RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pourquoi Sarkozy met-il l’école en danger ? Marie-Noëlle Bertrand.








L’ Humanité}, 6 février 2007.


Le candidat de l’UMP s’attaque au décret Robien. Une simple opposition de forme entre les deux ministres de la majorité.


Rappel des faits.

Vendredi matin, Nicolas Sarkozy s’attaquait ouvertement à Gilles de Robien, actuel ministre de l’Éducation, honnis par le corps enseignant. Par voie de presse, le candidat UMP a missionné Xavier Darcos, ex-ministre délégué à l’Enseignement scolaire, d’une étude sur le salaire et la carrière des enseignants en qualifiant d’ « injuste » le fait de les faire travailler plus sans contrepartie financière.

Directement visé : le décret Robien qui supprime les temps de décharge de cours et mettait un prof sur deux en grève le 18 décembre dernier.

Le soir, Nicolas Sarkozy remettait le couvert. « Ce sont les éducateurs plus que les conquérants qui ont fait la France et la République », expliquait le ministre candidat lors d’une rencontre publique à Maisons-Alfort, affirmant dans la foulée que le problème n’est pas « technique » mais politique. Et taclant, là encore, un Gilles de Robien, qui fustige les méthode pédagogiques des enseignants.


Rupture à droite ?

Non, quand les deux ministres parlent en des termes strictement identiques d’une école « en faillite », victime de 68 et du « pédagogisme » et que le programme du candidat complète l’action du ministre de l’Éducation.


Mieux avant : mensonges ou vérité ?

Le ministre de l’Intérieur assène une vérité : l’école échoue dans son ambition de faire réussir tous les élèves et d’être un ascenseur social.

Mais il dit aussi beaucoup de mensonges. D’abord, en vantant l’école de Jules Ferry dont la vocation aurait été d’aider chacun à « échapper à la fatalité de sa condition. » Or l’enseignement, à l’époque, n’avait pas pour ambition d’être un outil de démocratisation, mais une école de citoyens patriotes. L’instruction civique et morale arrivait en premier dans le code de l’éducation, devant le fameux « lire, écrire, compter » et la division sociale y était non seulement un fait, mais une revendication. Mensonge, aussi, lorsqu’il prétend que la majorité des élèves quittaient le système en sachant lire : plus de la moitié ne décrochaient par leur certificat d’études. En invoquant, enfin, la fameuse « baisse du niveau », il oublie qu’il y a seulement 25 ans, autrement dit quand les enfants nés autour de 1970 arrivaient au collège, 30 % des élèves pouvaient espérer décrocher leur bac. Ils sont aujourd’hui plus de 62 %.

Qu’importe : cela lui permet de remettre en cause l’objectif de 80 % d’une classe d’âge au niveau bac. Une ambition coûteuse, pour un État qui ne jure que par la réduction des dépenses publiques. Et au patronat, quand elle induit une hausse des qualifications et mord sur la réserve de travailleurs sous-qualifiés qu’assure, quant à elle, la mise en apprentissage dès quatorze ans instaurée.


Que propose Nicolas Sarkozy ?

Il y a donc le discours, qui fantasme le passé pour mieux diaboliser le présent - « l’école est en faillite », assène Nicolas Sarkozy. Et les actes. Pierre angulaire de la politique de Nicolas Sarkozy : l’autonomie des établissements. En résumé, il s’agit de laisser aux chefs d’établissement la liberté de gérer leur budget, de décider de la carte des enseignements ou encore du recrutement du personnel. Le candidat de l’UMP la dit nécessaire à l’adaptation de chaque établissement « au contexte dans lequel il se trouve. » Le ministre plaide également pour la liberté pédagogique des enseignants, la suppression de la carte scolaire, l’orientation à toutes les étapes de la scolarité ou encore la modulation des moyens en fonction des besoins. Il défend, enfin, la liberté pour les enseignants de travailler plus pour gagner plus, notamment en assurant les études du soir ou le soutien scolaire.


Quels risques pour l’école ?

Autonomie : ce n’est pas un hasard si Nicolas Sarkozy en fait, depuis un an, son principal axe de bataille. Beaucoup de syndicats y dénoncent un moyen de restreindre les dépenses et de faire pression sur le personnel. De mettre en concurrence, surtout, les établissements entre eux : à chacun la responsabilité de développer un projet efficace. Chaque projet sera soumis à évaluation, - « c’est le corollaire de la liberté pédagogique et de l’autonomie », assure ainsi Nicolas Sarkozy. Et de chaque évaluation dépendra le financement accordé à un établissement : « La modulation des moyens se fera en fonction des handicaps des élèves et des projets d’établissement. »

C’est également dans ce cadre que Nicolas Sarkozy propose de supprimer la carte scolaire, « pour laisser le choix aux familles ». Où la boucle est bouclée : contraints, pour avoir de l’argent, d’avoir les meilleurs résultats, les établissements seront poussés à accueillir les meilleurs élèves, lesquels ne viendront vers eux que s’ils affichent les meilleurs résultats. Qui, on le sait, ne s’obtiennent pas sans moyens. Ce que Nicolas Sarkozy nomme « la culture du résultat » et de « l’égalité des chances. »

Marie-Noëlle Bertrand


- Source : L’ Humanité www.humanite.fr




Nicolas Sarkozy ou la collusion avec les grands patrons (de presse), par NonASarko.

Sarkozy : mainmise sur la presse tricolore, Ian Hamel.


Sarkozy veut-il ... Allez donc au fond des questions sociales importantes ! par Gérard Filoche.






- Illustration :
http://sarkozynews.canalblog.com


URL de cet article 4718
  

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.