RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Reporters Sans Frontières

ONG et variations sur la peine de mort.

Journée mondiale contre la peine de mort : l’urgence d’une abolition concerne aussi la presse. Tel est le titre d’un communiqué de l’ONG Reporters sans Ménard

Lisons : «  A l’occasion de la 6e journée mondiale contre la peine de mort, le 10 octobre 2008, Reporters sans frontières souhaite mettre en lumière un aspect toujours d’actualité de ce scandale politique et humain que représente une sanction aussi archaïque : son utilisation contre les journalistes ou les défenseurs de la liberté d’expression ».
On objectera que l’archaïsme n’est pas plus grand quand la peine de mort frappe des non journalistes. Passons, l’essentiel n’est pas là .

Le communiqué de RSF cite des cas emblématiques : En Afghanistan, en Iran, en Ethiopie.

On dira que la liste des pays n’est pas exhaustive. Il en manque, hélas ! Entre autres, le Qatar où Robert Ménard a choisi d’aller diriger un centre pour journalistes avec la favorite de l’Emir.

Mais, le plus surprenant (et franchement positif) dans le communiqué de RSF est ce qui suit

«  Enfin, le cas du journaliste de radio et militant des Black Panthers Mumia Abu-Jamal, aux Etats-Unis, vient également rappeler que la peine capitale n’a toujours pas été abolie par la première puissance mondiale. Condamné à la peine capitale en 1982 pour l’assassinat, dont il a toujours nié être l’auteur, du policier Daniel Faulkner, Mumia Abu Jamal a passé 26 ans dans le "couloir de la mort". En mars 2008, la cour d’appel fédérale de Philadelphie a commué à une voix près cette condamnation en réclusion criminelle à perpétuité, décision encore susceptible de recours par l’accusation. »

A comparer avec ce dialogue de Robert Ménard avec un internaute lors du forum en ligne organisé par le Nouvel Observateur le 22 octobre 2004 :

Internaute : « Un journaliste noir Américain, Mumia Abu-Jamal est en prison au USA depuis plus de 20 ans pour un crime dont il est innocent. Pouvez-vous préciser l’action que RSF a menée pour sa libération ? »

Robert Ménard : « Nous n’avons rien fait et nous ne ferons rien. Il ne s’agit pas d’une affaire de liberté de la presse. »

A comparer aussi avec cette approbation de la torture jusqu’au bout par l’ancien patron de RSF qui a déclaré sur France Culture le 16 août 2007 :

« ...moi, si c’était ma fille que l’on prenait en otage, il n’y aurait aucune limite, je vous le dis, je vous le dis, il n’y aurait aucune limite pour la torture. »

RSF serait-elle en passe de devenir une vraie ONG qui défend tous les journalistes ?

Il est trop tôt pour le dire et peut-être fou de l’espérer.

Mais il n’est pas interdit de penser qu’elle devient plus intelligente.

URL de cet article 7243
  

Même Auteur
Chicharra et les vautours
Maxime VIVAS
Le nouveau roman de Maxime Vivas Ce livre est la simple histoire d’une idole internationale (proche d’un Manu Chao) dont on exploite l’image et de jeunes ambitieux qui cherchent fortune sans penser à mal. Mais en rapprochant l’art et l’argent, ce roman intègre en filigrane l’ombre de Michael Jackson et de bien d’autres idoles qui furent cernées par des profiteurs avides jusqu’à se moquer de la vie de la poule aux oeufs d’or. Pierre souffre de solitude dans sa grange transformée en habitation, à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La seule véritable passion qui mérite qu’on se laisse guider par elle est le non-conformisme.

Julian Assange

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.