RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Textiles et capital globalisé : l’environnement pris en otage.

solidaritéS, 19 décembre 2007.

Il est aujourd’hui possible d’acheter des vêtements au kilo à des prix comparables à ceux des produits agricoles de base. Cette évolution se traduit par une explosion de la consommation de textiles à l’échelle mondiale, en particulier dans les pays du Nord. Les habits sont désormais mis au rebut de plus en plus vite, avant même d’être usagés, parce qu’ils sont « démodés » ou que la place manque pour les stocker. Les conséquences écologiques de ce consumérisme effreiné sont alarmantes et pénalisent avant tout les pays du Sud. Elles dressent un véritable acte d’accusation contre le mode de production et de consommation capitaliste.

Aux Etats-Unis, l’habillement arrive en seconde position, après l’alimentation, dans la consommation des ménages. De 1992 à 2002, la valeur totale des vêtements vendus est passée de 162 à 282 milliards de dollars, tandis que leurs prix moyens ont diminué de 25%, en raison de la baisse des salaires réels des travailleurs-euses, de la mécanisation accrue de l’industrie et de l’accroissement de la demande de produits bon marché. Ainsi, le foyer US moyen achète 40 T-shirts par an, dont 94% sont importés. Pour faire de la place dans ses placards, chaque individu se débarrasse aussi de 31 kilos de vêtements par an (10 millions de tonnes en tout). En effet, les difficultés de stockage constituent le principal obstacle à l’accroissement de la consommation textile. Dans les nouveaux logements « classes moyennes », chaque chambre dispose ainsi d’un dressing de 1,80 x 2,40 m.

Fibres du productivisme.

La production de fibres synthétiques, comme le nylon et le polyester, fait appel à des ressources non-renouvelables, principalement le pétrole. Elle contribue à l’émission de gaz à effet de serre, comme l’oxyde d’azote, ainsi qu’à la pollution des eaux (rejets de solvents organiques, métaux lourds, colorants, produits de traitement, etc.). [1] Le nylon se recycle difficilement, tandis que que le polyester recyclé est de moindre qualité.

Les fibres issues de matériaux renouvelables n’ont pas vraiment un meilleur impact sur la nature. La production de rayonne, par exemple, à partir de pulpe de bois, est très polluante pour l’air et les eaux. De même, les élevages industriels de moutons menacent la bio- diversité et sont responsables de l’érosion accélérée des sols, ainsi que de la pollution des eaux. Le traitement de la laine fait aussi appel à de nombreux composés pour lessiver les fibres, prévenir leur rétrécissement et améliorer leur aptitude au lavage. La production du cuir et des peaux requiert également de nombreux produits toxiques (composés organiques et métaux lourds).

Coton contre nature

Les Etats-Unis cultivent 20% du coton brut mondial. En revanche, ils ne produisaient que 5% des cotonnades (contre 10-12% en 1996-97), alors qu’ils en consomment un bon tiers, essentiellement importé. [2]Or, aux Etats-Unis les cultures de coton absorbent 11% des insecticides agricoles, contre près de la moitié dans les pays du Sud. Modifié génétiquement pour sécréter une toxine, la variété Bt réduit certes, pendant un temps - avant que les parasites ne s’y adaptent -, l’usage de pesticides. Mais le coton reste un énorme consommateur d’herbicides (10 millions de tonnes par an aux Etats-Unis), sans compter les défoliants utilisés pour faciliter la récolte. Pour l’ensemble de ces raisons, on a pu prétendre qu’il valait mieux transformer directement du pétrole en polyester, que de le brûler comme combustible pour cultiver, fertiliser, irriguer, récolter et traiter le coton. [3]

Par ailleurs, quel que soit le mode de culture choisi, l’industrie du coton fait appel à de nombreux produits (soude caustique pour nettoyer les fibres, agents blanchisseurs avant la teinture, formaldehyde contre le froissage, etc.). Il faut ainsi 60 litres d’eau pour blanchir les fibres nécessaires à une seule chemise, sans compter la teinture, qui fait appel, elle aussi, à beaucoup d’eau, mélangée à des centaines d’agents colorants et de produits auxiliaires. Une nouvelle génération de teintures qui réagit au contact des fibres, donne des coloris plus vifs et tenaces ; elle est aussi plus toxique, plus difficile à séparer de l’eau et moins biodégradable.

