pas seulement que nous sommes gouvernés par des tyrans, c’est que notre tête est remplie de propagande et de virus culturels qui nous poussent à y consentir.

La russophobie et l’accent sans nuances mis sur Trump ont été utilisés pour alarmer un pourcentage agaçant de progressistes américains, qui sont passés d’un désir de changement à un désir de retour en arrière. Vouloir que les choses redeviennent comme avant, c’est vouloir le retour des conditions qui ont créé Trump.

Le patriotisme est comme la pilule bleue dans The Matrix. Si vous la prenez, vous vous sentez bien dans votre pays, mais vous n’apprenez pas la vérité à son sujet.

Si tout le monde comprenait soudainement à quel point la guerre est horrible, toutes les actions militaires dans lesquelles les Etats-Unis et leurs alliés sont actuellement engagés cesseraient sous la pression d’une révolte populaire.

Autre sujet peu abordé : les agences gouvernementales secrètes fournissent un soutien aux entreprises de la Silicon Valley, soutien qu’elles auraient pu facilement menacer d’apporter aux concurrents de ces entreprises si certains accords n’avaient pas été conclus.

Quiconque dit que la Russie est sur le point d’envahir l’Ukraine ou les États baltes est soit un menteur, soit un ignorant. Une nation dont l’économie a la taille de celle de l’Espagne et qui réduit son budget militaire ne se prépare pas pour la troisième guerre mondiale.

La personnalité militaire de la Russie ressemble beaucoup au stéréotype du vétéran militaire russe : stoïque et réservé quand il n’est pas provoqué, mais disposé et capable de vous mettre dans un fauteuil roulant si vous envahissez son espace personnel. Elle doit être traitée en conséquence.

Les gens qui ne croient pas que ces escalades idiotes contre la Russie peuvent mener à une guerre nucléaire refusent tout simplement d’envisager toutes les possibilités. Et le font par lâcheté intellectuelle.

Un gouvernement démocratique pourrait en effet être un outil du peuple pour mettre en œuvre la volonté du peuple dans l’allocation des ressources et la protection de l’ensemble de la population. Un tel système fonctionnerait infiniment mieux que celui où le sort du peuple est déterminé par une élite de ploutocrates sociopathes. Le problème, c’est que les gouvernements ne sont pas démocratiques et n’agissent pas conformément à la volonté du peuple, et tant qu’ils ne le font pas, un tel système est impossible.

L’absence de gouvernement est aussi une voie envisageable, si l’humanité transcende son modèle inconscient destructeur. Croire que l’anarchisme peut fonctionner, c’est croire en la possibilité d’une telle transcendance.

Croire que le capitalisme est le meilleur système possible, c’est croire que le meilleur système possible élève naturellement les plus avides, les plus sournois et ceux qui sont les plus disposés à tout faire pour grimper plus haut, jusqu’à dépouiller notre planète.

L’humanité continuera à répéter les mêmes schémas inconscients jusqu’à ce qu’elle se réveille ou s’autodétruise.

L’éveil spirituel collectif de l’humanité sera le fruit d’un éveil spirituel individuel. Les choses commenceront à pénétrer les consciences, nous prendrons conscience des forces sous-jacentes derrière nos souffrances, et à mesure qu’elles deviendront conscientes, nous pourrons les défaire et les remplacer consciemment par des processus qui nous seront bénéfiques.

Ce qui s’est passé en France montre ce qui peut se produire lorsque ceux qui sont au pouvoir perdent le contrôle du récit. Un soulèvement populaire inter-idéologique est le pire cauchemar de la classe dirigeante ; éviter une telle chose est la raison même pour laquelle tant d’énergie est consacrée à un contrôle étroit du récit, via les médias ploutocratiques et la manipulation politique.

Vos dirigeants n’ont jamais eu peur des Russes, des Chinois, des Nord-Coréens ou des terroristes. La seule chose dont ils ont toujours eu peur, c’est vous. Plus précisément, ils ont peur que vous et vos compatriotes ne cessiez de croire aux récits autorisés, qu’ils ne se débarrassent des anciens mécanismes d’oppression et de contrôle par la seule force du plus grand nombre sans tirer un seul coup de feu et qu’ils ne créent un nouveau monde ensemble.

