Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Syrie : Une seconde bataille pour Deir Ez-Zor se profile

Parvenue à briser le siège imposé par l’Etat islamique aux quartiers de la ville de Deir Ez-Zor dans lesquels un certain nombre de ses soldats ont résisté à ses assauts pendant près de trois années, l’armée syrienne est en voie de reprendre le contrôle de pratiquement l’ensemble de la cité. Ce qui enlève tout crédit à la raison invoquée par les groupes armés rebelles stipendiés par la coalition menée par les Etats-Unis pour justifier l’offensive qu’ils prétendent vouloir déclencher en vue de chasser l’Etat islamique de Deir Ez-Zor.

En fait, le véritable but de leur branle-bas guerrier est celui de tenter d’empêcher les forces gouvernementales d’asseoir leur contrôle sur la ville qui contrarie le plan pour cette ville et sa province élaboré par la coalition consistant à les maintenir en dehors de l’autorité du régime de Damas. Il est clair que si ces groupes rebelles persistent dans leur intention, ils entreront inévitablement en confrontation avec les troupes loyalistes, ce qui pourrait donner lieu à un imprévisible développement du conflit syrien du fait de la présence parmi eux de contingents de forces spéciales militaires de certaines puissances membres de la coalition dont les Etats-Unis plus spécialement.

Cette seconde bataille pour Deir Ez-Zor, si elle doit se produire, le régime l’entreprendra pour faire échec à une entreprise vouée à contester à l’Etat syrien son droit souverain à réinstaurer son autorité sur toutes les parcelles de son territoire lui ayant échappé à un moment ou à un autre prises sous son contrôle par l’Etat islamique autoproclamé. Il en résultera inéluctablement de nouvelles souffrances pour la population de Deir Ez-Zor et de sa province qui lui seront infligées au premier chef par la coalition sous conduite des Etats-Unis dont les groupes armés en charge de l’offensive préméditée ne seront que les exécutants subalternes.

Si les évènements devaient prendre une telle tournure à Deir Ez-Zor alors que l’armée syrienne l’aura libéré du joug inhumain de l’organisation terroriste, il faudra s’attendre à une frénétique campagne médiatico-diplomatique contre les forces du régime de la part des clubs et autres groupes internationaux s’autoproclamant cyniquement « amis de la Syrie et de son peuple ». Leur compassion pour ce pays et son peuple est en effet à géométrie variable car elle ignore les cruautés et crimes qu’ils endurent dont est responsable la prétendue rébellion qu’ils sponsorisent et à laquelle ils dictent ses objectifs. La prise de contrôle de Deir Ez-Zor et de sa province par leurs « protégés » est la dernière carte dont disposent ces milieux pour pouvoir persister dans leur projet de démembrement de la Syrie. Les avancées militaires de l’armée syrienne et de ses alliés sur tous les fronts sont en train de le rendre caduc par le retour progressif sous l’autorité de Damas des régions du pays que ses concepteurs ont choisies pour assiettes territoriales aux entités ethniques et communautaristes qu’ils veulent substituer à la nation syrienne.

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 32314
   


Vous avez une minute ?

La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.