Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Trump se décharge des problèmes de politique étrangère - L’UE s’autonomise

Les États-Unis sont de plus en plus isolés en matière de politique internationale, et l’Europe commence même à montrer un peu de courage et à mettre en œuvre une politique étrangère indépendante. Cela contrarie les impérialistes américains mais ils ne peuvent pas y faire grand-chose. Cette évolution pourrait bien faire partie du projet de Trump de « Rendre sa grandeur à l’Amérique ».

Après que Trump a déclaré que les États-Unis considéraient Jérusalem comme la capitale d’Israël, le Conseil de sécurité des Nations Unies et l’Assemblée générale des Nations Unies ont condamné cette initiative. Les États-Unis ont dû opposer leur veto à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies que 14 autres membres soutenaient.

Au moment où les manifestations et les émeutes de faible envergure en Iran se calmaient (comme je l’avais prévu), l’ambassadrice américaine Haley a tenté de s’en servir pour mettre en scène une sorte de condamnation du pays par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle essuyé une rebuffade de la part de plusieurs pays, dont la Suède et la France, alliées des États-Unis :

Vendredi, une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies consacrée aux récentes manifestations en Iran a vu s’élever des critiques contre les États-Unis qui avaient demandé au Conseil de se réunir pour discuter de ce que certains États membres considèrent comme un problème intérieur à l’Iran.

L’UE s’est prononcée contre toute condamnation de l’Iran. La Russie et la Chine ont répété les arguments de l’Iran selon lesquels ces questions internes n’avaient pas leur place au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies et que des émeutes et des violences policières beaucoup plus graves aux États-Unis mériteraient davantage de faire l’objet d’une telle attention :

La Chine et la Russie - qui aiment rarement discuter des manifestations politiques à l’ONU - ont pris la tête d’un groupe de pays qui ont déclaré que les manifestations étaient une affaire intérieure qui ne menaçait pas la sécurité internationale et ne devait pas être discutée ici. L’envoyé de la Chine a déclaré que s’il fallait suivre la logique de Haley, alors le Conseil de sécurité aurait dû se réunir après les manifestations raciales de 2014 à Ferguson (Missouri) et les manifestations d’Occupy Wall Street en 2011.

La France a parlé au nom de l’UE :

« Nous devons éviter d’exploiter cette crise à des fins personnelles ; cela aurait un résultat diamétralement opposé au résultat souhaité », a déclaré l’Ambassadeur François Delattre.

« Aussi inquiétants que puissent être les événements de ces derniers jours en Iran, ils ne constituent pas en soi une menace à la paix et à la sécurité internationales. »

Il ne faisait que réitérer la crainte que le président Macron a exprimée il y a deux jours et que nous avons citée ici. Même les médias américains l’ont maintenant notée :

« La ligne officielle suivie par les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite, qui sont nos alliés à bien des égards, va quasiment nous conduire à la guerre », a déclaré M. Macron aux journalistes, selon Reuters.

C’est « une stratégie délibérée de certains », a-t-il ajouté.

La tentative américaine d’utiliser les manifestationscontre les politiques néolibérales du gouvernement Rohani comme un premier pas vers un changement de régime en Iran a manifestement échoué.

Trump a menacé de mettre fin à l’accord nucléaire avec l’Iran, mais son gouvernement a peur des conséquences. L’accord est conclu entre un certain nombre de pays, pas seulement entre les États-Unis et l’Iran, et le Conseil de sécurité des Nations Unies l’a approuvé. Mais Trump n’aime pas non plus avoir à certifier tous les trois mois que l’Iran respecte bien l’accord. La question reste brulante et ça n’est pas dans son intérêt. La certification est une condition que les républicains du Congrès des États-Unis avaient fait inscrire dans la loi. La solution de Trump n’est pas de mettre fin à l’accord nucléaire, mais de modifier la loi pour ne plus être obligé de faire cette certification :

L’administration Trump travaille avec des hommes de loi sur une solution législative qui pourrait permettre aux États-Unis de rester dans l’accord nucléaire iranien, a déclaré le secrétaire d’État Rex Tillerson dans une interview accordée vendredi à Associated Press.