Celui qui possède l’or établit les règles, mais celui qui contrôle le récit détermine qui possède l’or.

Quiconque essaie de contrôler votre récit sur vous-même essaie de vous contrôler.

Personne n’a le droit de vous intimider ou de vous faire honte en vous privant de votre droit d’arriver à votre propre compréhension du monde, avec vos propres pensées, en utilisant vos propres recherches, en n’acceptant aucune affirmation de foi faisant autorité, peu importe la confiance qu’on leur accorde. Vous êtes infiniment plus qualifié que quiconque pour arriver à votre propre compréhension de ce qui se passe, et c’est votre droit souverain en tant qu’être humain d’exprimer cette compréhension.

Les problèmes personnels, politiques et sociétaux se résument en fin de compte à la souveraineté. Prendre conscience de la myriade de façons dont nous nous étendons au-delà de nos propres frontières souveraines et empiétons sur la souveraineté des autres, qu’ils soient personnels, idéologiques, nationaux ou écosystémiques, est la voie vers la création d’une utopie où nous pouvons tous collaborer entre nous et avec notre environnement dans l’intérêt du bien commun.

Ce qui s’annonce dans à peine une génération ou deux, c’est l’une des trois possibilités suivantes : la liberté totale, l’esclavage total ou l’annihilation totale. Désolée pour les indécis, il n’y a pas de quatrième option. La confluence de l’Intelligence artificielle, de l’automatisation et d’une élite de plus en plus paranoïaque et sécuritaire signifie que nous serons probablement soumis à plus de surveillance, plus de manipulation, plus de travail à moindre salaire à mesure que les emplois disparaîtront en même temps que les protections sociales, dans le cas où nous ne nous autodétruisons pas.

Ou alors, nous changeons rapidement notre conscience et nous nous débarrassons complètement du système punitif qui exige que les gens travaillent pour gagner leur vie, et prenons conscience de l’abondance qui nous entoure. Nous travaillerons de notre plein gré, et à notre propre rythme, en faisant ce que nous voulons. Si c’est difficile à imaginer, je vous supplie d’essayer quand même et de chercher comment y arriver. Ce n’est pas si difficile. Nous avons déjà tous les outils en main.

Les humains sont des sorciers géants d’une beauté explosive. Ce serait vraiment dommage de nous autodétruire avant de l’avoir compris.

Caitlin Johnstone

traduction "on cause des gilets jaunes jusqu’en Australie, dites-donc" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://medium.com/@caityjohnstone/assorted-thoughts-on-politics-human...
URL de cet article 34247
   
Communication aux lecteurs
24 février : Tous ensemble à Londres pour soutenir Julian Assange

La date du 24 février ouvre le départ des dernières audiences d’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange sur la demande des Etat-Unis. Sur le territoire américain Julian risque jusqu’à 175 années de prison pour avoir diffuser des documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan dévoilant ainsi au grand jour tortures et exactions de l’armée américaine, pour avoir fait son travail de journaliste. S’il est jugé par un tribunal fédéral dans un état où la peine capitale est autorisée, il risque la peine de mort pour espionnage et divulgation de secrets d’Etat .

Nous organisons ce 23 février un départ de Paris en Bus pour Londres. Nous arriverons le 24 au matin pour commencer la manifestation et repartirons le soir afin d’être de retour le 25 au petit matin sur Paris.

Au nom de la Liberté de la presse, de la Liberté d’expression, de la Vérité nous demandons l’arrêt immédiat de la procédure d’extradition et la libération de Julian Assange.

Informations/contacts : https://www.facebook.com/events/467998704155446/

Réservations : https://yurplan.com/event/Tous-ensemble-a-Londres-pour-Julian-le-24-fe...

15 
Laurent Mauduit. Les Imposteurs de l’économie.
Bernard GENSANE
Serge Halimi expliquait autrefois pourquoi il ne voulait jamais débattre avec un antagoniste ne partageant pas ses opinions en matière d’économie : dans la mesure où la doxa du capitalisme financier était aussi « évidente » que 2 et 2 font quatre ou que l’eau est mouillée, un débatteur voulant affirmer un point de vue contraire devait consacrer la moitié de ses explications à ramer contre le courant. Laurent Mauduit a vu le « quotidien de référence » Le Monde se colombaniser et s’alainminciser au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.