Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens

Lors de l’inauguration de l’ambassade américaine à El Qods, Jared Kushner, le gendre du président américain chargé par celui-ci de relancer le dialogue entre Israéliens et Palestiniens en établissant un plan de paix sur la base duquel les deux parties seront conviées à négocier un accord mettant fin à leur conflit, avait déclaré que « les Etats-Unis sont prêts à tout faire pour soutenir un accord de paix ».

L’on sait depuis ce que ce « tout » signifier pour les Palestiniens. Il leur vaut d’être soumis à d’ignobles pressions tant militaires que financières et économiques dont l’exercice simultané est destiné à briser leur résistance et à les faire revenir sur leur refus de tout plan de paix émanant des Etats-Unis que leur alignement inconditionnel sur Israël a disqualifiés en tant que médiateur impartial.

L’Amérique et Israël ont en effet entrepris en parfaite collusion de saper le moral des Palestiniens, l’une en mettant fin à l’assistance financière qu’elle fournissait à l’Autorité palestinienne et à l’UNRWA, l’office onusien en charge de venir en aide aux refugiés palestiniens, l’autre en pourrissant la vie aux populations des territoires occupés et de la bande de Gaza. Dans le cas de cette dernière, l’Etat sioniste l’a non seulement isolée hermétiquement du reste du monde mais il l’a soumise également à un traitement militaire combinant une sanglante répression sur sa population qui a le courage de continuer à manifester pour son retour sur ses terres près de la ligne de démarcation entre Israël et son enclave et d’intenses bombardements sur la ville de Gaza.

L’opération américano-israélienne visant à casser la résistance des Palestiniens au plan de reddition et d’abandon que la Maison Blanche a préparé se déroule dans le silence ignoble des Etats arabes de la région. Non seulement ces Etats se taisent mais ont secrètement donné leur accord à ce plan et participent à la tentative de désarmer cette résistance.

L’Egypte a affiché sa collusion avec l’axe Washington - Tel-Aviv en fermant à nouveau l’unique point de passage entre elle et la bande de Gaza par lequel les Gazaouis entretenaient un contact tenu avec l’extérieur. L’Arabie Saoudite et les Emirats ont entrepris quant à eux de tenter de mystifier les Palestiniens en leur faisant miroiter que leur acceptation du plan de paix américain générera pour eux une pluie de dollars qui fera du territoire qui leur sera octroyé « un paradis » à nul autre pareil.

Les Palestiniens ne fléchiront ni devant le criminel traitement que leur infligent l’ennemi sioniste et son allié américain ni devant la tentation qui leur vient de leurs faux frères arabes. Ils ont payé trop cher leur aspiration à avoir un vrai Etat national pour abdiquer à un plan qu’ils savent destiné à matérialiser leur confinement dans l’apartheid et les bantoustans qu’il va leur accorder en guise de territoires. Donald Trump s’est rendu compte qu’il a sous-estimé leur détermination ce qui est cause qu’après avoir promis de présenter son plan de paix au début de l’année 2018, il en recule désormais l’échéance à des jours chaque fois plus lointains.

Kharroubi HABIB

URL de cet article 33611
   
Même Thème
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
Né en 1952, Daniel Vanhove a une formation en psycho-pédagogie. Par ailleurs, il est bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il participe à la formation des candidats et à la coordination des Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une trentaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Au fil de ses voyages dans la région, l’urgence s’est manifestée de témoigner de l’insoutenable réalité de ce qu’il a vu et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.