RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand des CRS étaient communistes

Il y a des frémissements actuellement dans la police. Un léger punch syndicaliste. Pas (encore ?) pour rejoindre le monde du travail qui essaie de lutter contre le boy de Rothschild et le capitalisme financier en général. De toute façon, tant que les représentants des flics auront bar ouvert sur les plateaux des chaînes d’ “ infos ” en continu, ils seront du mauvais côté de la barrière. Quand ces chaînes interrogent des syndicalistes, il s’agit neuf fois sur dix de flics…

Certaines compagnies de CRS sont donc engagées dans un mouvement social. Ce mouvement aurait eu beaucoup plus de force si, sous les casques, on s’était dit, pendant la lutte contre la contre-réforme des retraites, que se joindre aux millions de manifestants eût été une bonne idée. Au lieu de cela, ces policiers se sont appliqués à bien briser le mouvement en tapant sur les crânes des travailleurs qui bloquaient les dépôts de carburant. En crevant des yeux à coup de LBD et en arrachant des mains à coup de grenades diverses et variées.

Que les policiers fassent attention, sinon le boy de Rothschild leur enverra les gardes mobiles !

Il n’en a pas toujours été ainsi. Pensons aux CRS de l’immédiat après-guerre. Ces compagnies furent créées après la Seconde Guerre mondiale pour succéder à des forces anti-émeute créées par Vichy par une ordonnance de De Gaulle.
Dans la page Wikipédia qui leur est consacrée, on lit ceci :

“ Alors que les sympathisants communistes étaient à l’origine très présents dans ses rangs (ce qui s’explique par leur engagement dans la Résistance, et selon certains par une volonté d’entrisme), une épuration a limité leur nombre après que le Parti communiste se fut placé dans l’opposition aux gouvernements d’après-guerre : à la suite d’une manifestation à Marseille (du 12 novembre 1947) à l’appel de la CGT et du PCF non réprimée par les CRS majoritairement communistes, plusieurs compagnies sont dissoutes et les CRS réorganisés de sorte de faire disparaitre l’influence communiste en leurs rangs. ”

Les CRS, les flics en général, apprécièrent énormément le ministre de l’Intérieur Jules Moch (plus socialiste de droite, tu meurs), qui avait la même moustache qu’Hitler alors que, pas de chance, il s’était opposé aux accords de Munich. Lors de la grève des mineurs (340 000 d’entre eux), Moch – qui avait fait croire à un complot du Komminform – organisa une répression féroce, en parlant d’une “ grève insurrectionnelle ”. Il envoya les CRS et les blindés (60 000 hommes) pour casser les piquets de grève. Il y eut des milliers de blessés, au moins six morts. Des centaines de mineurs furent emprisonnés, trois mille furent licenciés.

En 1981, une loi d’amnistie permit aux mineurs de retrouver les droits à l’allocation chômage et à la retraite. En 2011, la cour d’appel de Versailles reconnut le caractère discriminatoire et abusif du licenciement de 17 mineurs et leur accorda 30 000 euros d’indemnités. Christine Lagarde, ministre des Finances et proche du peuple, saisit la cour de cassation qui, en octobre 2012, cassa l’arrêt estimant que les faits étaient prescrits. En 2013, le ministre des Finances Pierre Moscovici versa 30 000 euros d’indemnités pour les 17 familles concernées et 5 000 euros aux enfants survivants.

URL de cet article 38868
  

Même Auteur
Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’affaire Julian Assange aurait été réglée en quelques mois si nous avions une presse agressive et indépendante qui aurait mis une claque aux autorités américaines et britanniques pour leur persécution criminelle d’un journaliste qui a révélé des crimes de guerre.

Stefania Maurizi

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.