Sud menacé

Avec la suppression de l’Arrangement multi-fibres, négocié par l’OMC (1995- 2005), le commerce mondial des textiles a été libéralisé. La production de cotonnades s’est ainsi petit à petit concentrée dans les pays du Sud - Chine (36%), Inde (14%), Pakistan (10%), Turquie (6%) (données 2006) -, où son impact écologique et sanitaire est extrêmement alarmant. Ainsi, le recours massif à des technologies peu respectueuses de l’environnement et de la santé, en particulier des travailleurs-euses, constitue une menace croissante : surconsommation d’eau douce, pollution des cours d’eau et des nappes phréatiques, pathologies cancéreuses, en particulier parmi les ouvriere-s concernés, etc. Enfin, l’exportation massive de vêtements usagés du Nord vers le Sud contribue à étrangler les derniers producteurs locaux indépendants du tiers-monde, notamment en Afrique. [4]

Depuis la révolution industrielle, la demande de textiles a été de plus en plus dissociéePlus récemment, le vêtement est devenu le marqueur d’une identité dictée de l’extérieur [5] : il fait jeune, mince, cool, trendy, etc. « Comment paraître et se sentir mieux » ? en changeant de look, bien sûr. La mode et la pub n’ont de cesse de favoriser la surconsommation permanente. Au milieu du 19e siècle déjà , un marchand britannique de San Luis Potosi, au Mexique, notait : « Les femmes d’ici, lorsqu’elles voient un nouveau type de calicot imprimé qu’elles aiment, font tout pour en obtenir une coupe, dussentelles souffrir de la faim au cours du mois suivant ». Aujourd’hui, aux Etats-Unis, la directrice du marketing de Cotton Inc. ne dit pas autre chose : « Il y a certainement des femmes qui aiment encore plus faire du shopping lorsqu’elles ont des difficultés financières, parce que cela les force à jouer les consommatrices avisées ».

L’économie globalisée des textiles bon marché révolutionne aujourd’hui de larges secteurs de l’agriculture, de l’industrie, des échanges et de la distribution. Elle témoigne éloquemment de la logique du capitalisme : une expansion sans fin de la production et de la consommation marchandes. Ce système est infiniment plus fort que la résistance de prises de conscience isolées. [6] Une enquête universitaire US montre ainsi que les personnes informées des conséquences environnementales de la surconsommation de textiles n’adoptent pas un comportement plus responsable.

Dans une logique consumériste, les fibres naturelles ne sont pas une panacée par rapport aux fibres synthétiques, ni le coton conventionnel par rapport au coton Bt, ni encore les produits home made par rapport aux produits importés. En réalité, pour rompre ce cercle vicieux, c’est une logique économique et sociale radicalement différente qu’il faut promouvoir : une production de valeurs d’usage répondant aux besoins effectifs des populations, plutôt qu’une production de valeurs d’échange dictée par la demande de valorisation sans fin du capital.

Jean Batou

- Source : solidaritéS www.solidarites.ch

Le véritable coût d’une salade : vous payez 99 cts, l’Afrique paye 50 litres d’eau potable, par J. Laurance.

Certes, la catastrophe productiviste ne se serait pas produite sans les producteurs que nous sommes, par leur travail contraint, souvent servile.
Nous avons trop tergiversé entre les « grands soirs » qui devaient se coucher sur une grève générale et les « ouvertures nocturnes » des temples de la consommation factice !

Croissance productiviste, plus dure sera la chute, par François Iselin.

Le riche roule, le pauvre crève, la nature paie, par Léon Taniau.

Le potentiel technique des énergies renouvelables équivaut à six fois la demande mondiale en électricité.
Révolution énergétique et transformation sociale, par Daniel Tanuro.

Oui, l’ agriculture biologique peut nourrir et protéger la planète. Et c’ est la FAO qui l’ affirme.

[1Hsiou-Lien Chen & Leslie Davis Burns, « Environmental Analysis of Textile Products », Clothing and Textiles Research Journal, vol. 24, n° 3, 2006, pp. 248-261.

[2Leslie Meyer, Stephen MacDonald & Linda Foreman, « Cotton Backgrounder », Outlook Report from the Economic Research Service, United States Department of Agriculture, mars 2007.

[3Stan Cox, « Dress for Excess : The Cost of Our Clothing Addiction », Alternet, 30 novembre 2007.

[4Robert Neuwirth, Shadow Cities. A Billion Squatters. A New Urban World, New York, Londres, Routledge, 2006, pp. 67-99.

[5Dans The Lonely Crowd (1953), David Riesman parle déjà d’une société formée d’individus dont la « conformité est assurée par leur réceptivité aux espoirs et préférences d’autrui », très vulnérables à l’emprise de la mode et de la publicité.

[6Hye-Shin Kim & Mary Lynn Damhorst, « Environmental Concern and Apparel Consumption », Clothing and Textiles Research Journal, vol. 16.


URL de cet article 5887
  

Même Thème
Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.