RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Syrie : de quoi parle-t-on ?

Les violences ont repris en Syrie. Il est patent que les civils en seront encore, plus souvent qu’à leur tour, les victimes. Mais, entendons-nous ! A lire les commentaires des uns et des autres nous avons la forte impression que l’on ne parle pas de la même chose.

On se perd ainsi en conjectures, sur les tenants de cette guerre venue d’ailleurs, quand on tente de trier le faux du vrai. En fait ce qui se passe en Syrie dépasse l’entendement. À l’inverse de ce que les commanditaires des rebelles essayent de faire accroire, il ne s’agit nullement d’une guerre civile, telle qu’elle se déroule de par le monde.

En Syrie, il s’agit de quelque chose de tout à fait inédit, quelque chose que l’on n’a jamais connu auparavant, lorsque des puissances [membres du Conseil de sécurité] font alliance avec le terrorisme. Pourquoi ? Pour faire tomber un chef d’Etat qui leur déplait ou qu’ils ne sont pas parvenus à plier à leurs normes. Et ce sont ces puissances qui, depuis cinq ans, avaient comme leitmotiv le départ du président syrien Bachar Al Assad. Ce dernier est-il un monstre ? Pas plus, semble-t-il, que ceux qui veulent sa peau, comme George W. Bush, hier, Obama, Hollande et Cameron aujourd’hui. Peut-on supposer un moment que le chef de l’Etat syrien exigerait de ses pairs occidentaux de partir ? C’est inimaginable et l’idée n’a sans doute jamais effleuré l’esprit du président alaouite. Aussi, il faut donc se garder des approximations et des propos outranciers.

En Syrie, c’est une armée étrangère, composée de près de 80 000 jihadistes (selon les chiffres du Pentagone) qui combat le régime syrien avec l’appui de puissances occidentales et des monarchies du Golfe. Ainsi, François Hollande (le président français dont l’impopularité, descendue aux abysses, jusqu’à remettre en cause sa légitimité) parle haut et fort « enjoignant » son homologue syrien de partir. Or, la France a été parmi ceux qui ont mis de l’huile sur le feu en donnant une visibilité politique à des apatrides syriens [vivant depuis des décennies en France et aux Etats-Unis, sans attache avec leur pays d’origine] et aidant par tous les moyens, la pseudo-armée syrienne libre (ALS, formée de déserteurs et de mercenaires, de fait où est-elle donc passée ?). La Syrie, nous a montré combien les réflexes impériaux restent vifs, et combien certains pays, singulièrement la France, sont nostalgiques de la période des « mandats ». De fait, un président français à la retraite, oublié depuis des lustres, Valérie Giscard d’Estaing, en remettait une couche l’an dernier dans un entretien au quotidien Le Parisien. Il proposait rien moins que la « pacification » de la Syrie et un « mandat » de l’ONU sur ce pays indiquant « Il faut (...) pacifier la Syrie, ce que les Syriens ne peuvent assurer (...). Je m’interroge sur la possibilité de créer un mandat de l’ONU sur la Syrie, pour une durée de cinq ans (...) avec des forces militaires professionnelles venant des membres permanents du Conseil de sécurité ». Quand M. Giscard d’Estaing parle des membres « permanents » il pense à son pays (la France), aux Etats-Unis et à la Grande-Bretagne. Ceux-là même qui sont derrière l’effusion de sang en Syrie. Or, ceux-là qui vaticinent sur le sort de la Syrie, font l’impasse sur ce que le peuple syrien a enduré et endure. Il n’était pas question de démocratie, de liberté et autres fadaises [ils sont prêts à travailler avec les autres membres du régime de Damas] mais bien de se débarrasser d’un homme, devenu une monomanie, qui gêne leur mainmise sur la région.

Il fallait écouter ce que disent les minorités syriennes, notamment les chrétiens [sur lesquelles des larmes de crocodile sont tombées] qui n’ont cessé de dire que ce sont les rebelles (cette opposition dite « modérée ») qui les assassinent, de la même manière que le font les terroristes de Daesh, d’Al Nosra (qui fait du « bon boulot » dixit Laurent Fabius) et autres Ahrar el-Cham, Jaich el-islam. Un nouveau syllogisme a ainsi été créé qui a fait de gens armés une « opposition modérée », juste parce qu’elle combat Al Assad. Une question se pose, dès lors, comment qualifier les jihadistes français et belges – qui ont fait le coup de feu en Syrie – qui ont terrorisé récemment la France et la Belgique et menacent d’autres pays européens ? Contrairement à la Syrie où ce sont des étrangers qui attaquent le régime, en France et en Belgique, ce sont des Français et des Belges qui ont été derrière les drames de novembre et de mars derniers. Faut-il donner à ces terroristes la qualité d’« opposition modérée » ? Alors de quoi parle-t-on, quand ce sont des grandes puissances qui ont inoculé le virus du terroriste qu’ils instrumentalisent à outrance ?

05 Mai 2016

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/240899-syrie-de-quoi-parle-t-on.html
URL de cet article 30301
  

RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.