Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Quand Israël découvre qu’il est mis en échec

Pour Israël, la tournure que prend l’évolution de la géopolitique moyen-orientale qui se dessine à travers les développements des conflits régionaux qu’il a contribué à faire éclater et à attiser vire au cauchemar. Son ministre de la Défense Avigdor Lieberman en a fait l’aveu en sollicitant des Etats-Unis, l’allié stratégique de son pays, qu’ils s’impliquent militairement encore plus directement dans la région qu’ils ne le font. Lieberman et les autres dirigeants de l’Etat sioniste sont véritablement affolés au constat que la situation dans la région qu’ils ont cru allant devenir favorable aux intérêts d’Israël tourne au désavantage de celui-ci dans le sillage des victoires que remportent dans ces conflits ceux qui sont pour eux les pires ennemis régionaux de leur Etat.

Inspirateur intéressé du plan étasunien de recomposition géopolitique du Moyen-Orient visant à l’éclatement des Etats de la région en entités qui de par leurs faiblesses et leurs inévitables rivalités ne constitueraient plus une menace pour sa sécurité nationale et à son hégémonisme, Israël s’est mépris sur les conséquences qu’allaient avoir pour lui les conflits dont ce plan est à l’origine. De celui que ce plan a fait naître en Syrie, l’Etat sioniste en attendait qu’il provoque l’effondrement du régime de Bachar El Assad et avec lui la fin de l’axe forgé par Damas, Téhéran et le Hezbollah libanais. Ce qu’il a récolté après s’être investi dans ce sens directement est que le régime de Damas est non seulement resté debout, mais que l’Iran et le Hezbollah libanais ont conforté leurs positions et influence dans la région.

L’appel de Lieberman à l’implication des États-Unis pour que soit renversée la situation qui est en train d’émerger dans la région au détriment de l’Etat sioniste n’est ni plus ni moins qu’une invite à la plus grande puissance militaire du monde à suppléer l’impuissance d’Israël à en empêcher la tournure qu’elle prend. Peu chaut à l’Etat sioniste dont le fantasme hégémonique est obsessionnel qu’une intervention étasunienne telle que voulue par ses dirigeants en plein désarroi s’accompagne d’un embrasement généralisé de la région et même au-delà du fait de l’inéluctable réaction des parties prenantes au conflit syrien qui ne sont plus seulement le régime et ses alliés que sont l’Iran et le Hezbollah.

Alors que le monde entier a pris conscience du rôle de jeteur d’huile sur le feu que joue l’Etat sioniste dans les conflits et crises dont le Moyen-Orient est la scène, les dirigeants de ce pays entonnent à nouveau et toujours aussi cyniquement la complainte qui présente Israël comme étant menacé dans sa survie par le maintien au pouvoir du régime de Bachar El Assad et somment la communauté internationale de mettre un terme aux rapprochements qu’elle esquisse en sa direction au constat qu’il est l’acteur de l’instauration d’un rapport de force qui les lui impose. Nul ne voit plus en Israël une partie régionale de laquelle attendre qu’elle œuvre à une solution des problèmes de la région autre que celle qui conforterait ses desseins hégémoniques et expansionnistes pour la région. Ce que confirme de manière irrécusable sa position sur la nouvelle crise suscitée par la velléité indépendantiste qui s’exprime au Kurdistan irakien et menace de se propager aux régions éponymes en Turquie, en Syrie et en Iran.

Kharroubi HABIB

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 32404
   
AGENDA
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.