Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

26 
Le jour le plus long

Ou plutôt, la vie la plus longue, sera celle où l’on sera tous (attention, j’énerve)...

... Où l’on sera tous...
végétariens, végétaliens ou végans,
piétons,
buveurs d’eau du puits sortie au seau à la manivelle,
adeptes de la douche froide sous le tonneau du jardin,
pratiquants des toilettes sèches pour faire pousser des tomates bourrées de particules fécales,

laveurs de linge avec une machine reliée à un pédalier de vélo,
un peu crades et puant sous les bras, mais c’est la nature,
potiers, sculpteurs de cuillères en bois,
gratteurs de guitare dans le pré en chantant en anglais
non fumeurs,
consommateurs de curcuma et de quinoa, de soja non assaisonné, de lait de coco,
planteurs de choux, de radis noirs et de blettes,
infuseurs de feuilles de thé du Népal,
pratiquants de la méditation, attentifs à notre karma
adorateurs du dalaï lama,
donneurs de leçons aux Cubains,
découvreur d’ondes magnétiques maléfiques dans la maison,
fabricants de notre huile d’olive, de notre savon, de notre dentifrice, de nos emplâtres d’argile pour douleurs articulaires,
éleveurs de poules (pour les œufs),
conducteurs d’ânes,
égraineurs de maïs à la veillée devant la cheminée,
joueurs de biniou et chanteurs de chants folkloriques (en patois),
instituteurs à domicile pour nos enfants,
couseurs de macramé, tisserands, tailleurs pour se vêtir,
tresseurs de cheveux, chiropracteurs,
pétrisseurs de farine bio pour pain sans gluten,
bouilleurs d’orties pour la soupe,
en transe devant les flammes tremblotantes des bougies et l’odeur des bâtonnets incandescents,
teléphobes, radiophobes, KarlMarxophobes,
tassés dans la pièce unique d’une yourte où l’on se caille l’hiver et on cuit l’été, où l’on passe son temps à se bousculer et où il faut sortir pour baiser sans public,
peleurs de patates bios enrobées de terre,
tatoués, percés, coiffés d’un bonnet péruvien,
poseurs de questions comme : « Julian Assange, qui c’est ? »,

... où l’on sera tous allergiques aux vins rouge, rosé, blanc, au Ricard, au whisky, au calva, à la vodka, à l’ouzo, au saké, au mojito, au Habana club, à la téquila, à la sangria, à la blanquette de Limoux, au Martini, au muscat, aux cacahouètes, aux pistaches, aux carrés de fromage Vache qui rit avec les devinettes,
aux pieds de cochon sauce tomates, à la tête de veau sauce ravigote, aux bavettes bien tendres, aux côtes de bœuf pour deux, aux gigots d’agneau, au boudin noir, au boudin blanc, au saucisson au poivre, aux tripous aveyronnais, à la saucisse de Strasbourg, de Hambourg et de Toulouse, au jambon, au pâté de lièvre, au magret...

... où l’on sera tous allergiques aussi aux blagues sur :
les gros, les maigres, les blondes, les juifs, les coiffeurs, les noirs, les arabes, les députés, les paysans, les vieux, les enfants, les Belges, les beaufs, les profs, les curés, les flics, les adjudants, les putes, les CRS, les pucelles, les nymphomanes, les impuissants, les obsédés, les jeunes mariés, Toto, Angela Merkel, les trisomiques , les sourds, les aveugles, les unijambistes, les p’titis zizis, les gros zobs qui flanchent, les LGBTQI+(AZERTYUIOP), les seins, les fesses, les mollets, l’âge de Brigitte Macron, le pape, la gendarrrmerrrie nationale, mère Theresa, l’abbé Pierre (et l’abbé Pavé), l’air hébété de Nicole Belloubet, le gros cul de Marlène Schiappa, l’air faux-cul de Castaner, la tronche de faux jeton de Rugy, le QI des keufs.

Eh bien, eh bien, eh bien, dès lors : on vivra plus longtemps sans trop être un prédateur, un sans coeur ou un jouisseur, mais en se faisant chier sévère sous la férule de 1000 inquisiteurs, sûrs d’eux, irréprochables, dont 999 se sont reconnus ici et qui sont déjà fous de rage, ne leur donnez pas mon adresse, sinon je me venge en rajoutant à la liste des sujets de rire : les commerçants, les juges, les percepteurs, les journalistes, Jean-Michel Aphatie (c’est pas pareil), les parachutistes, les vigiles, les DJ, Claire O’Petit, les abruties incultes de l’écriture inclusive, les folles qui ont acheté un appareil en plastique pour uriner debout (et qui ont les doigts qui puent la pisse), les décérébrés qui hurlent « On a gagné ! », les gibiers de potence de la BAC, les fiers comme Artaban et cons comme des balais.

J’ajoute à la liste, les lecteurs-poissons-rouges qui ont déjà oublié que je parle du jour «  où l’on sera tous…  ». TOUS ! Et donc tout ça.

On y va tout droit, mais ce n’est pas encore fait.

Si vous commentez, essayez de ne pas prouver au passage que je suis en dessous de la réalité.

Vafan KULEAU

Cadeau : https://www.youtube.com/watch?v=J7bf2i9deGQ

URL de cet article 35143
   
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.