RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Schéma : Peuple nation, peuple-classe, peuple social.

Schéma (Delarue @) : Peuple nation,peuple social,peuple-classe.

ANALYSE :

1 - La notion de peuple qui englobe le haut de la société mais pas les résidents étrangers.

Le peuple nation est formé des nationaux, qui sont ceux ainsi définis par l’Etat-nation dont il s’agit. Tout Etat est juridiquement contrait au plan international comme au plan national de définir sa communauté nationale. Même un Etat multinational (plus rare) a cette obligation.

Le peuple nation forme un ensemble proche du peuple démocratico-citoyen (les moins du 18 ans n’ayant pas le droit de vote).

Le peuple nation englobe le 1% d’en-haut et masque le rapport social de prédation sociale contre le reste de la population. Il est un masque de la critique sociale. Il l’est d’autant plus que lorsque l’on dit « peuple » sans précision c’est de peuple nation qu’implicitement on parle.

Pour se distinguer ce ce « peuple » trop englobant on évoque alors souvent des « couches populaires » qui peuvent être les ouvriers et employés de très modestes conditions. L’inconvénient de cette façon de parler est de placer les couches moyennes hors du peuple comme si elles étaient dominantes. Or les couches moyennes subissent aussi les effets de la mondialisation néolibérale. D’ou ce travail d’élaboration d’une autre conception du social qui combine « classisme » (rapport social de classes « en soi ») et stratificationnisme (couches sociales)

2 - Les deux notions qui n’englobent pas le haut de la société : soit le 1%, soit les 10%.

Il s’agit du peuple-classe (99%) et du peuple social (90%)

Le peuple social (90% d’en-bas) comme le peuple-classe (99% d’en-bas) concerne les couches sociales populaires y compris les non nationaux c’est à dire les résidents étrangers : les pauvres à moins du SMIC, les couches modestes au-dessus et les couches moyennes encore au-dessus. Les couches moyennes ne sont pas riches.

Entre le peuple-classe à 99% et l’oligarchie à 1% - ce chiffre de 1% est massivement évoqué par divers mouvements sociaux sur la planète et aussi par quelques auteurs mais ce n’est pas d’abord une question de chiffre - il y a un rapport de classe conflictuel du fait de la féroce lutte de classes menée par le 1% (classe sociale « en soi » et « pour soi » c’est à dire objectivement et subjectivement) sous le capitalisme financiarisé, sous le néolibéralisme. Mais entre le peuple social à 90% et le dernier décile d’en-haut (10%) il n’ y’a pas de rapport social mais, à suivre Thomas Picketty (1), simple différence de situation issue de la stratification sociale, de la hiérarchie sociale.

Les plus aisés du peuple social dispose d’une capacité d’épargne relativement réduite en fin de mois ; c’est pourquoi peuple social se définit largement comme ceux qui sont insolvables en fin de mois ou presque. Cela suppose de voir le rapport marchand hors du travail comme un rapport social de solvabilité.

Par contre les membres du décile supérieur bénéficient de façon très hétérogène des :
- avantages de situation en matière économique puisqu’ils sont aussi des possédants (immobiliers et mobiliers) en plus d’être nécessairement des travailleurs salariés ou indépendants (sauf le 1%) ;
- avantages de situation au plan démocratique puisqu’on retrouve nombre de membres du 10% d’en-haut sur les postes d’élus, de « grands élus » surtout. Ils « trustent » la démocratie délégataire.
- Enfin, c’est dans cette couche sociale aisée et riche que l’on trouve la « classe d’appui » d’expertise technocratique de la classe dominante.

Ce schéma a son utilité non seulement pour mobiliser les questions de justice sociale (redistribution avec plus pour ceux d’en-bas et moins pour ceux d’en-haut), de solidarité sociale dans le cadre national (importance de la sécurité sociale et des services publics pour le peuple social et même le peuple-classe) mais aussi d’alliance de classes au sein du peuple-classe et in fine d’alternative(s) politique(s).

Christian DELARUE

Altermondialiste

membre du Conseil d’Orientation de la Fondation Copernic

mardi 16 sept 2014

1) Oligarchie / peuple-classe : Le dernier Piketty (2013) confirme la distinction 1% / 99 %

Il précise la situation du 9% du décile supérieur (juste sous le 1%).

Source : http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article3739

Lire aussi :

Peuple social n’est pas peuple-classe

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/060714/peuple-social-...

Le peuple social, celui qui épuise son revenu en fin de mois.

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/010714/le-peuple-soci...

« Educ pop » I : Clarifier l’usage d’un mot valise : le peuple.

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2808

« Educ pop » II : De peuple à classe(s) sociale(s).

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2838

Pour des développements plus amples lire sur Mouvements : « Classe dominante et oligarchie contre peuple souverain et peuple-classe ».

URL de cet article 27163
  

Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsqu’ils n’arrivèrent pas à s’en prendre à nos arguments, ils s’en sont pris à moi.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.