Les changements à la loi américaine codifiant la participation des États-Unis à l’accord de 2015 pourraient intervenir dès la semaine prochaine ou peu après, a dit M. Tillerson. Le président Donald Trump n’a plus beaucoup de temps pour trouver la meilleure solution pour cet accord qu’il qualifie de terrible et trop mou pour l’Iran, du fait des délais à respecter.

...

Le président a dit qu’il allait soit le modifier, soit l’annuler », a déclaré à AP Tillerson, assis devant une cheminée dans sa suite du département d’État. « Nous essayons de tenir sa promesse. »

Trump et le Congrès n’ont pas le pouvoir de modifier un accord international. Alors, quelle « solution » vont-ils bien pouvoir trouver ?

Une option que les hommes de loi discutent avec la Maison-Blanche est de supprimer la nécessité pour Trump de certifier que l’Iran se conforme bien aux exigences de l’accord. Une autre possibilité est de modifier la loi pour que l’opération soit beaucoup moins fréquente, ont dit les fonctionnaires.

S’il ne faut vraiment rien de plus pour faire descendre Trump du train anti-iranien, cela corrobore parfaitement la théorie « isolationniste » dont je parle ci-dessous.

Mais revenons à la position de l’UE. Trump fait marche arrière sur l’ouverture américaine à Cuba, mais l’UE ne suit pas le mouvement. Le chef de la politique étrangère de l’UE est actuellement sur l’île et elle rejette la position américaine :

L’Union européenne veut être un partenaire fiable pour Cuba malgré le revirement sur les relations américano-cubaines opéré sous la présidence de Donald Trump, a déclaré jeudi sa responsable de la politique étrangère et de la sécurité.

Federica Mogherini a déclaré à l’issue d’une visite de deux jours que l’UE est un partenaire « prévisible et solide » qui peut aider Cuba à gérer une transition politique et une ouverture économique lente et difficile.

...

’Nous sommes cohérents, nos politiques sont prévisibles et nous ne changeons pas d’avis brusquement », a déclaré M. Mogherini, en se positionnant clairement contre la volte-face de Trump sur certains aspects de l’ouverture du président Barack Obama à Cuba.

Après Jérusalem et l’Iran, Cuba est la troisième question de politique étrangère sur laquelle l’Union européenne s’oppose aux États-Unis. Après des années de complète adhésion aux politiques américaines, ce changement est une agréable surprise. Deux autres questions devraient suivre : la Syrie et la Russie. Pendant que la chancelière allemande Merkel est encore occupée à former une coalition pour pouvoir gouverner, le président français Macron prend l’initiative en disant ce que le président syrien Assad dit depuis 7 ans :

Emmanuel Macron @EmmanuelMacron – 16:54 - 5 jan 2018

Ce n’est ni à Ankara ni à Paris qu’on décidera de l’avenir de la Syrie. Le peuple syrien, y compris ceux qui ont fui le régime, devra lui-même décider de son avenir.

La Pologne était un des pays qui avaient fortement poussé à un changement de régime en Ukraine. Elle a vu son souhait se réaliser, mais maintenant elle se rend compte que les nouveaux dirigeants ukrainiens promeuvent les groupes et les individus fascistes responsables du massacre historique de dizaines de milliers de Polonais. Aïe, aïe, aïe ! Les sanctions imposées à la Russie à cause de la situation en Ukraine et en Crimée ont fait perdre à l’Allemagne d’énormes possibilités d’exportation. La combinaison de ces deux facteurs entraînera probablement un changement de politique de l’UE à l’égard de la Russie. Tandis que les États-Unis livrent de nouvelles armes à l’Ukraine, je pense que l’UE va réduire son implication dans ce conflit. Les sanctions européennes contre la Russie seront assouplies ou contournées.

Les think tanks de l’Empire étasunien ne voient pas d’un bon œil une UE indépendante. Voici ce que disent le Brookings, le premier lobby de propagandistes « centristes » et le Washington Institute qui fait partie du lobby sioniste :

Suzanne Maloney ? @MoneySuzanne - 19h24 - 4 jan 2018

Suzanne Maloney Retweeted Michael Singh

C’est une énorme occasion manquée pour l’Europe, à la fois d’utiliser leur influence diplomatique et économique pour le bien de l’Iran sur le long terme et de démontrer la possibilité et même l’utilité de faire cause commune avec Washington sur l’Iran.

