RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Sur un assouplissement

Hier, lundi 18 novembre, le Secrétaire d’État (autrement dit le ministre des Affaires étrangères) des États-Unis a déclaré que "l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international". Autrement dit, il entérinait la colonisation rampante des Israéliens dans cette région et préparait le terrain à une éventuelle reconnaissance de l’annexion de la Cisjordanie par Israël de la part des États-Unis.

Cela constitue un changement complet de la politique étasunienne à l’égard d’Israël (mais, surtout, à l’égard des Palestiniens et du monde arabe) car, jusqu’à présent, malgré les préférences affichées du gouvernement Trump pour Israël (transfert de l’ambassade U.S. à Jérusalem, reconnaissance de l’annexion du plateau du Golan), ce gouvernement n’avait pas osé aussi cyniquement franchir le pas.

Mais ce sur quoi je veux faire porter mes remarques est le titre du Dauphiné Libéré, du Républicain lorrain et du Progrès (repris d’une même mouture ?) : "Washington assouplit sa position sur les colonies israéliennes". [J’ai graissé le verbe].

Remarque 1. Le verbe assouplir a pour synonymes adoucir, amender, apprivoiser, atténuer, corriger, délier, lénifier, polir... Or, la connotation de ces verbes suggère la douceur, l’atténuation, la suppression des raideurs, et, lorsqu’ils se rapportent aux relations humaines, l’indulgence, la compréhension, la clémence, l’empathie. D’où vient alors l’impression que quelque chose cloche dans la formulation ?

Remarque 2. Ce qui cloche, c’est que cette "souplesse" à l’égard d’Israël devient, corrélativement, une "raideur" à l’égard des Palestiniens. Elle leur signifie : "Ces territoires de Cisjordanie, dont vous revendiquez la légitime possession, nous, gouvernement des États-Unis, proclamons qu’ils ne sont pas à vous. Que vous les réclamez à tort et en violation du droit international qu’en l’occurrence nous incarnons." Ce qui implique une répression accrue par l’armée et la police israéliennes des manifestants et résistants palestiniens, mais aussi davantage d’expropriation de Palestiniens, davantage d’interdictions de construire, davantage de démolitions de maisons palestiniennes, davantage de contrôles aux check-points, etc. Et davantage de vétos étatsuniens aux Nations Unies contre les résolutions internationales condamnant Israël. Bref, davantage de dureté, davantage de raideur à l’égard des Palestiniens.

Remarque 3. L’emploi de ce verbe "assouplir" révèle, "en creux" la position à partir de laquelle se place, implicitement, le rédacteur du titre : celle du gouvernement israélien. En effet, si Washington "assouplit" sa position, c’est que cette position, jusque là, était considérée par ce rédacteur comme trop raide, trop intransigeante, trop sévère, trop intolérante à l’égard du gouvernement israélien. Ce qui est pour le moins curieux ! En effet, alors que, depuis des décennies, tous les gouvernements des États-Unis ont pour le moins été indulgents, voire laxistes, voire complices à l’égard des gouvernements israéliens, le gouvernement Trump l’a été plus que tous les autres réunis ! De quelle "souplesse" parle-t-on ?

Remarque 4. Ce n’est pas la première fois que, par les journalistes (ou par les politiciens de droite, ou par le patronat), le verbe assouplir, ou les noms ou adverbes évoquant la même réalité (souplesse, assouplissement) sont, en matière économique et sociale, utilisés à contre-emploi : "le patronat réclame un assouplissement des règles de licenciement", "le MEDEF et la CGPME plaident pour davantage de souplesse dans la détermination des horaires de travail par les chefs d’entreprise", etc. Or, chaque fois, cette souplesse, cet assouplissement, se traduisent par davantage de dureté, de contrainte, de pénibilité pour les salariés. A savoir, des horaires plus longs, des licenciements plus brutaux, des indemnisations du chômage plus mesquines, etc.

URL de cet article 35451
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.