Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Richard Falk : « Plutôt que d’aborder l’apartheid israélien, Nikki Haley choisit de m’attaquer »

Mohsen Abdelmoumen : Quelle est votre réaction à la déclaration de Nikki Haley, l’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, qui vous attaque personnellement au sujet du rapport que vous avez rédigé sur Israël ?

Prof. Richard Falk : L’allusion de l’Ambassadrice Nikki Haley à son utilisation de la force géopolitique américaine pour saper l’intégrité de l’ONU en tant qu’organisation répondant au droit international et aux principes de non-discrimination en ce qui concerne ses opérations internes devrait être un motif de honte, pas d’orgueil vantard. Bloquer la nomination d’un fonctionnaire qualifié à un poste de l’ONU simplement parce qu’il est Palestinien représente une discrimination professionnelle inacceptable sur le lieu de travail qui n’aurait jamais dû être tolérée à l’ONU. En ce qui concerne le rapport de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie occidentale (CESAO) sur Israël en tant qu’État d’apartheid à l’égard du peuple palestinien, dont je suis coauteur, c’est encore un signe de faiblesse de l’ONU si l’intervention brutale de Haley a conduit à la suppression du rapport du site Web de la CESAO. Rien ne prouve que ce rapport soigneusement étudié ait été lu. Plutôt que d’aborder l’analyse et la preuve étayant la conclusion que les pratiques et les politiques israéliennes à l’égard du peuple palestinien constituent le crime international de l’apartheid, Haley choisit de m’attaquer à nouveau sans aucune précision. Il semble plus facile pour les défenseurs d’Israël d’attaquer le messager plutôt que de répondre au message. Haley se plaint que l’ONU est responsable du dénigrement d’Israël, mais la réalité plus grande et plus préjudiciable est que les États-Unis se livrent à une agression violente des Nations Unies.

Que pensez-vous de l’annonce du transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem par l’administration Trump ?

L’initiative de Trump qui résulte de la reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale d’Israël, suivie par le déménagement de l’ambassade américaine de Tel Aviv, est à bien des égards une perturbation inacceptable des attentes internationales établies sur la façon de déterminer l’avenir de la ville. À cet égard, il n’est pas surprenant que l’initiative du gouvernement américain ait été condamnée d’abord par 14 voix contre 1 au Conseil de sécurité de l’ONU, les États-Unis s’appuyant sur leur droit de veto pour bloquer une décision, puis par 128 voix contre 9 (avec 35 membres absents) à l’Assemblée générale. Il convient de noter que tous les gouvernements importants dans le monde ont voté pour condamner la décision, y compris les alliés les plus proches des États-Unis (France, Royaume-Uni et Japon).

Cette opposition écrasante est survenue parce qu’il y avait un consensus opérationnel sur le fait qu’Israël et la Palestine devraient résoudre l’avenir de Jérusalem par des négociations diplomatiques directes entre les parties, et non par l’action d’autres États. Dans l’état actuel des choses, Jérusalem-Est est considérée comme sujet d’une « occupation » et, du point de vue du droit international, ne fait pas partie du territoire israélien. Le fait qu’Israël et la reconnaissance américaine traitent Jérusalem comme une ville unifiée plutôt que divisée escamote cette réalité. Israël en tant qu’État souverain est libre d’établir sa capitale là où il le souhaite dans son territoire internationalement reconnu, mais pas au-delà comme cela serait le cas si Jérusalem-est n’était pas traitée comme étant au-delà de la portée souveraine d’Israël. Israël a longtemps violé cette norme, et maintenant les États-Unis sont à côté d’Israël au détriment du peuple palestinien et des préoccupations du monde islamique.