Michael Singh ? @MichaelSinghDC - 19:14 - 4 jan 2018

Il est regrettable que les écarts préexistants entre les États-Unis et l’Europe à propos de l’Iran semblent se creuser à cause des manifestations - le soutien aux droits de l’homme en Iran devrait faire l’objet d’un accord transatlantique.

Brookings sur Cuba :

Tom Wright ? @thomaswright08 - 23:02 - 5 jan 2018

Tom Wright Retweeted EU External Action (Action extérieure de l’UE)

C’est un vrai échec moral. D’accord pour s’intéresser à Cuba mais il faut faire pression sur le régime pour qu’il se libéralise. Avec ça plus le fait de mettre les deux camps sur le même plan en Iran, c’est une horrible semaine pour la politique étrangère européenne.

Les Européens auront sans doute un autre avis.

Trump a fait beaucoup de bruit à propos de la Corée du Nord et s’est même vanté que la sienne était plus grosse que celle de Kim Jong-un. Mais lorsque la Corée du Nord a offert de faire une trêve pour les Jeux olympiques d’hiver en Corée du Sud et a repris les pourparlers, Trump est tombé d’accord avec le pacifique président de la Corée du Sud, Moon.

Patrick Armstrong et Andrew Korybko décèlent une méthode derrière ces développements. Armstrong : Trump coupe le nœud gordien des implications à l’étranger

Trump ne partage pas vraiment les obsessions des néoconservateurs et des partisans de l’intervention humanitaire.

...

Le président Trump peut éviter de nouvelles implications, mais il en a hérité de beaucoup et elles deviennent, toutes, de plus en plus denses et complexes à chaque minute. Rappelez-vous la célèbre histoire du nœud gordien : au lieu d’essayer de défaire le nœud terriblement compliqué, Alexandre a sorti son épée et l’a tranché. Comment Trump peut-il trancher le nœud gordien des implications de l’empire américain ?

En faisant en sorte que d’autres le démêle.

M. Armstrong, un ancien officier de la défense canadienne et spécialiste russe, pense que M. Trump ne prend des positions extrêmes que pour pousser les autres à prendre la relève et libérer ainsi Trump et les États-Unis. Si l’UE s’intéresse à l’Iran ou à Cuba, si la Russie s’engage dans le « processus de paix » au Moyen-Orient et si la Corée du Sud s’occupe du problème nord-coréen, Trump n’y verra rien à redire. Ces questions ne lui sont d’aucune utilité pour réaliser son programme.

L’article de Korybko, Trump : Agent du chaos (alias le Kraken*), dit que Trump crée délibérément le chaos pour améliorer la situation américaine. Il y a de fortes chances que cela ne fonctionne pas et que les États-Unis soient obligés de se retirer sur leur hémisphère. Trump le sait, mais il s’en moque car d’une manière ou d’une autre, il pourra survivre, et d’ailleurs, pour ce qu’on en sait, il préfère peut-être même la retraite à une position plus isolationniste.

Je ne crois pas que Trump soit aussi stupide que ses ennemis le prétendent. Trump n’explique tout simplement pas ce qu’il fait. Il laisse tout le monde dans l’expectative, même son propre personnel. Il faut regarder ce qu’il fait, pas ce qu’il dit.

Trump se moque de la plupart des questions étrangères dont les gouvernements Clinton, Bush et Obama ont été les premiers à se mêler. Selon lui, les diverses aventures à l’étranger ne sont pas dans l’intérêt bien compris des États-Unis. Si on peut amener d’autres pays à s’en occuper, les États-Unis s’en porteront mieux. Sa position est à l’opposé de ce que font les grandes personnes qui règnent habituellement à Washington. C’est pourquoi elles le combattent bec et ongles.

Trump survivra-t-il assez longtemps pour mener à bien cette stratégie et provoquer un changement durable ?

Ou la théorie Armstrong/Korybko est-elle complètement erronée ?

Moon of Alabama

Note :

* Le kraken est une créature fantastique issue des légendes scandinaves médiévales. Il s’agit d’un monstre de très grande taille et doté de nombreux tentacules.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2018/01/trump-offloads-foreign-policy-pro...
URL de cet article 32806
   
Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.