RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Oui à la réforme des retraites !

Bien sur il faut réformer le système de retraite, le rendre plus solidaire, plus équitable, pérenne. Pour assurer de meilleures retraites aux travailleurs, à ceux qui produisent les richesses. Le moderniser en l'abondant avec les produits financiers. Exactement le contraire de la réforme de Macron, Delevoye, et leurs complices : Medef, compagnies d'assurance et fonds de pension via BlackRock

"Puisqu’on vit plus longtemps on doit cotiser plus longtemps" !
On ne mesure pas suffisamment ce que cette phrase, que politiciens, Medef et media nous balancent à longueur de temps, cache de cynisme.

C’est reconnaître que le progrès n’est là que pour profiter aux riches et aux puissants, pas à ceux qui travaillent.

Que les progrès technologiques et les gains de productivité aillent enrichir jusqu’à plus soif patrons et actionnaires : c’est normal !

Mais que les salariés voient leur existence s’allonger grâce à l’amélioration des conditions de vie et de la médecine : et bien pas question qu’ils en profitent !

En revanche, leur calcul est juste : pour diminuer l’espérance de vie rien de tel que d’allonger la durée du travail.

C’est imparable, en tous temps et en tous lieux où on travaille plus longtemps : on meurt plus tôt. A l’inverse plus on diminue le temps de travail et plus on vit longtemps. Evidemment ils ne peuvent pas le dire aussi crûment, alors ils enrobent !

Bien sur ils auraient bien d’autres moyens de trouver l’argent pour assurer les retraites :

- rapatrier fraude et évasion fiscale

- supprimer les retraites chapeaux

- reprendre les cadeaux de toutes sortes consentis aux entreprises qui réalisent les plus gros profits

- taxer dividendes et spéculation

- faire la réforme fiscale nécessaire pour plus de justice et une meilleure efficacité économique (dont rétablissement de l’ISF)

- aligner les retraites des politiciens sur celles des salariés (ça c’est juste pour qu’ils participent à l’effort collectif !)

- etc etc

Et puis, nos dirigeants qui sont nuls, incompétents, lâches, passéistes, soumis à la finance et aux diktats de Bruxelles ... refusent aussi de voir que le monde a changé. Ce qui était valable il y a 75 ans ne l’est plus aujourd’hui.

Grâce (ou à cause) de la mondialisation, des nouvelles technologies, des gains de productivité et ... de la spéculation, cela ne ressemble à rien de continuer à abonder les pensions avec les seuls prélèvements sur les salaires. Alors que les profits ont considérablement augmenté avec de moins en moins de salariés pour les réaliser et que certains ne font que "faire de l’argent avec l’argent", c’est là qu’il faut prélever aussi les cotisations retraites.

Pour une même richesse produite une entreprise de machines outils emploiera 100 cotisants là ou 5 suffiront à un courtier en bourse par exemple. Et dans le premier cas la marge dégagée sera minime et les cotisations importantes alors que pour le second ce sera l’inverse : très forte marge et peu de cotisations.

Il faut donc rétablir l’équilibre en modifiant l’assiette des charges sociales (dont celles des retraites). Ce n’est pas seulement une mesure juste humainement, c’est une nécessité économique : en plus de régler la question des retraites pour l’avenir, elle permettra la diminution des charges des entreprises (et donc leur compétitivité) et des salariés (et donc leur pouvoir d’achat).

Sans cette décision réaliste, moderne, les retraités continueront à être pressurés ... en vain !

Assurer le financement des retraites c’est aussi s’attaquer au chômage qui vide les caisses. Et donc reconsidérer ... le travail !

Aujourd’hui politiciens, Medef et media le présentent comme un poids, une charge qu’il faut réduire à tout prix afin de préserver les profits en tous genres. Alors que le travail est une richesse. C’est lui qui alimente la production de biens et services, les dividendes, les caisses de l’Etat, des collectivités locales, les retraites, la Sécu ...

Le chômage et les caisses qui s’assèchent sont le résultat de cette même cause : le mépris du travail que les décideurs attaquent de toutes les manières, obsédés qu’ils sont du seul profit.

En 20 ans la production de richesses dans notre pays a plus que doublé. Dans le même temps : chômage accru, dette record et les caisses sociales qui se vident. Où est l’erreur ?

Continuons à nous mobiliser contre le "projet de réforme" du gouvernement qui n’est rien d’autre que le détricotage, et même l’enterrement, des conquêtes de l’après guerre !

»» https://blogs.mediapart.fr/register/blog/111219/oui-la-reforme-des-retraites
URL de cet article 35523
  

Même Thème
LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.