Un autre effet du déménagement à Jérusalem est de discréditer les États-Unis, une fois pour toutes, en tant que gouvernement intermédiaire crédible capable de présider à tout futur « processus de paix ». Bien sûr, le gouvernement des États-Unis n’a jamais été crédible dans ce rôle, mais le caractère unilatéral du déménagement à Jérusalem enlève les écailles des yeux de la communauté mondiale et a conduit l’Autorité palestinienne à agir de manière plus indépendante et réaliste, car il n’a désormais plus besoin d’éviter d’ennuyer Washington. L’expansion des colonies et l’expansionnisme sioniste avaient condamné la solution à deux Etats il y a des années, mais maintenant il expose les intentions israéliennes de saisir l’une des deux options : maintenir la situation existante qui a permis l’annexion de facto de territoires croissants en Cisjordanie et la consolidation du contrôle à Jérusalem.

Un effet décisif de la provocation de Jérusalem est d’ignorer les préoccupations de l’Islam pour protéger leur intérêt en maintenant l’accès à une ville qui contrôle le troisième site le plus sacré de la religion musulmane. Israël n’a pas eu un bon bilan, comme l’ont révélé les escarmouches avec l’UNESCO, de la protection des intérêts culturels de l’islam ou du christianisme à Jérusalem depuis le début de l’occupation en 1967.

Quelle est votre opinion de la menace du président Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien ?

L’accord sur le programme nucléaire négocié en 2015 a constitué une avancée majeure dans l’effort visant à limiter les turbulences qui ont causé tant de souffrances au Moyen-Orient au cours des dernières décennies. Il a été soutenu par tous les principaux pays, les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU plus l’Allemagne (P5+1), et est toujours considéré comme une contribution majeure à l’ordre régional par ces gouvernements à l’exception des États-Unis depuis que Donald Trump a pris la présidence en 2017, et a qualifié l’accord de pire accord pour l’Occident et a refusé de certifier son renouvellement. Une telle menace de retrait d’un succès diplomatique majeur est compatible avec l’opposition de Trump aux arrangements internationaux. On peut le voir comme étant lié au retrait très médiatisé de l’accord de Paris sur le changement climatique, précédemment considéré comme le succès le plus impressionnant de la diplomatie législative multilatérale sous les auspices de l’ONU.

Il y a plusieurs risques sérieux soulevés par cette approche de Trump. Il soulève évidemment des risques de guerre car il est associé à des appels pour une pression accrue sur l’Iran au moyen de sanctions punitives. De plus, la diplomatie Trump contribue aux efforts imprudents de l’Arabie saoudite et d’Israël pour déstabiliser le gouvernement iranien et atteindre leur objectif de changement de régime en violation du droit international et de la moralité. Enfin, faire pression sur cet accord, même s’il n’est pas répudié, renforce la position des éléments extrémistes en Iran et affaiblit le prestige et l’influence des forces modérées entourant le Premier ministre Rouhani qui travaillait vers des formes moins strictes de gouvernance interne et une politique étrangère moins provocatrice.

L’initiative de Jérusalem et l’approche nihiliste des relations avec l’Iran révèlent l’incapacité de la présidence Trump à agir de manière responsable au Moyen-Orient. Ce qui semble être le cas est que la politique étrangère américaine est encore plus façonnée que dans le passé en faisant ce qu’Israël et l’Arabie saoudite favorisent indépendamment de l’impact négatif sur le droit et la moralité, et même sur la poursuite des intérêts stratégiques des Etats-Unis dans la région. Une telle approche conjuguée à une approche militariste du défi de l’extrémisme politique, l’aggravation de la lutte kurde et la perturbation des relations avec la Turquie créent un virage dangereusement dysfonctionnel dans la politique étrangère américaine qui ne devrait pas changer tant que Donald Trump sera à la Maison Blanche. Trump est erratique et incohérent dans d’autres situations, mais jusqu’à présent, il est inébranlable dans la poursuite de politiques qui plaisent à ses donateurs politiques les plus ardents à l’intérieur et aux politiciens astucieux qui ont établi la politique à Tel Aviv et à Riyad.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

En illustration : Le professeur Richard Falk, ancien Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, pendant la vingt-troisième session du Conseil des droits de l’homme. 10 juin 2013 (Crédit : Jean-Marc Ferré/ UN Geneva/ flickr)

»» https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/2018/02/01/plutot-que-daborder...
URL de cet article 32893
   
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.